Pagenaud - "Montoya est un vieux renard"

Ce qu'il décrit comme sa seule petite erreur, dimanche, a coûté la victoire au pilote Penske au profit de son équipier colombien – au moment même où l'autre Français du plateau, Sébastien Bourdais, était contraint à l'abandon.

Pagenaud - "Montoya est un vieux renard"
Simon Pagenaud, Team Penske Chevrolet
Podium : le vainqueur Juan Pablo Montoya, Team Penske Chevrolet, le deuxième, Simon Pagenaud, Team Penske Chevrolet, le troisième, Ryan Hunter-Reay, Andretti Autosport Honda
Simon Pagenaud, Team Penske Chevrolet
Le deuxième, Simon Pagenaud, Team Penske Chevrolet
Simon Pagenaud, Team Penske Chevrolet
Simon Pagenaud, Team Penske Chevrolet
Sébastien Bourdais, KV Racing Technology Chevrolet
Sébastien Bourdais, KV Racing Technology Chevrolet
Sébastien Bourdais, KV Racing Technology Chevrolet
Sébastien Bourdais, KV Racing Technology Chevrolet
Sébastien Bourdais, KV Racing Technology Chevrolet

Durant la première partie de la course à St Petersburg, Simon Pagenaud a semblé bien parti pour remporter enfin sa première victoire avec Penske tout juste un an après son intégration dans l'écurie.

Parti de la pole position suite au forfait de Will Power, il n'a laissé à personne le soin de mener jusqu'au restart suivant la deuxième neutralisation, au début du 58e des 100 tours. Là, alors que Conor Daly et Tony Kanaan, tous deux sur une stratégie décalée, luttaient devant eux pour le commandement, le leader s'est fait surprendre par son coéquipier Juan Pablo Montoya qui s'est glissé à l'intérieur du premier virage pour le dépasser.

Globalement, ce fut une super journée”, a déclaré plus tard Pagenaud, qui s'est maintenu à la 2e place jusqu'à l'arrivée. “Si vous comparez à l'année dernière, c'est une progression énorme pour toute l'équipe n°22. Je suis super fier de représenter HPE sur cette première course et d'être sur le podium avec la 2e place, après avoir mené la course un moment.”

Mais, oui, Montoya est un vieux renard. Il a trouvé le truc pour me passer. J'ai fait une infime erreur mais elle m'a coûté la course. Malgré tout, nous sommes contents de ce début de saison et de cette journée géniale pour le Team Penske.”

Bourdais pas verni

Le son de cloche n'était pas le même chez Sébastien Bourdais, dont la course a également basculé lors de ce 58e tour. Le Manceau, qui se maintenait aux alentours de la 10e place depuis le départ et s'est retrouvé un peu plus loin après les seconds arrêts, a en effet été une des victimes collatérales de l'empilement de voitures au virage n°4 suite à une attaque complètement ratée de Carlos Muñoz sur Graham Rahal. La course de la Dallara-Chevrolet n°11 du KVSH Racing allait s'arrêter là.

Pour Bourdais, ce n'est “évidemment pas la façon dont nous voulions démarrer la saison. Je suis déçu pour mes sponsors et je tiens à les remercier tous. La bonne nouvelle est que nous étions dans le rythme et nous sommes qualifiés en 8e position. Malheureusement, j'ai été impliqué dans cette mêlée qui a détruit toute chance de faire un bon résultat.”

Ce n'était que la première course et nous allons devoir travailler très dur pour nous assurer de faire une bonne saison. J'espère qu'avec deux semaines de préparation pour les quelques courses à venir, ce temps passé ensemble nous aidera.”

Avant de retrouver son équipe en vue du retour de l'IndyCar sur l'ovale de Phoenix, le 2 avril pour la seconde manche de la saison, Bourdais prendra part ce week-end aux 12 Heures de Sebring sur la la Ford GT officielle n°66 du Chip Ganassi Racing dont il partagera le volant avec Joey Hand et Dirk Müller.

partages
commentaires
Montoya - “On peut en gagner beaucoup d'autres cette année”

Article précédent

Montoya - “On peut en gagner beaucoup d'autres cette année”

Article suivant

Deux belles occasions manquées pour la petite écurie Coyne

Deux belles occasions manquées pour la petite écurie Coyne
Charger les commentaires