Championnat IndyCar 2016 - Ce qui change

partages
commentaires
Championnat IndyCar 2016 - Ce qui change
David Malsher
Par : David Malsher , Rédacteur en Chef USA
Traduit par: René Fagnan
11 mars 2016 à 10:50

La saison 2016 de la série Verizon IndyCar commence ce week-end avec le Grand Prix de St-Petersburg en Floride. David Malsher nous explique ce qui a changé depuis l’an dernier.

Le logo 2016 de l'IndyCar
Helio Castroneves, Team Penske Chevrolet
Simon Pagenaud, Team Penske Chevrolet
Détails du kit aérodynamique Honda
Max Chilton, Chip Ganassi Racing Chevrolet
Un cactus de Phoenix
Conor Daly, Dale Coyne Racing Honda
Takuma Sato, A.J. Foyt Enterprises Honda
Juan Pablo Montoya, Team Penske Chevrolet
James Hinchcliffe, Schmidt Peterson Motorsports Honda
Alexander Rossi, Herta - Andretti Autosport Honda
Conor Daly, Dale Coyne Racing Honda
Jack Hawksworth, A.J. Foyt Enterprises Honda
James Hinchcliffe, Schmidt Peterson Motorsports Honda
Luca Filippi, Dale Coyne Racing Honda, Graham Rahal, Rahal Letterman Lanigan Racing Honda
Spencer Pigot, Rahal Letterman Lanigan Racing Honda

Les monoplaces d'IndyCar prendront d’assaut le circuit urbain de St-Petersburg, long de 1,8 mile, soit 2,9 km, aujourd'hui vendredi pour les premiers essais. Avant de faire dans une deuxième partie le tour des forces en présence, voyons ce qui a changé durant les quelques mois d’inactivité.

Kits aéro modifiés

Ces fameux kits aérodynamiques qui habillent les monoplaces d’IndyCar ont vu le jour l’an dernier. Les experts ont vite constaté que le kit produit par Chevrolet semblait générer moins de traînée que celui de Honda. Face aux pressions effectuées, les dirigeants de la série ont permis à Honda d’y effectuer des améliorations.

Le kit Honda 2016 se dénote par la simplicité de son aileron avant destiné aux circuits routiers, circuits urbains et petits ovales. Fini cet empilement de flaps. L’aileron avant Honda ressemble désormais à celui de Chevrolet. Honda a aussi modifié la courbe de ses pontons, imitant encore une fois ceux de Chevrolet.

De profil, il est facile de distinguer les deux kits. Le capot moteur Honda a conservé sa longue lame, tandis que le Chevrolet est toujours plus courbé et désormais muni d’une mince dérive.

De nouveaux visages

Alexander Rossi, qu’on a vu en Formule 1 chez Manor l’an dernier, a signé un contrat d’un an pour piloter la quatrième voiture d’Andretti Herta Autosport. L’équipe de Bryan Herta a fusionné avec celle de Michael Andretti.

Chip Ganassi a encaissé les millions de dollars d’un autre tranfuge de la F1, Max Chilton. Ganassi n’a jamais caché que si l’argent était au rendez-vous, il n’hésiterait pas à inscrite une quatrième monoplace. C’est chose faite avec l’appui financier de la compagnie d’assurances Gallagher & Co.

Dale Coyne Racing a engagé Luca Filippi, vu en GP2, et Conor Daly, le fils de l'ex-pilote F1 Derek Daly. Le pilote de Noblesville en Indiana a ainsi une chance d’être nommé Rookie de l’année.

Départs et changements de baquets

À l’exception des noms mentionnés ci-dessus, les écuries Ganassi et Andretti conservent les mêmes pilotes qu’en 2015. Même chose au sein du Team Penske qui garde aussi ses quatre pilotes.

KVSH Racing a choisi de ne faire rouler qu’une seule voiture, et elle sera confiée à Sébastien Bourdais. Le Français pourrait être accompagné par Matt Brabham, inscrit sous la bannière PIRTEK Team Murray, lors de l’Indy 500.

Rahal Letterman Lanigan Racing ne fera rouler qu’une seule voiture pour Graham Rahal, mais Spencer Pigot sera aux commandes d’une seconde ce week-end à St-Petersburg, ainsi qu'au GP d'Indy et à l’Indy 500. C’est son prix pour avoir décroché le titre Indy Lights, le GP2 de l'IndyCar, l’an dernier.

L’équipe Carpenter Fisher Hartman Racing a été dissoute après un an d’activité. Ed Carpenter a repris l’affaire. Carpenter disputera les courses sur ovales, mais sa voiture n°20 n’a pas encore de pilote pour les courses disputées sur circuits routiers et urbains. L’autre pilote de l’équipe est Josef Newgarden.

