À Sebring, Sébastien Bourdais s'habitue au Dale Coyne Racing

partages
commentaires
À Sebring, Sébastien Bourdais s'habitue au Dale Coyne Racing
David Malsher
Par : David Malsher , Rédacteur en Chef USA
27 janv. 2017 à 17:35

Après seulement deux journées d'essais sur le circuit routier de Sebring, Sébastien Bourdais estime qu'il effectue, avec le Dale Coyne Racing, de grands progrès avec les "fondamentaux" de sa nouvelle équipe.

Sébastien Bourdais, Dale Coyne Racing Honda
Sébastien Bourdais, Dale Coyne Racing Honda
Sébastien Bourdais, KV Racing Technology Chevrolet
Sébastien Bourdais, Dale Coyne Racing Honda
Sébastien Bourdais, Dale Coyne Racing Honda
Sébastien Bourdais, Dale Coyne Racing Honda
Sébastien Bourdais, Dale Coyne Racing Honda
Sébastien Bourdais, Dale Coyne Racing Honda
Sébastien Bourdais, Dale Coyne Racing Honda
Sébastien Bourdais, Dale Coyne Racing Honda

Malgré quatre victoires en trois saisons au KVSH Racing, Sébastien Bourdais a pris la décision assez tôt de rejoindre l'écurie de Dale Coyne pour la saison 2017, et son ingénieur de course de KV Olivier Boisson a décidé de le suivre. Ils ont été rejoints par Craig Hampson, l'ingénieur de course de Sébastien Bourdais lors de ses cinq saisons de Champ Car chez Newman/Haas, avec à la clé quatre titres de suite.

Bourdais et le Dale Coyne Racing ont pris part à la journée d'essais organisée au Gateway Motorsports Park en octobre dernier, mais ce sont les deux journées d'essais à Sebring cette semaine qui ont montré les progrès réalisés.

"Nous avons perdu quelques gars, donc il nous manque un peu de personnel et on essaie d'implémenter de nouvelles choses. Craig et Olivier ont bien sûr travaillé dur pour essayer d'améliorer ce qu'ils ont. Mais opérationnellement, je dirais que les choses vont très bien. Nous avons un très bon groupe de mécaniciens, et maintenant il faut simplement prendre le temps de tout mettre en place et sous contrôle. Mais pour l'instant ça va déjà bien et je suis assez content de tout ce qui se passe", déclare le pilote français.

Bourdais a également déclaré ne pas avoir d'inquiétudes quant au passage du moteur Chevrolet (qu'il avait chez KVSH) au moteur Honda, même s'il ne peut pas encore juger la qualité du kit aérodynamique.

"Avec le moteur, tout est différent [par rapport au Chevrolet], les sensations, le temps de réponse. Mais j'étais assez agréablement surpris. Ce côté du package semble extrêmement fort, et il y a beaucoup de choses positives que j'apprécie personnellement."

"Du côté du châssis et de l'aéro, c'est toujours difficile de juger jusqu'à ce que vous vous confrontiez à quelqu'un. Et vous devez toujours être prudent par rapport à ce que vous apprenez à Sebring car la piste gagne toujours énormément de grip. Il n'y avait pas tant de voitures que ça, quatre autres mardi, trois autres mercredi, donc la piste n'a pas gagné tant de grip que ça. Tant qu'il n'y a pas un niveau de grip de folie, Sebring est le meilleur circuit routier pour représenter un circuit urbain. Espérons ne pas avoir été dans la mauvaise direction..."

Trouver des solutions aux problèmes potentiels

Bourdais a également fortement apprécié le fait que le travail effectué n'était pas centralisé sur des problèmes à régler immédiatement, mais plutôt se projeter sur des problèmes pouvant arriver sur des circuits urbains et apprendre à les gérer.

"Lors des deux journées nous avons pu bien étudier des changements fondamentaux, et c'est très important", explique-t-il. "Nous essayons de nous construire un livre de feedback, savoir ce qu'il faut faire quand on a tel ou tel problème. Et je pense que nous avons de très bonnes réponses sur les problèmes qu'Olivier et moi tentions de régler pendant la majorité de l'année dernière."

"Ce qui est bien, c'est qu'on ne doit pas vraiment changer grand-chose par rapport à ce qu'on avait. Au final, tout s'est bien passé, la voiture s'est bien comportée, était très équilibrée et on peut en être vraiment content."

"Il est difficile de dire si on peut faire confiance à un bon réglage à Sebring. Mais je pense que l'on démarrera avec ces réglages à St. Petersburg, et on verra ce que ça donne. On sait au moins que nous avons plusieurs manières de réagir, en se basant sur ce qu'on ressent à St. Pete, et c'est tout ce que vous voulez en essais d'avant-saison. On a trouvé beaucoup de réponses aux problèmes potentiels que l'on pourrait rencontrer."

Article suivant
Comment régler une IndyCar pour les ovales

Article précédent

Comment régler une IndyCar pour les ovales

Article suivant

Mikhail Aleshin sera bien en IndyCar en 2017

Mikhail Aleshin sera bien en IndyCar en 2017
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries IndyCar
Pilotes Sébastien Bourdais
Équipes Dale Coyne Racing
Auteur David Malsher
Type d'article Actualités