Le Mans 2020 : la course la plus rapide de l'histoire récente ?

Les conditions atmosphériques du mois de septembre pourraient donner lieu à l'une des éditions les plus rapides de l'histoire récente en cas de piste sèche, selon le manufacturier Goodyear.

Le Mans 2020 : la course la plus rapide de l'histoire récente ?
Charger le lecteur audio

En raison de la pandémie due au nouveau coronavirus, l'Automobile Club de l'Ouest a pris très tôt la décision de reporter l'édition 2020 des 24 Heures du Mans de juin à septembre. Il s'agit d'une première depuis 1968 et cette perspective n'est pas sans modifier les conditions de piste dans lesquelles évolueront les concurrents. À l'heure qu'il est, les organisateurs font tout pour tenir cette nouvelle date, bien qu'une part importante d'incertitude demeure quant à l'évolution de la situation.

Lire aussi :

Une chose est certaine : sur le plan sportif, si la 88e édition de la classique mancelle se déroule en septembre, la donne ne sera pas la même qu'en juin. De là à entraîner une baisse significative des chronos ? C'est ce dont on est convaincu chez Goodyear, qui équipe notamment les équipes Jota et Jackie Chan DC Racing dans la catégorie LMP2, ainsi que d'autres structures d'ELMS qui participeront au double tour d'horloge.

"Il pourrait y avoir des différences de température entre septembre et juin, que ce soit de l'ordre d'un chiffre ou jusqu'à 30 degrés en ce qui concerne la température ambiante. Et cela avant que l'on fasse la conversion au niveau de la température de piste", fait remarquer Ben Crawley, directeur de la branche sportive de Goodyear, dans un podcast du WEC. "En septembre, on pourrait par exemple s'attendre à des températures globalement plus fraîches et pour des périodes probablement plus longues, et peut-être quelques heures de plus la nuit."

"Je pense que nous pourrions assister à l'une des éditions des 24 Heures du Mans les plus rapides de l'histoire récente car typiquement, avec des températures plus fraîches, on s'attend à ce que les pilotes et les équipes puissent opter pour un meilleur équilibre, ou se concentrer sur les spécifications de pneus les plus tendres que nous aurions. Avec les conditions plus fraîches, le potentiel pour les pneus d'être performants à leur maximum absolu fait que l'on pourrait chercher à avoir moins d'arrêts au stand, ou des arrêts plus courts sans changer les gommes aussi souvent qu'à l'ordinaire et tout en utilisant des pneus plus tendres. De ce point de vue, ce pourrait être un Le Mans très rapide en septembre."

Néanmoins, cela s'appliquerait sur piste sèche, mais le fait de courir en septembre pourrait également exposer davantage les concurrents aux risques de précipitation. Ainsi Nicki Thiim, expérimenté pilote du programme GT d'Aston Martin, s'attend à "une course complètement différente" de ce à quoi il est habitué. "Il va pleuvoir à un moment donné", prédit le Danois. "Évidemment, la pluie dans le noir ce n'est pas le plus simple pour piloter, mais c'est la même chose pour tout le monde. Si nous avons ces conditions très fraîches en plus de ça, il faudra que toute l'équipe échafaude un plan pour trouver le meilleur équilibre et tirer les meilleures performances de tout cela."

partages
commentaires
Que réserve l'avenir pour les 24 Heures du Mans et le WEC ?
Article précédent

Que réserve l'avenir pour les 24 Heures du Mans et le WEC ?

Article suivant

La dernière Peugeot 908 victorieuse mise en vente

La dernière Peugeot 908 victorieuse mise en vente
Charger les commentaires
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange" Prime

Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange"

WRT se bat aux avant-postes du GT depuis des années et a réussi avec brio son passage en prototype, avec à la clé une victoire aux 24 Heures du Mans en LMP2. L'issue aurait même pu être plus heureuse si la course avait été un tour plus courte...

24 Heures du Mans
17 oct. 2021
Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix Prime

Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix

En 1997 le programme Panoz GT n'apparaissait pas comme un choix attrayant pour un ex-pilote de Formule 1, McLaren constituant un bien meilleur pari. Mais contre toute attente, David Brabham fit le choix de la marque américaine pour former un duo gagnant pendant plusieurs années.

GT
25 sept. 2021
Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ? Prime

Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ?

L'ère de l'Hypercar s'est ouverte aux 24 Heures du Mans par la victoire de Toyota. Désormais, la concurrence est attendue et beaucoup de regards sont tournés vers Peugeot, dont l'arrivée est programmée pour 2022. Nous avons rencontré Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport, pour faire un point complet.

WEC
29 août 2021
Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans Prime

Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans

C'est l'une des plus grandes histoires de la Sarthe. Paul Newman, deuxième des 24 Heures du Mans 1979, aurait pu facilement remporter la célèbre épreuve sans l'ingéniosité du regretté Manfred Kremer.

24 Heures du Mans
20 août 2021
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021