Faire Le Mans avec une livrée mythique ? "C'est terrible !"

On ne peut pas le nier, en dévoilant deux livrées mythiques pour les 24 Heures du Mans, célébrant ses 70 ans en Endurance, Porsche a frappé fort avant la classique mancelle.

Faire Le Mans avec une livrée mythique ? "C'est terrible !"
#92 Porsche GT Team Porsche 911 RSR: Michael Christensen, Kevin Estre, Laurens Vanthoor, Dirk Werner
#92 Porsche GT Team Porsche 911 RSR: Michael Christensen, Kevin Estre, Laurens Vanthoor, Dirk Werner
#92 Porsche GT Team Porsche 911 RSR
#92 Porsche GT Team Porsche 911 RSR
Les casques des pilotes Porsche GT
#92 Porsche GT Team Porsche 911 RSR: Michael Christensen, Kevin Estre, Laurens Vanthoor, Dirk Werner
#92 Porsche GT Team Porsche 911 RSR: Michael Christensen, Kevin Estre, Laurens Vanthoor, Dirk Werner
#92 Porsche GT Team Porsche 911 RSR
#92 Porsche GT Team Porsche 911 RSR
#92 Porsche GT Team Porsche 911 RSR: Michael Christensen, Kevin Estre, Laurens Vanthoor, Dirk Werner
#91 Porsche GT Team Porsche 911 RSR: Richard Lietz, Gianmaria Bruni, Frédéric Makowiecki, #92 Porsche GT Team Porsche 911 RSR: Michael Christensen, Kevin Estre, Laurens Vanthoor
#92 Porsche GT Team Porsche 911 RSR
#92 Porsche GT Team Porsche 911 RSR
#92 Porsche GT Team Porsche 911 RSR: Michael Christensen, Kevin Estre, Laurens Vanthoor, Dirk Werner
#91 Porsche GT Team Porsche 911 RSR
#92 Porsche GT Team Porsche 911 RSR

B.D., Le Mans - Presque comme un pied de nez, le constructeur allemand a su tirer la couverture à lui en jouant la carte sensible de l'Histoire et de la nostalgie, en dépit de l'arrêt de son programme LMP1 et de son absence de lutte pour la victoire finale.

C'est en LMGTE Pro que Porsche fourbit ses armes et va lutter contre Ford, mais aussi face à Ferrari, BMW, Aston Martin et Corvette. Un programme exceptionnel avec pas moins de quatre 911 RSR engagées, les deux vues habituellement en WEC étant ralliées par deux autres autos.

"Pour nous, la 91 et la 92, on fait le WEC et toute la saison", Kévin Estre, qui partage le volant de la Porsche #92 avec Michael Christensen et Laurens Vanthoor. "Le Mans est la course la plus importante mais ça fait partie de la saison ,donc il faut aussi penser aux points et au championnat. La 93 et la 94 ne marquent pas de points au championnat, donc c'est sûr que s'il y a plus de risques à prendre, ils en prendront plus que nous."

"Il est évident que l'attente est élevée de la part de tout le monde et de chez nous en interne parce qu'on a poussé fort pour être bien à cette course. Ici c'est facile de faire une erreur, d'avoir un problème, et avoir quatre voitures avec des super pilotes sur toutes les voitures et des super équipes qui s'en occupent, je pense que ça aide. On l'a vu avec Ford : à chaque fois que l'on engage plus de voitures, on a plus de chances. On peut risquer, on peut séparer les stratégies."

Interrogé par Motorsport.com, le pilote français qui sera au départ de ses quatrièmes 24 Heures du Mans ne cache pas son excitation d'évoluer au volant d'une Porsche affublée d'une livrée "revival" absolument mythique : celle de la Pink Pig de 1971 ! Pendant ce temps, leurs voisins de garage Richard Lietz, Gianmaria Bruni et Frederic Makowiecki arboreront les couleurs rappelant les célèbres livrées Rothmans.

