Le Mans 66
Dossier

Le Mans 66

1966, l'année où Ford a mis Ferrari à terre

Avec le film LE MANS 66, c'est dans une édition emblématique des 24 Heures du Mans que vont se plonger les spectateurs des salles obscures. Cette année-là, Chris Amon et Bruce McLaren avaient fait triompher Ford pour la première fois dans la Sarthe, permettant au constructeur américain de relever avec brio le défi qu'il s'était lancé plusieurs mois auparavant : battre un adversaire aussi redoutable que Ferrari, après en être déjà passé tout près lors de l'édition 1965.

1966, l'année où Ford a mis Ferrari à terre

Ce duel de titans entre Ford et Ferrari était donc l'affiche phare de la 34e édition des 24 Heures du Mans. Pour mettre fin à l'hégémonie italienne, Henri Ford II avait envoyé en terre mancelle pas moins de huit modèles des toutes nouvelles MkII. D'apparence peu éloignées des premières GT40, elles étaient en fait radicalement différentes de leurs devancières, et propulsées par un redoutable V8 de 7 litres.

Après avoir dominé les qualifications en décrochant la pole position grâce à Dan Gurney et en plaçant six autos dans le top 10, Ford avait signé le triplé au terme du double tour d'horloge, avec notamment une arrivée orchestrée et restée dans les mémoires, les deux voitures américaines étant saluées côte à côte par le drapeau à damier. Un épisode qui avait d'ailleurs provoqué la colère de l'un des pilotes, Ken Miles, l'un des héros du film Le Mans 66 interprété par Christian Bale. En face, Ferrari avait dû baisser pavillon et s'incliner devant cette prise de pouvoir. Pire, aucune des 330 P3 engagées par la firme au cheval cabré n'avait vu l'arrivée.

"À cette époque, la vitesse de pointe de la GT40 était 150 km/h au-dessus de certaines autres voitures en piste, alors ça pouvait être assez dangereux, particulièrement de nuit, sous la pluie, avec du brouillard, quand on arrivait sur ces voitures et que l’on ne voyait pas trop", racontait Chris Amon il y a quelques années, en se remémorant cette édition à part. "L’autre chose, c’est que les voitures de l’époque laissaient échapper beaucoup d’huile, alors au fil de la course, et avec la pluie qui tombait, ça devenait très glissant. Nous nous arrêtions toutes les heures et demie pour faire le plein, et nous n’étions pas autorisés à piloter plus de quatre heures de suite. Bruce pouvait dormir n’importe où à n’importe quel moment, mais pas moi."

Avant ce triomphe de 1966, il y eut pourtant la débâcle de l'édition 1965 pour Ford, où le constructeur américain avait payé le prix fort de son manque de fiabilité. À tel point qu'après cet épisode amer, Henry Ford II avait envoyé à tous les responsables des différents départements de la marque une carte de vœux comportant le message suivant : "Vous feriez mieux de gagner". Il missionna alors Leo Beebe de prendre la tête d'un "Comité Le Mans" mis sur pied pour enfin s'imposer dans la Sarthe. Les moyens financiers mis à disposition du programme pour l'emporter étaient quant à eux à la hauteur des ambitions clairement affichées. Carol Shelby, ex-pilote reconverti dans la préparation de voitures de course et incarné par Matt Damon dans Le Mans 66, se chargea de développer l'auto partie conquérir Le Mans.

L'arrivée orchestrée par Shelby fut quant à elle une véritable source de tensions avec Miles. Alors qu'il était en tête, Dan Gurney avait dû abandonner. Les deux autres voitures de l'équipe roulant loin devant la première de Holman Moody, Shelby imagina une arrivée... ex æquo entre ses deux voitures, rejointes par la GT40 complétant le tiercé. Fâché, Miles laissa, par dépit, McLaren prendre quelques mètres d'avance sur la ligne. Avec Jerry Grant, il allait être classé à la deuxième place, puisque McLaren et Hulme avaient quant à eux parcouru quelques mètres de plus, s'étant qualifiés plus loin. En effet, à l'époque c'est la distance totale qui était le juge de paix pour le classement final des 24 Heures du Mans.

Quelques mois plus tard, Enzo Ferrari écrivait dans la préface du livre annuel de la Scuderia : "Chers amis, cette année est celle où nous avons fini par être battus au Mans".

Voir aussi :

Sponsorisé par Le Mans 66, le 13 novembre au cinéma

partages
commentaires
Ford GT40, ou le génie de Shelby pour battre Ferrari
Article précédent

Ford GT40, ou le génie de Shelby pour battre Ferrari

Article suivant

Button veut gagner Le Mans en Hypercar

Button veut gagner Le Mans en Hypercar
Charger les commentaires
Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange" Prime

Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange"

WRT se bat aux avant-postes du GT depuis des années et a réussi avec brio son passage en prototype, avec à la clé une victoire aux 24 Heures du Mans en LMP2. L'issue aurait même pu être plus heureuse si la course avait été un tour plus courte...

24 Heures du Mans
17 oct. 2021
Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix Prime

Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix

En 1997 le programme Panoz GT n'apparaissait pas comme un choix attrayant pour un ex-pilote de Formule 1, McLaren constituant un bien meilleur pari. Mais contre toute attente, David Brabham fit le choix de la marque américaine pour former un duo gagnant pendant plusieurs années.

GT
25 sept. 2021
Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ? Prime

Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ?

L'ère de l'Hypercar s'est ouverte aux 24 Heures du Mans par la victoire de Toyota. Désormais, la concurrence est attendue et beaucoup de regards sont tournés vers Peugeot, dont l'arrivée est programmée pour 2022. Nous avons rencontré Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport, pour faire un point complet.

WEC
29 août 2021
Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans Prime

Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans

C'est l'une des plus grandes histoires de la Sarthe. Paul Newman, deuxième des 24 Heures du Mans 1979, aurait pu facilement remporter la célèbre épreuve sans l'ingéniosité du regretté Manfred Kremer.

24 Heures du Mans
20 août 2021
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021