Graham Rahal, l'invité surprise dans la lutte pour le titre

Au vu de ses résultats en 2014, il aurait fallu être devin pour prédire que Graham Rahal occuperait la 2e place du Championnat IndyCar trois courses avant la fin de la saison en cours. Car pour sa seconde année dans l’équipe Rahal Letterman Racing (RLLR), Rahal n’avait signé aucune pole, aucune victoire et avait terminé à la 19e place.

Et pourtant tout a changé en 2015 pour Rahal, désormais âgé de 26 ans et fiancé à Courtney Force – la plus jeune fille de John Force, 16 fois Champion NHRA de dragsters en catégorie Funny Car. Au volant d’une voiture à moteur Honda, ce qui n’est pas forcément un avantage, le dégingandé fils de Bobby, triple Champion CART et vainqueur des 500 Miles d’Indianapolis en 1986, s’est imposé à Fontana et a signé quatre autres podiums, dont un lors de la dernière course dans l’Iowa.

À 42 points de Montoya

Rahal compte donc 42 points de retard sur le leader, Juan Pablo Montoya, un des quatre pilotes du surpuissant Team Penske quand lui-même est l’unique pilote de son équipe. Ce qui veut dire ?

Que leur plus gros avantage, ce sont les datas,” répond-il. “À chaque tour qu’ils effectuent en essais libres, en qualification et en course, ils en ont quatre fois plus que nous et c’est un énorme avantage. On a fait une erreur au Texas [lors de la course nocturne en juin] et avons choisi le niveau d’appui le plus élevé possible. Nous n’avions pas les datas qu’il nous fallait pour faire ça bien...”

Ce que cette petite mais compétente écurie a fait sans les datas supplémentaires dont disposent ses rivales Penske et Ganassi à moteur Chevrolet, avec quatre voitures chacune, ou Andretti Autosport dans le clan Honda, qui en aligne trois ou quatre selon les courses, s’est frayé un chemin vers la tête.

Je pense que nous travaillons mieux cette année. Je ne dis pas que je n’avais pas un bon groupe de gens autour de moi avant cette année, mais nous nous sommes regroupés et unifiés.

Graham Rahal

On a prouvé qu’on peut clairement se battre avec les gars de Penske ou Ganassi, et les battre – et c’est tout notre objectif,” dit Rahal.

Je pense que nous travaillons mieux cette année. Je ne dis pas que je n’avais pas un bon groupe de gens autour de moi avant cette année, mais nous nous sommes regroupés et unifiés. Tout le monde s’entend bien. Du côté ingénierie, on a Eddie, Martin et Mike – tous ces gars sont toujours en symbiose, il n’y a aucune dispute ni intrigue et c’est ce qui change du passé. Ça tient une part énorme dans notre réussite cette année.”

Rahal rend aussi justice à son ingénieur Honda pour tous ses succès cette saison.

Joe est d’une aide inestimable et nous sommes vraiment exigeants envers lui. Il nous a fallu faire du mieux possible avec notre package aéro Honda.”

La meilleure chance de Honda

Mais Rahal Letterman Lanigan est l’équipe Honda la plus performante sur l’ensemble de cette saison 2015, après 13 courses et avec seulement trois restant à courir.

Nous nous sommes mis en très bonne position pour Honda et avons fait leur fierté. J’espère que ça continuera. Je veux qu’on soit leur top team – on l’a été toute l’année. Je pense qu’on peut leur rapporter un titre, et personne d’autre ne le peut.”

Juan a beaucoup plus à perdre que moi. Je vais donc attaquer, me battre, saisir chaque opportunité et piloter comme je l’ai fait toute l’année. Il doit se montrer conservateur, nous sommes plus en mode attaque.”

Mid-Ohio, on y a campé, fait du tapage en limant la piste et passé plein de bons moments.