"C'est terrible !" lâche Kevin Estre dans un grand sourire. "Quand Porsche nous a annoncé en début d'année qu'on devrait avoir un design particulier pour la course, ils nous ont dit qu'il y avait Rothmans, Martini, Pink Pig à l'étude. On a retenu ces deux-là, ils nous ont montré la photo. On était tous les six, les équipages de la 91 et de la 92, et il a fallu qu'on choisisse. Tous les trois on s'est dit, tant qu'à faire on va faire fort, et on a tous choisi Pink Pig. Les autres étaient un peu plus sur la retenue. Ça s'est fait comme ça."

"C'est vraiment quelque chose de spécial pour moi. Quand j'ai commencé à rouler chez Porsche, et même avant à m'intéresser au sport auto, à l'Endurance, il y a une Porsche qui m'a marqué, c'est cette Pink Pig de 71. J'ai commencé à chercher pourquoi ils avaient fait ça, etc. C'est vraiment quelque chose de spécial, on attire beaucoup d'attention en tout cas !"

Quid de l'étiquette de favori ?

Alors que se déroulent les premiers essais libres et qualificatifs en ce milieu de semaine, le clan Porsche reste en tout cas très prudent quant à l'étiquette de favori que tout le monde lui colle, dans un duel annoncé face à Ford. Il faudra se méfier de tout le monde, qui plus est après une BoP ajustée en faveur d'Aston Martin.

"On a fait un week-end en course en WEC, on était bien mais Ford était peut-être un petit peu mieux que nous [à Spa]", se souvient Kévin Estre. "Aux USA Porsche a gagné Sebring, Ford a gagné Daytona, Corvette était toujours à peu près dans le match, et ici au Mans c'est toujours un circuit un peu particulier, on a un niveau d'aéro qui est différent, on va beaucoup plus vite dans la ligne droite, on a une BoP différente, donc je pense que c'est difficile de vraiment dire qui est favori."

"En tout cas, sur les trois voitures qui sont identiques par rapport à l'année dernière, il n'y a pas grand-chose qui a changé en termes de BoP donc je pense que ce sera serré. Les nouvelles voitures, on en sait rien. C'est difficile de dire si on est favori. On n'a pas peur de Ford, mais je pense que ce sont eux qui ont le plus de cartes en mains. Ils sont toujours très rapides dans la ligne droite, et au Mans ça fait quand même un écart."

partages
commentaires
Ces BMW qui ont marqué l'Histoire des 24 Heures du Mans

Article précédent

Ces BMW qui ont marqué l'Histoire des 24 Heures du Mans

Article suivant

Chasser la pole n'est plus une priorité pour Alpine

Chasser la pole n'est plus une priorité pour Alpine
Charger les commentaires
Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix Prime

Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix

En 1997 le programme Panoz GT n'apparaissait pas comme un choix attrayant pour un ex-pilote de Formule 1, McLaren constituant un bien meilleur pari. Mais contre toute attente, David Brabham fit le choix de la marque américaine pour former un duo gagnant pendant plusieurs années.

GT
25 sept. 2021
Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ? Prime

Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ?

L'ère de l'Hypercar s'est ouverte aux 24 Heures du Mans par la victoire de Toyota. Désormais, la concurrence est attendue et beaucoup de regards sont tournés vers Peugeot, dont l'arrivée est programmée pour 2022. Nous avons rencontré Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport, pour faire un point complet.

WEC
29 août 2021
Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans Prime

Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans

C'est l'une des plus grandes histoires de la Sarthe. Paul Newman, deuxième des 24 Heures du Mans 1979, aurait pu facilement remporter la célèbre épreuve sans l'ingéniosité du regretté Manfred Kremer.

24 Heures du Mans
20 août 2021
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021
Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance Prime

Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance

Revenant dans la catégorie reine de l'Endurance après 50 années d'absence, Ferrari va s'engager en catégorie "Le Mans Hypercar" en 2023. La marque italienne dément tout lien avec le plafond de dépenses de la F1, mais il ne s'agit assurément pas d'une coïncidence...

WEC
28 févr. 2021