Il y a 50 ans, Porsche commençait à écrire sa légende

Il y a cinquante ans jour pour jour, Porsche décrochait sa première victoire aux 24 Heures du Mans. Aujourd'hui, le constructeur allemand est le plus titré de la classique mancelle.

Revivez ci-dessus les meilleurs moments des 24 Heures du Mans 1970. La version complète de cette édition et toutes les archives de l'épreuve sont disponibles sur Motorsport.tv. Abonnez-vous dès maintenant.

Avec ses 19 succès, Porsche est le constructeur le plus victorieux de l'Histoire des 24 Heures du Mans. Le dernier en date est encore récent puisqu'il remonte à 2017 avec la 919 Hybrid, avant que la marque ne mette fin à son programme LMP1. Mais quid de la première ? C'était justement il y a cinquante ans, jour pour jour : une victoire signée avec la légendaire 917 KH et son moteur de 580 chevaux.

Porsche participait à la classique mancelle depuis près de 20 ans – son premier engagement remonte à 1951 – mais n'avait décroché jusqu'alors "que" des victoires de catégorie, notamment avec la 356 SL. Après s'être concentrée sur les petites cylindrées, la marque allemande changea son fusil d'épaule à la fin des années 60, passant notamment à une seconde de la victoire en 1969. Ce n'était que partie remise puisque la victoire fut sienne un an plus tard avec au volant de la 917 l'Allemand Hans Herrmann et le Britannique Richard Attwood. Le début de la légende…  

Lire aussi :

Les deux hommes avaient parcouru 343 tours du circuit de la Sarthe, soit l'équivalent de 4608 kilomètres au volant d'une auto engagée sous la bannière autrichienne Porsche Salzbourg – une deuxième équipe d'usine déguisée – et frappée du numéro 23. Une auto qui avait fortement évolué pour se transformer en machine victorieuse. "Au début, la 917 était une voiture très capricieuse", se remémore Hans Herrmann. "C'est davantage elle qui nous pilotait que nous qui la pilotions, jusqu'à ce qu'une optimisation de l'aérodynamique en fasse un modèle taillé pour la victoire. […] La course a eu lieu en grande partie sous une pluie battante. Il nous a fallu sans cesse nous adapter à l'état de la chaussée. Ce n'est pas l'usure qui nous a obligés à changer les pneumatiques, mais la météo très changeante. Nous nous sommes très bien entendus entre pilotes, c'est ce qui nous a permis de gagner. Remporter les 24 Heures à deux seulement ce n'est pas une mince affaire."

#23 Porsche KG Salzburg Porsche 917K: Hans Herrmann, Richard Atwood

À cette époque en effet, c'est en binôme que se disputait la plus grande course d'Endurance au monde et non en trio. Seule évolution majeure en cette année 1970, la disparition du fameux départ type Le Mans, lors duquel les pilotes couraient vers leur voiture. L'épreuve, quant à elle, était éminemment sélective. Rendez-vous compte : sur 51 voitures au départ, seules huit furent classées à l'arrivée ! "Au Mans, ça passe ou ça casse", souligne Richard Attwood, qui dut également donner de sa personne après avoir souffert physiquement. Il ne le savait pas encore, mais il avait en fait les oreillons. "Nous ne pensions pas pouvoir remporter les 24 Heures du Mans avec Hans, car notre voiture n'avait pas les bons réglages pour les vitesses. Hans et moi, nous formions tout simplement le duo parfait." 

Lire aussi :

"Nous n'avions pas à piloter de manière particulièrement compétitive", ajoute le Britannique. "La voiture derrière nous était une 917, donc Porsche jouait la sécurité et n'avait pas autorisé la deuxième voiture à venir se battre contre nous. À cette époque, les 24 Heures du Mans étaient vraiment de l'endurance. Le pilote constituait une part importante, essentielle pour finir la course. Aujourd'hui, c'est une course complètement différente. Chaque relais se fait à fond et la fiabilité est incroyablement bonne. La course est venue à nous. Nous ne l'avons pas gagnée, elle nous a été offerte."

Ce premier succès au classement général des 24 Heures du Mans fut retentissant pour Porsche, qui organisa un défilé triomphal à Stuttgart, en plein centre-ville. Nul ne savait alors qu'il serait suivi par 18 autres…

Hans Herrmann, Richard Attwood, Porsche 917K
partages
commentaires
Après un nouveau drapeau rouge, Verstappen/Norris de retour

Article précédent

Après un nouveau drapeau rouge, Verstappen/Norris de retour

Article suivant

Rebellion Williams Esport remporte les 24H du Mans virtuelles

Rebellion Williams Esport remporte les 24H du Mans virtuelles
Charger les commentaires
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021
Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance Prime

Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance

Revenant dans la catégorie reine de l'Endurance après 50 années d'absence, Ferrari va s'engager en catégorie "Le Mans Hypercar" en 2023. La marque italienne dément tout lien avec le plafond de dépenses de la F1, mais il ne s'agit assurément pas d'une coïncidence...

WEC
28 févr. 2021
Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche" Prime

Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche"

À 30 ans, Jean-Éric Vergne est à l'apogée de sa carrière. Le double champion de Formule E va partir en quête d'un troisième titre dans le championnat tout électrique et a été recruté par Peugeot Sport pour l'ère Hypercar à venir. Il s'est confié à Motorsport.com.

Formule E
11 févr. 2021
L'avenir de la F1 va-t-il passer par l'hydrogène ? Prime

L'avenir de la F1 va-t-il passer par l'hydrogène ?

Alors que les discussions sont en cours pour la prochaine formule moteur de la F1 au-delà de l'horizon 2025, la question de l'orientation à long terme se pose, avec deux options principales évoquées jusqu'ici.

Formule 1
1 févr. 2021
Le GTE agonise : les trois scénarios qui pourraient tout changer Prime

Le GTE agonise : les trois scénarios qui pourraient tout changer

La catégorie GTE donne le sentiment de s'effondrer comme un château de cartes, et le WEC va devoir réagir. Trois scénarios peuvent être imaginés pour l'avenir du GT en Championnat du monde d'Endurance et aux 24 Heures du Mans. Les voici.

24 Heures du Mans
30 janv. 2021
Le nouveau départ qui pourrait couronner de succès Kevin Magnussen Prime

Le nouveau départ qui pourrait couronner de succès Kevin Magnussen

Après avoir passé plus de sept ans sans victoire chez McLaren, Renault et Haas en Formule 1, Kevin Magnussen pourrait renouer en IMSA avec ce qu'il désire le plus : une chance de gagner.

IMSA
29 janv. 2021