Formule 1
14 nov.
-
17 nov.
Événement terminé
28 nov.
-
01 déc.
Événement terminé
Formule E
23 nov.
-
23 nov.
Événement terminé
17 janv.
-
18 janv.
Prochain événement dans
33 jours
WEC
08 nov.
-
10 nov.
Événement terminé
12 déc.
-
14 déc.
Événement terminé
MotoGP
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
15 nov.
-
17 nov.
Événement terminé

Des IndyCar aux niveaux d'appui inédits en 2016 d'après Pagenaud

partages
commentaires
Des IndyCar aux niveaux d'appui inédits en 2016 d'après Pagenaud
Par :
13 févr. 2016 à 13:30

À l'aube de sa deuxième saison avec le Team Penske, Simon Pagenaud a pu essayer le nouveau kit aérodynamique de Chevrolet, qui ajoutera encore plus d'appui à une voiture déjà fortement collée au sol.

Simon Pagenaud, Team Penske Chevrolet
Simon Pagenaud, Team Penske Chevrolet
Simon Pagenaud, Team Penske Chevrolet
Simon Pagenaud, Team Penske Chevrolet
Simon Pagenaud, Team Penske Chevrolet
Simon Pagenaud, Team Penske Chevrolet
Simon Pagenaud, Team Penske Chevrolet mène au départ
Le poleman Simon Pagenaud, Team Penske Chevrolet
Simon Pagenaud, Team Penske Chevrolet
Simon Pagenaud, Team Penske Chevrolet

"Les deux camps vont avoir de grosses évolutions, c'est certain", a déclaré Pagenaud à Motorsport.com. "C'est impressionnant de voir combien vous pouvez gagner juste grâce à une année d'expérience. Mais on arrive à point où il y a trop d'appui aérodynamique."

Après une séance d'essais à Phoenix, le Poitevin était en piste à Sonoma ce mercredi, où il a pu découvrir le nouveau kit aérodynamique produit par Chevrolet. Les nouvelles pièces produisent plus d'appui aérodynamique qu'en 2015.

"C'est agréable, on se croirait presque dans un jeu vidéo ! Mais il commence vraiment à y avoir énormément d'appui. Je ne pense pas qu'une voiture de course crée autant de G latéraux qu'une IndyCar pour l'instant."

Depuis l'arrivée de la Dallara DW12, une voiture avec plus d'appui, certains pilotes souhaitaient voir l'apparition de la direction assistée, principalement pour éviter les soucis de blessures potentielles au niveau des poignets en cas de crash ou de prise de vibreur trop prononcée.

Si de nombreux autres pilotes y étaient opposés, l'apparition des kits aérodynamiques l'année dernière a fait changer d'avis à ceux-ci, la fatigue pouvant être extrêmement intense.

"Je n'étais pas pour la direction assistée de 2012 à 2014, mais maintenant je pense absolument que ce serait utile. Je pense qu'on est arrivé à un point où se pose la question de la sécurité. Je suis content, je me suis énormément entraîné cet hiver, mais pour les rookies et d'autres pilotes, ça va devenir difficile de terminer une course, surtout sur les petits ovales."

Si le défi de pilotage est plus important, le spectacle pour les spectateurs pourrait être moindre, plus les voitures étant efficaces, moins les opportunités de dépassement sont nombreuses.

"L'appui n'a cessé d'augmenter d'année en année, on arrive à un point où Popeye peut gagner une course ! C'est fun, car on peut pousser la voiture dans ses retranchements, mais les zones de freinage sont plus courtes, donc les opportunités de dépassement sont moins nombreuses. Au Mid-Ohio avec des pneus tendres, on va être à fond dès la corde et on va espérer que ça passe !"

Un pilotage à adapter

Le pilote de la monoplace n°22 a également indiqué que les pilotes ont dû adapter leur pilotage, face à l'augmentation de l'appui aérodynamique. En 2012, Rubens Barrichello avait exprimé la même chose, lors de sa saison avec le KV Racing Technology.

"Il faut s'adapter aux limites, quelles qu'elles soient et c'est dommage car ça a retiré beaucoup de finesse dans le pilotage. On peut être plus agressif au freinage, et à la réaccélération, on peut accélérer beaucoup plus fort. Cela change la nature du pilotage, c'est très différent de 2012, notre première année avec la voiture."

En plus des kits aérodynamiques, Honda et Chevrolet ont fortement travaillé sur les moteurs V6 turbo présents depuis 2012. Pagenaud était satisfait des changements apportés par le motoriste américain.

"Je ne sais pas ce que je suis autorisé à dire, mais j'ai senti une grosse amélioration, surtout dans la facilité de conduite, donc je suis content du travail effectué. Il reste du travail à faire, mais le tout va dans la bonne direction."

Propos recueillis par David Malsher

Article suivant
Vautier toujours confiant pour le deuxième baquet Coyne

Article précédent

Vautier toujours confiant pour le deuxième baquet Coyne

Article suivant

Allmendinger - Pas question de remonter dans une monoplace

Allmendinger - Pas question de remonter dans une monoplace
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries IndyCar
Pilotes Simon Pagenaud
Équipes Team Penske
Auteur Michaël Duforest