24H du Mans : les risques de pluie "sont très forts"

Dans toutes les catégories engagées aux 24 Heures du Mans, on se prépare à un début d'épreuve qui pourrait être rendu très compliqué par les orages, plus particulièrement samedi après-midi...

24H du Mans : les risques de pluie "sont très forts"

Lancées jeudi dans un format hyper condensé, ces 24 Heures du Mans 2020 ont déjà quelque chose d'unique. Malheureusement, la crise du coronavirus a contraint à les reporter en ce mois de septembre, puis à instaurer le huis clos afin de limiter au maximum les risques sanitaires. Néanmoins, on peut se dire aussi que voir cette édition avoir lieu en cette terrible année tient déjà du petit miracle.

Lire aussi :

Côté piste, malgré ce contexte, les 59 concurrents qui sont au rendez-vous ont vite tourné toute leur attention vers l'aspect sportif. Les roulages se sont enchaînés, jusqu'à l'éclosion de ce nouveau format de qualifications plutôt réussi, avec en point d'orgue la première hyperpole de l'Histoire de l'épreuve. Certains nous rappelleront que Toyota reste un peu trop seul au monde en LMP1 avant le double tour d'horloge, en dépit des risques à gérer que le directeur technique Pascal Vasselon a déjà énumérés. Cette humilité est toutefois nécessaire, et mieux vaut s'y tenir quand on sait que le ciel manceau pourrait détenir la clé de la course, toutes catégories confondues…

Les prévisions météorologiques sont scrutées de près dans la Sarthe, et bien qu'il ne soit pas possible de jouer les Madame Irma, le fait que la pluie vienne jouer les trouble-fêtes à un moment ou un autre paraît désormais acquis dans l'esprit des équipes. "C'est toujours facile de lire les prévisions météo, et clairement, elles nous disent que les risques de pluie sont très forts au départ et dans la soirée de samedi", confirme Pascal Vasselon, interrogé par Motorsport.com. "Il semblerait que le risque dimanche soit en train de s'estomper quelque peu, mais le risque de pluie samedi est très, très fort."

On avait des doutes sur l'arrivée de la pluie, maintenant on en est sûrs.

Thomas Laurent, pilote Alpine

On peut faire confiance à l'écurie japonaise et à ses moyens pour disposer des meilleures prévisions possibles, elle qui travaille notamment avec Météo-France directement sur site. Un luxe que n'a pas l'équipe Risi Competizione de Sébastien Bourdais en LMGTE Pro. Toutefois, le pilote manceau sait à quoi s'attendre sur sa terre natale.

"On espère tous pouvoir s'en sortir, parce que si en plus de tout, il y a les conditions météo qui s'en mêlent comme ça a l'air d'être le cas, ça risque d'être une course assez… intéressante !", prévient le Français au micro de Motorsport.com. "Ça change toutes les deux heures. Nous n'avons pas de météorologue donc on aura les infos qu'on aura. C'est comme ça. De toute façon il faudra faire avec. La météo au Mans reste tellement imprévisible que c'est quand même bien difficile de faire des choix de pneus et de stratégie, vu que ça risque d'être mouillé à certains endroits et sec à d'autres. C'est toujours difficile.

Dans les rangs du LMP2, et plus particulièrement chez Alpine, on ne s'embarrasse même plus du conditionnel sur la question de la pluie. Pour l'heure, tout porte à croire que celle-ci, sous la forme d'orages, pourrait fortement perturber la première partie de course… "On avait des doutes il y a quelques jours sur l'arrivée de la pluie, maintenant on en est sûrs", affirme Thomas Laurent à Motorsport.com. "Quand ? On ne sait pas encore. Mais on en est sûrs, pendant la course on va avoir un petit peu d'eau, voire même avant la course, donc on pourrait partir sur une piste assez humide, ou sèche mais piégeuse."

partages
commentaires
ByKolles confirme et dévoile son projet d'Hypercar

Article précédent

ByKolles confirme et dévoile son projet d'Hypercar

Article suivant

Rebellion inquiète Toyota pour la victoire

Rebellion inquiète Toyota pour la victoire
Charger les commentaires
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021
Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance Prime

Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance

Revenant dans la catégorie reine de l'Endurance après 50 années d'absence, Ferrari va s'engager en catégorie "Le Mans Hypercar" en 2023. La marque italienne dément tout lien avec le plafond de dépenses de la F1, mais il ne s'agit assurément pas d'une coïncidence...

WEC
28 févr. 2021
Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche" Prime

Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche"

À 30 ans, Jean-Éric Vergne est à l'apogée de sa carrière. Le double champion de Formule E va partir en quête d'un troisième titre dans le championnat tout électrique et a été recruté par Peugeot Sport pour l'ère Hypercar à venir. Il s'est confié à Motorsport.com.

Formule E
11 févr. 2021
L'avenir de la F1 va-t-il passer par l'hydrogène ? Prime

L'avenir de la F1 va-t-il passer par l'hydrogène ?

Alors que les discussions sont en cours pour la prochaine formule moteur de la F1 au-delà de l'horizon 2025, la question de l'orientation à long terme se pose, avec deux options principales évoquées jusqu'ici.

Formule 1
1 févr. 2021
Le GTE agonise : les trois scénarios qui pourraient tout changer Prime

Le GTE agonise : les trois scénarios qui pourraient tout changer

La catégorie GTE donne le sentiment de s'effondrer comme un château de cartes, et le WEC va devoir réagir. Trois scénarios peuvent être imaginés pour l'avenir du GT en Championnat du monde d'Endurance et aux 24 Heures du Mans. Les voici.

24 Heures du Mans
30 janv. 2021
Le nouveau départ qui pourrait couronner de succès Kevin Magnussen Prime

Le nouveau départ qui pourrait couronner de succès Kevin Magnussen

Après avoir passé plus de sept ans sans victoire chez McLaren, Renault et Haas en Formule 1, Kevin Magnussen pourrait renouer en IMSA avec ce qu'il désire le plus : une chance de gagner.

IMSA
29 janv. 2021
Hypercar Toyota : la révolution masquée de l'Endurance Prime

Hypercar Toyota : la révolution masquée de l'Endurance

La Toyota GR010 conçue pour la nouvelle ère Hypercar du WEC a peu de choses en commun avec la TS050 LMP1 qui l'a précédée. Mais en dépit des restrictions qui accompagnent la nouvelle réglementation, elle ne sera pas moins redoutable.

WEC
27 janv. 2021
Les moteurs de l'Hypercar Peugeot expliqués en détail Prime

Les moteurs de l'Hypercar Peugeot expliqués en détail

Quelques heures après avoir dévoilé leurs choix techniques pour leur Hypercar en Championnat du monde d'Endurance, avec un moteur V6 biturbo de 2,6 litres associé à un moteur électrique développant 200 kW sur l'essieu avant, les dirigeants de Peugeot se sont exprimés en profondeur sur leur concept auprès de la presse française.

WEC
15 déc. 2020