Schmidt Peterson Motorsport fera rouler le Canadien James Hinchcliffe, remis de ses horribles blessures infligées à Indianapolis l’an dernier, ainsi que Mikhail Aleshin. Déjà vu en 2014, le Russe n’a disputé qu’une seule course en 2015, à Sonoma, mais revient pour de bon cette saison.

Des adieux

On assiste à plusieurs départs de pilotes, comme ceux de Stefano Coletti, de Ryan Briscoe, vainqueur de neuf courses et qui conduira une Ford GT de l’équipe Ganassi cette saison, de Tristan Vautier qu’on verra en série Blancpain GT, de Sebastian Saavedra, de Simona de Silvestro qui court en Formule E, de J.R. Hildebrand et de Gabby Chaves qui a perdu son volant chez Herta quand l’équipe a fusionné avec Andretti. À ces noms, il faut évidemment ajouter celui du regretté Justin Wilson.

On les verra à l’Indy 500

Champion Indy Lights en 2013, Sage Karam disputera l’Indy 500 pour le compte de Dreyer & Reinbold Racing. Buddy Lazier y sera aussi, au sein de sa propre équipe. Dale Coyne Racing inscrira deux monoplaces : une pour Pippa Mann et l’autre pour Bryan Clauson, avec l’aide de Jonathan Byrd Racing.

Grace Autosport, dirigée par l’ancien directeur du marketing de Dodge SRT, Beth Paretta, tente de monter un programme pour faire courir Katherine Legge à Indianapolis. Plusieurs autres pilotes pourraient se voir attribuer un volant, tels Briscoe, Hildebrand, Vautier et de Silvestro, de même que Townsend Bell et Oriol Servia.

De nouveaux circuits...

Une course au Phoenix International Raceway revient au calendrier. Il s’agira d’une course en soirée pour éviter la chaleur excessive du désert d'Arizona durant la journée. Les organisateurs prévoient des vitesses moyennes aux environs de 190 m/h, soit 306 km/h.

On assistera aussi à une épreuve sur le redoutable tracé de Road America. Ce circuit du Wisconsin n’a pas présenté une course de monoplaces de haut niveau depuis 2007. L'IndyCar a besoin de proposer des manches sur de magnifiques circuits naturels comme celui de Road America.

Le Grand Prix de Boston ne fait pas l’unanimité dans la région, mais ceux qui s’y opposent sont probablement moins nombreux qu’on tente de le faire croire. Ryan Hunter-Reay et Simon Pagenaud ont approuvé le circuit urbain qui devrait offrir plusieurs zones de dépassement. Ce qui est rare sur un tracé urbain temporaire.

... et d'autres qui disparaissent 

Pas de surprise à voir le NOLA Motorsports Park rayé du calendrier. Le circuit n’avait rien à se reprocher. Par contre, la date choisie, durant ce qu'on pourrait appeler la saison des pluies locale, fut une erreur. Le déluge a fortement perturbé le déroulement du week-end l'an dernier et seulement 8000 personnes ont assisté à l’événement...

Le fameux Milwaukee Mile a aussi disparu du calendrier. Après avoir perdu de l’argent au cours des quatre dernières années, les organisateurs n’ont eu d’autre choix que d’annuler l’épreuve.

Parlant de foules microscopiques, celle qui a assisté à la course IndyCar de 2015 à l’Auto Club Speedway de Fontana a brisé tous les records. La configuration aérodynamique des monoplaces modernes a transformé cette course en sorte de roulette russe. Les voitures étaient extrêmement délicates à piloter, et le talent n’avait plus rien à y voir. Il fallait simplement avoir le courage de conserver le pied droit enfoncé.

Changements de personnel

En novembre dernier, Jay Frye a remplacé Derrick Walker au poste de directeur de la compétition. Avec avoir consulté les pilotes de la série, Frye a nommé Bill Pappas au poste de vice-président de la compétition et de l’ingénierie. Les deux ont travaillé sur une nouvelle formule de direction de course.

Ancien patron de Ford Racing, Dan David devient le nouveau commissaire en chef et sera assisté de deux anciens pilotes, Arie Luyendyk et Max Papis. Le directeur de course est Brian Barnhart qui pourra donner son avis lors d’un incident, mais ne fera pas partie du groupe qui prendra les décisions.

Article suivant
Rossi veut être "le premier des Honda" dès ses débuts

Article précédent

Rossi veut être "le premier des Honda" dès ses débuts

Article suivant

Championnat IndyCar 2016 - Les forces en présence

Championnat IndyCar 2016 - Les forces en présence
Charger les commentaires