Kimball - Pocono se jouera à l'équilibre aéro, pas à la puissance moteur

Charlie Kimball, pilote du Chip Ganassi Racing, s'attend à voir l'accent mis sur l'équilibre de la voiture à Pocono, plutôt que la puissance des moteurs.

Kimball - Pocono se jouera à l'équilibre aéro, pas à la puissance moteur
Charlie Kimball, Chip Ganassi Racing Chevrolet
Charlie Kimball, Chip Ganassi Racing Chevrolet
Charlie Kimball, Chip Ganassi Racing Chevrolet
Charlie Kimball, Chip Ganassi Racing Chevrolet
Gros crash pour Charlie Kimball, Chip Ganassi Racing Chevrolet

Le Pocono Raceway est revenu au calendrier de l'IndyCar en 2013, d'abord avec une course de 400 miles (643 km), puis depuis 2014 en format 500 miles (800 km). Si les courses étaient plutôt fluides les deux premières saisons, l'épreuve de 2015 était dominée par les neutralisations, et au final endeuillée par le décès de Justin Wilson.

Si les kits aérodynamiques ont peu évolué entre 2015 et 2016, un changement majeur s'est produit sous les voitures, avec l'ajout de patins en forme de dôme sur les superspeedways. Une modification qui rend les voitures plus difficiles à piloter selon Kimball, en essais sur ce circuit vendredi dernier.

"En regardant les temps, je me dis que la course se jouera plus à l'équilibre aéro qu'à la puissance moteur", déclarait-il à Motorsport.com après la séance. "Au début de l'après-midi, le vent s'est levé, la piste est devenue un peu grasse, et les voitures étaient difficiles à piloter. Si vous aviez de bons réglages à cet instant, alors votre voiture allait encore être meilleure lorsque la piste refroidissait."

"Je pense que les patins ont plus d'effet à Pocono, car il y a quelques bosses qui ont vraiment un impact ici. Nous avons clairement dû travailler sur la voiture, elle n'était pas vraiment bonne d'entrée de jeu."

Les patins, introduits aux 500 Miles d'Indianapolis cette année, relèvent légèrement la voiture et lui permettent de pivoter moins violemment en cas de perte de contrôle, et ainsi de percuter le mur plutôt par l'arrière. À Indianapolis et Pocono, les voitures avaient tendance, avec les kits aérodynamiques de l'an dernier, à percuter le mur par l'avant et à l'escalader.

Propos recueillis par David Malsher

partages
commentaires
Le cockpit d’une voiture d'IndyCar

Article précédent

Le cockpit d’une voiture d'IndyCar

Article suivant

Qui va où en 2017 en IndyCar ?

Qui va où en 2017 en IndyCar ?
Charger les commentaires