Graham Rahal

Cette dernière déclaration a quelque chose de surprenant car Honda pensait, en début de saison, que sa meilleure chance reposerait sur Andretti Autosport avec le Champion 2012, Ryan Hunter-Reay, Marco Andretti et Carlos Muñoz. Pour l’instant, seuls Hunter-Reay et Muñoz ont gagné une course, Iowa et Detroit #1 respectivement. Et leur régularité n’a pas été au niveau de celle de RLLR.

Au début, on trouvait le package aéro Honda typiquement pointu,” explique Rahal. “Maintenir l’arrière en position stable et sûre était difficile, alors je me suis résolu à faire avec même si on n’était pas exactement où je voulais, côté tenue de route. Ils ont fait du bon boulot pour l’amener là où il devait être et nous en tirons le meilleur. On n’a pas le rythme idéal sur les circuits routiers mais j’espère que ce sera différent ce week-end.”

Il parle bien sûr de la course sur le Mid-Ohio Sports Car Course, son circuit “à la maison”.

Regard tourné vers Pocono

Il nous faut juste maintenir les pneus arrière en bon état et bien gérer la course. Il n’y aura pas d’excuse : nous devons battre les autres. Nous sommes très forts sur les circuits routiers permanents et c’est ce que nous devons faire ce week-end puis à Sonoma,” pour la finale de la saison et ses points doublés.

Entre les deux, il y aura Pocono, troisième manche de la Triple Couronne de l’IndyCar. Rahal a gagné la deuxième, les 500 Miles de Fontana, et s’est classé 5e à l’Indy 500 (en étant parti 17e sur la grille). Il a donc la possibilité de s’en adjuger deux sur trois, tout comme... Juan Pablo Montoya.

Pocono est, pour Rahal, un endroit “sympa et rapide où il y a déjà eu un Rahal sur la Victory Lane. Y piloter est super mais ce n’est pas un lieu où nous avons été particulièrement bons jusque-là. Avec nos set-up,” espère-t-il, “les choses que nous avons améliorées, je pense qu’on a une grande chance. Je serais fou de penser que Juan [Montoya] ne va pas être dominateur ou en tout cas à l’avant, mais notre travail est non seulement d’aller le chercher mais aussi de rester dans le top 2 ou 3 aux points.”

Quand on a vu Juan taper le mur dans l’Iowa, on a su qu’on avait une belle opportunité et que c’était ma chance de lui reprendre beaucoup de points. Juan a beaucoup plus à perdre que moi.”

Le mode attaque, c’est maintenant

Se mettre sur le mode attaque dont il parlait tout-à-l’heure, c’est pour ce week-end sur le tracé de 2,258 mile (3,633 km) et aux 13 virages de Mid-Ohio. Un endroit où il a quasiment grandi. “On y a campé, fait du tapage en limant la piste et passé plein de bons moments.”

Rahal s’y est classé 5e l’an dernier et s’attend à être en mesure de bien faire dans ce qui est habituellement une affaire de gestion du carburant – un aspect dans lequel Honda excelle.

Mid-Ohio a toujours tendance à être une course à l’économie et dans ce cas, je sens bien Honda par rapport à Chevy,” confirme Rahal.

L’objectif que se fixe Rahal sur cette piste où dépasser est difficile est avant tout d’atteindre le Fast Six en qualification (l’équivalent de la Q3 pour la F1 mais pour les six plus rapides seulement) puis d’exceller sur les 90 tours de course. Si le soleil est attendu, selon les prévisions, pour les essais libres et les qualifications, vendredi et samedi, il y a – pour l’instant – 30 % de chances qu’il pleuve dimanche. Une parfaite opportunité pour tester le nouveau pneu pluie “argent” de Firestone !

Et Rahal de conclure : “Vous ne pouvez pas savoir à quel point on s’est éclaté cette année. J’espère que ça va continuer.”

A propos de cet article
Séries IndyCar
Pilotes Graham Rahal
Équipes Rahal Letterman Lanigan Racing
Type d'article Contenu spécial