F1 Manager 2022, la révolution des jeux de gestion ?

Nous avons joué à F1 Manager 2022 avant sa sortie en août, et ce que nous avons vu jusqu'à présent nous rend impatient pour sa sortie définitive.

Charger le lecteur audio

Les fans, les journalistes et le personnel des écuries savent à quel point la Formule 1 est un sport d'équipe. Mais dans le cas d'un observateur occasionnel, celui-ci voit parfois le pilote recevoir tous les honneurs. Dans ce cas, les légions d'ingénieurs, le personnel des stands et la direction deviennent des héros méconnus. 

Grâce aux documentaires tournés dans les coulisses de la F1 (notamment la série Netflix Drive to Survive), des noms comme Christian Horner et Toto Wolff sont devenus familiers. En revanche, Franz Tost, par exemple, n'a été que rarement cité, bien qu'il occupe le même poste que ses deux compères. Et c'est dans ce contexte qu'intervient le prochain jeu vidéo F1 Manager 2022, où vous allez pouvoir incarner l'Autrichien. Ou plutôt, vous serez votre propre patron et contrôlerez tous les aspects d'une équipe de F1, à l'exception du pilotage à proprement parler.

La liste complète des pilotes et des circuits du calendrier 2022 est présente, mais il en va de même pour les véritables ingénieurs de course, les aérodynamiciens et les responsables techniques. Vous devez équilibrer les demandes du conseil d'administration avec le développements des pièces, tout en jonglant avec le règlement sportif. Votre objectif est donc double : devenir Champion du monde et essayer de ne pas vous faire licencier.

Les premiers détails ayant été révélés au début de l'année, il était enfin temps d'essayer F1 Manager 2022 dans les bureaux du développeur du jeu à Cambridge, avant sa sortie prévue le 30 août sur PC, PlayStation et Xbox.

Un jeu de gestion d'un autre niveau

Pour en venir directement à la première surprise, le principal élément qui était resté caché jusqu'à présent est la présentation des courses. Cela semble évident, mais pour un titre de gestion, il n'est pas nécessaire de représenter les voitures sur la piste par autre chose que des icônes mobiles, à l'instar d'un tracker de pilotes sur le muret des stands. 

Pourtant, F1 Manager 2022 présente bel et bien l'ensemble de la grille de départ lors des courses, avec des modèles 3D et une météo dynamique, rien de moins. Chaque circuit est également fidèlement recréé à l'aide d'un mélange de données CAO, de sorte que non seulement l'asphalte est visible, mais aussi les bâtiments environnants, les grillages et la verdure, pour un sentiment d'immersion optimal. 

 

Si la vue traditionnelle des jeux de gestion, avec des points qui se déplacent sur la carte du circuit, vous plaît davantage, cet affichage prend le relais lorsque vous augmentez la vitesse de la course. Vous l'utiliserez sans doute davantage à mesure que vous comprendrez les nuances du jeu, mais pour une première course, en supervisant Alpine lors du Grand Prix d'Azerbaïdjan dans notre cas, il était préférable de voir autant que possible les voitures en piste. 

Une fois la course commencée (vous pouvez au préalable gérer les séances d'essais et de qualification), nous sommes sommes sentis totalement immergés, notamment avec les commentaires de David Croft qui rendent l'expérience authentique. Le célèbre commentateur britannique est suppléé par Karun Chandhok, et les deux voix de la F1 s'expriment avec plus de détails qu'attendu.

 

La sélection d'une équipe au lancement du jeu révèle des modélisations de visage remarquables, avec un George Russell qui vous observe avec beaucoup de réalisme. Ces représentations sont également utilisées dans les scènes d'avant-course où vos pilotes parlent aux ingénieurs, ou après avoir fêté un podium. 

Sur la piste, F1 Manager 2022 n'a rien à envier à F1 22, le dernier opus du jeu de course annuel qui paraîtra en juillet, et est en avance sur tout ce qui se fait dans sa catégorie. Cependant, malgré l'atmosphère et les images des jours de course, il s'agit avant tout d'un jeu de gestion, et c'est à cela que nous allons nous intéresser.

Une interface sobre et efficace

Les graphismes sont une agréable surprise, mais l'attrait principal de F1 Manager 2022 réside dans l'exploration de couches de données pour prendre des décisions cruciales. Des menus, des menus et encore des menus. Vous disposez d'une page d'accueil avec des raccourcis vers les principaux départements ou domaines de gestion, comme le développement des pilotes, la gestion des pièces des voitures ou votre calendrier de courses.

Mais en réalité, votre boîte mail est le volet à visiter en priorité pour savoir ce que vous devez faire ensuite, avec des messages des autres membres de l'équipe vous informant des objectifs, des revenus et des courses à venir. En bas de votre écran, vous trouverez toujours une rangée d'icônes que vous pouvez utiliser pour passer d'un domaine à l'autre, comme la gestion financière ou le recrutement de l'équipe. En haut à droite de votre écran se trouve un bouton géant "Continuer" qui reste en position et dont l'action varie en fonction de votre progression. Ainsi, si vous souhaitez passer à la session ou à la course suivante, c'est vers cette zone que vous vous dirigerez toujours. 

 

Beaucoup d'éléments doivent être passés au crible, mais s'il y a toujours le bouton "Continuer" pour progresser, il n'y a pas toujours de touche "Retour" pour revenir à votre dernière action. À la place, vous utilisez les icônes en bas de l'écran, auxquelles vous vous habituerez avec le temps. Il y aura également un tutoriel au premier démarrage du jeu qui vous guidera. De quoi aider les novices en la matière pour s'acclimater au jeu.

