Cadillac et le Wayne Taylor Racing font coup double, Corvette devance Ford

Après son succès aux 24 Heures de Daytona, l'équipe Wayne Taylor Racing a mené à la victoire son Cadillac DPi à l'issue des 12 Heures de Sebring, alors que Corvette rafle la mise en catégorie GTLM.

L'ORECA Rebellion, qui s'élançait de la pole position, emmenait le peloton durant les premiers moments de la course avec Neel Jani au volant, mais la structure suisse allait connaître un coup d'arrêt dès la première salve de ravitaillement, lorsqu'un vérin récalcitrant lui faisait perdre de nombreuses secondes dans les stands. Pire encore pour Jani, qui devait observer un drive-through quelques instants plus tard, l'équipe Rebellion étant sanctionnée pour… extincteur mal fixé dans la voiture.

Ces déboires de l'ORECA Rebellion profitaient aux deux Cadillac DPi du Action Express Racing, Dane Cameron héritant du commandement au volant de la n°31 devant son équipier Christian Fittipaldi sur la n°5.

Les deux Cadillac Action Express Racing menaient ainsi les débats jusqu'à une nouvelle péripétie lors de la troisième heure de course, où Eric Curran, sur la n°31, partait en tête-à-queue après un accrochage avec la Nissan Onroak DPi de l'équipe ESM pilotée par Johannes van Overbeek, qui partait lui aussi à la faute. Curran ne pouvait redémarrer son Cadillac, ce qui entraînait une neutralisation.

Filipe Albuquerque pointait ainsi en tête sur la seconde voiture du Action Express, menant devant le Cadillac DPi du Wayne Taylor Racing alors piloté par Alex Lynn, et Misha Goikhberg sur l'ORECA du JDC-Miller Motorsports. Les ennuis de Rebellion continuaient avec cette fois un problème de démarreur, qui perdait encore deux tours dans la mésaventure.

Le chemin de croix de l'ORECA Rebellion

À la mi-course, le Cadillac n°5 du Action Express Racing menait ainsi les débats avec Joao Barbosa alors au volant mais suivi de près par l'autre Cadillac DPi, celui du Wayne Taylor Racing piloté par Ricky Taylor, à moins de deux secondes.

La course était définitivement terminée pour l'ORECA Rebellion, contrainte à l'abandon en raison d'un problème d'alternateur. Abandon également pour la Nissan Onroak DPi ESM, ainsi que pour la Riley du Visit Florida Racing, et la Ligier JS P2147 du PR1 Mathiasen Motorsport.

À trois heures de la fin, la voiture du Wayne Taylor Racing émergeait finalement en tête à la faveur du dépassement de Jordan Taylor sur Filipe Albuquerque. Les deux Cadillac continuaient pourtant à se suivre de près en tête de la course.

Après s'être imposé lors des 24 Heures de Daytona – après un final controversé –, le Wayne Taylor Racing signe donc le doublé en remportant les 12 Heures de Sebring avec son Cadillac DPi et son équipage Ricky Taylor - Jordan Taylor - Alex Lynn. On se souvient que l'an passé, la Ligier JS P2 de l'équipe ESM avait réussi le même coup double.

Cadillac confirme sa domination sur l'IMSA puisque les deux voitures du Action Express Racing montent sur le podium, la n°5 de Barbosa - Fittipaldi - Albuquerque devançant la n°31 de Cameron - Curran - Conway. L'ORECA du JDC-Miller Motorsports (Miller - Simpson - Goikhberg) et la Mazda DPi officielle de Nunez - Bomarito - Pigot complètent le top 5.

Corvette arrache la victoire à Ford en GTLM

En GTLM, Ford avait dominé les essais et entendait bien accrocher les 12 Heures de Sebring à son palmarès après s'être imposé aux 24 Heures de Daytona en janvier dernier. C'est pourtant Corvette Racing qui s'est imposé après une course menée de main de maître, l'autre équipe américaine décrochant son troisième succès consécutif à Sebring.

La Ford n°67 avait mal commencé sa journée puisqu'un ennui mécanique dans le tour de formation l'obligeait à s'élancer du fond de la grille. La Ford GT n°66 reprenait le flambeau en tête de la course lors des premières heures, avant que la n°67 ne reprenne sa place en première position devant sa voiture sœur au cap des quatre heures de course. Les Ford GT emmenaient toujours le peloton au cap de la mi-course, la n°67 devançant cette fois la n°68.

Mais la Corvette n°3 de Antonio Garcia - Jan Magnussen - Mike Rockenfeller (la seule C7.R rescapée après l'abandon sur problème technique de la n°4), avait patiemment conduit son effort pour se porter dans le sillage des deux Ford GT.

Et, à une heure de la fin, la n°3 s'installait en tête à l'issue d'une phase de ravitaillement. Antonio Garcia devait cependant résister à la pression de la Porsche n°911 de Patrick Pilet, avant que ce dernier ne soit victime d'une crevaison à une demi-heure de la fin, puis de la Ford n°66.

Finalement, la Corvette n°3 s'imposait avec 4,4 secondes d'avance sur la Ford n°66 de Müller - Hand - Bourdais (les vainqueurs de Daytona) alors que le podium était complété par la Ferrari 488 GTE du Risi Competizione du trio Vilander - Calado - Fisichella.

Premier succès en IMSA pour Mercedes

En GTD, après avoir décroché la pole position, Mercedes s'offre sa première victoire de catégorie en IMSA, cette fois avec l'AMG GT3 n°33 du Riley Motorsport Team AMG, pilotée par Ben Keating - Jeroen Bleekemolen - Mario Farnbacher.

Les trois hommes devançaient la Ferrari 488 GT3 Scuderia Corsa de Christina Nielsen - Alex Balzan - Matteo Cressoni, devant une autre Mercedes, celle du SunEnergy Racing et de l'équipage Vautier - Habul - Said, qui s'était élancé de la pole position.

Enfin, c'est l'ORECA FLM09 du Performance Tech Motorsports qui s'est imposée en catégorie PC devant celle du Starworks Motorsports, et les deux voitures du BAR1 Motorsports.

La troisième manche du championnat IMSA se disputera le 8 avril dans les rues de Long Beach, une course d'une heure dont seront toutefois exclus les prototypes PC. 

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries IMSA
Événement Sebring
Circuit Sebring International Raceway
Pilotes Jordan Taylor , Ricky Taylor , Alex Lynn
Équipes Wayne Taylor Racing
Type d'article Résumé de course