1942-2018 : Le Mans pleure Gérard Welter

Créateur de prototypes capables d'affoler les compteurs sur le circuit des 24 Heures du Mans, Gérard Welter est décédé mercredi 31 janvier. Il était également le père de la célèbre Peugeot 205.

1942-2018 : Le Mans pleure Gérard Welter

Décédé à l'âge de 75 ans, Gérard Welter était l'architecte d'une lignée de prototypes particuliers qui ont couru les 24 Heures du Mans à travers pas moins de cinq décennies. Les autos WM et WR, construites essentiellement dans son propre garage, n'étaient pas tant conçues dans l'optique de réaliser des résultats mais surtout pour faire les gros titres.

Les prototypes WM GTP et Groupe C ont couru au Mans entre 1976 et 1989 avec l'objectif d'atteindre la vitesse de pointe la plus élevée dans la ligne droite des Hunaudières, à une époque où celle-ci n'était pas entrecoupée de chicanes. L'écurie avait ensuite fait son retour dans la Sarthe dans les années 90 sous le nom de Welter Racing, avec des prototypes ouverts et très légers aspirant à accrocher la pole position.

À leur époque, les WM propulsées par un moteur Peugeot étaient bel et bien parmi les plus véloces dans les Hunaudières, à tel point que Roger Dorchy détient encore le record de 405 km/h : une vitesse atteinte lors de l'édition 1988 au volant de la P88. Sept ans plus tard, un prototype WR-Peugeot piloté par William David s'emparait de la pole position, emmenant même un doublé.

Dans cette quête de vitesse pure, il est à noter que François Migault avait atteint les 416 km/h avec le prototype P87 en 1987, sur une autoroute fermée près de Reims.

Thierry Boutsen, qui a fait ses débuts aux 24 Heures du Mans au volant d'une WM en 1981, se souvient à quel point ces prototypes étaient "faits pour la vitesse de pointe et rien d'autre". Un souvenir identique à celui de Didier Theys, présent au départ de la classique mancelle à deux reprises au début des années 80 : "Ils taillaient cette voiture pour les lignes droites, mais nous n'avions pas d'appui aérodynamique. C'est sûr, la voiture était rapide dans les Hunaudières, mais les temps au tour étaient horribles. C'était effrayant à piloter, tellement instable."

Le meilleur résultat au Mans d'une auto conçue par Walter remonte à 1980, quand Roger Dorchy et Guy Fréquelin avaient pris la quatrième place à bord d'une WM-Peugeot P79/80. C'est d'ailleurs l'une des rares fois où l'un de ces prototypes a vu le drapeau à damier. 

#37 Gerard Welter WR Zytek: Philippe Salini, Stéphane Salini, Tristan Gommendy

Au quotidien, Gérard Welter travaillait pour Peugeot depuis ses 18 ans, devenant même le directeur du centre de style de la marque de 1998 à 2007, année de sa retraite. Il est ainsi le père des lignes de la fameuse 205 et de ses versions sportives, mais il est également à l'origine de nombreux concept-cars du Lion : Proxima, Oxia, Asphalte, Touareg, Féline, 907... Peugeot l'autorisait à utiliser sa soufflerie et ses bancs d'essai pour la conception de ses modèles de course, sans toutefois financer – officiellement du moins – ses travaux.

Dans les années 2000, WR engageait encore des prototypes motorisés par des blocs Peugeot, avant de passer au V8 Zytek en 2008. La dernière apparition de l'équipe remonte à l'édition 2010 avec une WR LMP2008-Zytek alors confiée à Philippe Salini, Stéphane Salini et Tristan Gommendy dans la catégorie LMP2.

WR avait également conçu le châssis de la GreenGT, prototype expérimental à hydrogène qui aurait pu participer à la course en 2013 via le 56e Garage, dédié aux nouvelles technologies.

L'histoire de WR reste également marquée par l'accident qui avait coûté la vie à Sébastien Enjolras en 1997, après un crash terrible survenu entre Arnage et les virages Porsche en marge des pré-qualifications.

Suite à l'annonce du décès de Gérard Welter, Pierre Fillon, président de l'Automobile Club de l'Ouest, a rendu hommage cet homme, cette intelligence, totalement dédiés à l’automobile et au sport automobile, avec un état d’esprit enthousiasmant et générateur d’énergie positive. Gérard Welter était un élément moteur, véritablement". 

Welter Racing WR Peugeot : Yojiro Terada, Patrice Roussel, William Binnie
partages
commentaires
Lammers va participer une 24e fois aux 24 Heures du Mans
Article précédent

Lammers va participer une 24e fois aux 24 Heures du Mans

Article suivant

Kristensen : "Alonso est très bien renseigné sur Le Mans"

Kristensen : "Alonso est très bien renseigné sur Le Mans"
Charger les commentaires
Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange" Prime

Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange"

WRT se bat aux avant-postes du GT depuis des années et a réussi avec brio son passage en prototype, avec à la clé une victoire aux 24 Heures du Mans en LMP2. L'issue aurait même pu être plus heureuse si la course avait été un tour plus courte...

24 Heures du Mans
17 oct. 2021
Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix Prime

Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix

En 1997 le programme Panoz GT n'apparaissait pas comme un choix attrayant pour un ex-pilote de Formule 1, McLaren constituant un bien meilleur pari. Mais contre toute attente, David Brabham fit le choix de la marque américaine pour former un duo gagnant pendant plusieurs années.

GT
25 sept. 2021
Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ? Prime

Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ?

L'ère de l'Hypercar s'est ouverte aux 24 Heures du Mans par la victoire de Toyota. Désormais, la concurrence est attendue et beaucoup de regards sont tournés vers Peugeot, dont l'arrivée est programmée pour 2022. Nous avons rencontré Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport, pour faire un point complet.

WEC
29 août 2021
Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans Prime

Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans

C'est l'une des plus grandes histoires de la Sarthe. Paul Newman, deuxième des 24 Heures du Mans 1979, aurait pu facilement remporter la célèbre épreuve sans l'ingéniosité du regretté Manfred Kremer.

24 Heures du Mans
20 août 2021
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021