Nous avons pu tester le jeu sur PC avec une souris et un clavier, qui ne sont pas pris en charge par les versions PlayStation et Xbox. L'équipe a l'habitude de rendre des jeux de gestion (comme Planet Coaster) adaptables à l'utilisation d'une manette, mais à ce stade, nous n'avons pas pu tester cette méthode de jeu, une facette clé du succès potentiel de F1 Manager 2022. 

Créer des pièces ou les améliorer, il faudra choisir 

Ce que vous ferez dans ces menus, en plus de surveiller vos adversaires et d'investir dans un héliport (aucun regret, ces 500 000 dollars ont été bien dépensés...), c'est travailler sur la progression de votre équipe. Au cours de notre session de jeu, nous avons pris conscience d'un manque de performances en matière de refroidissement, et nous avons donc cherché à savoir ce qui pouvait être amélioré au niveau des pontons.

Investir dans la création d'un design révisé signifiait des implications potentielles en termes de plafonnement des coûts, d'heures en soufflerie et d'utilisation de grosses unités d'allocation d'heures – toutes les règles auxquelles la véritable équipe basée à Enstone doit se conformer. Il ne s'agit pas simplement de sélectionner une zone à développer, car dans ce cas précis, il y avait quatre paramètres à modifier : la réduction de la traînée, le refroidissement du moteur, le flux d'air avant et le flux d'air central.

 

La modification d'un curseur au profit d'un paramètre a un effet négatif sur les autres. Trouver l'équilibre optimal est un compromis. Une fois que les pièces ont été créées, elles ne sont pas non plus placées comme par magie sur vos voitures. C'est à vous de répartir les nouveaux ajouts. Voitures au pluriel, car en dehors de la piste comme en course, vous devez gérer les deux bolides engagés par votre équipe. 

À vous d'éviter une situation similaire à celle de Red Bull en 2010, quand l'écurie avait décidé de mettre le nouvel aileron de Mark Webber sur la voiture de Sebastian Vettel, alors que ce dernier avait cassé le sien. Il convient toutefois de noter que, même si vous créez de nouvelles améliorations pour vos voitures, l'aspect visuel restera le même, même si un aileron avant neuf est conçu, par exemple. 

Les vues d'ensemble de l'équipe sont extrêmement détaillées

Avec une liste complète de pilotes de réserve, de la Formule 2 à la Formule 3, nous avons pu recruter Arthur Leclerc, le jeune frère de Charles qui court en F3, comme troisième pilote. Il est saisissant de constater que Leclerc, membre de la Ferrari Driver Academy, a enfilé une combinaison Alpine après avoir été engagé. Les académies de pilotage ne sont manifestement pas respectées, mais à notre avis, cela n'est pas un obstacle à l'immersion. Alex Albon pilote bien pour Williams avec un casque Red Bull dans la réalité.

 

La simulation du marché des pilotes est un élément indispensable pour un jeu de ce type, mais là où F1 Manager 2022 nous a bluffé, c'est sur les détails du personnel des équipes, dans des positions correspondantes à celles du monde réel et une note de compétence sur 100. Vous pouvez même échanger les ingénieurs de course d'Esteban Ocon et de Fernando Alonso – Josh Peckett et Karel Loos – si vous le souhaitez. Dans ce cas, une note d'affinité entre en jeu, et il n'y a aucune garantie qu'ils s'entendent avec leurs nouveaux pilotes.

La ruée durant la course

De retour à la course, nos deux pilotes Alpine passent le premier tour indemnes. L'expérience de la course est plus approfondie qu'il n'y paraît au premier abord. Notre première réaction a été de demander aux pilotes de pousser aussi fort qu'ils le pouvaient dans les premiers tours. Nous avons donc demandé un changement de style de conduite, réglé le système de récupération d'énergie sur le mode dépassement et abandonné toute gestion du carburant. 

Avec des positions gagnées, les choses se déroulaient pour le mieux. Mais nous étions loin de nous douter qu'en poussant aussi fort au début de la course, l'usure des pneus allait s'accélérer à un rythme alarmant, ce qui nous a contraint à un arrêt au stand précoce.

 

Pendant tout ce temps, nous passions d'un coéquipier à l'autre, en regardant la course en temps réel via des angles de caméra repris de ce que nous pouvons voir à la télé (en bord de piste ou embarqués). Les ingénieurs de course communiquaient constamment par radio avec les pilotes pour gérer leur rythme, le tout avec de véritables messages datant de courses ayant eu lieu ces dernières années. Un détail très appréciable qui rend l'expérience encore plus proche de la réalité.

Suite à un accident de Max Verstappen, la voiture de sécurité a été déployée. Une petite interruption pour nous, mais d'autres invités jouant dans la même pièce à nos côtés ont connu des drapeaux rouges, selon des probabilités statistiques basées sur les courses passées sur chaque circuit. 

Avec le peloton à nouveau condensé, les pneus des deux pilotes étaient en moins bon état que ceux de nos principaux rivaux. Alonso perdait des places au profit des Flèches d'Argent mais conservait un écart confortable avec la septième place. Ocon, quant à lui, reculait régulièrement jusqu'à la 12e place. 

 

Sur le chemin du retour du studio, nous nous maudissions encore d'avoir adopté une stratégie de pneus trop agressive, privant l'équipe d'une position doublement payante et regrettant le manque de prévoyance. Reste à voir si F1 Manager 2022 offre suffisamment de progression ou d'accroches de jeu pour vous divertir pendant plusieurs saisons, mais en l'état actuel des choses, nous avons hâte d'en découvrir plus.

partages
commentaires

Voir aussi :

F1 22 : plusieurs nouveautés présentées dans un trailer
Article précédent

F1 22 : plusieurs nouveautés présentées dans un trailer

Article suivant

F1 22 : Pourquoi les supercars sont fun mais superflues

F1 22 : Pourquoi les supercars sont fun mais superflues