Alonso : "La couronne mondiale, pas seulement les 24H du Mans"

partages
commentaires
Alonso :
Guillaume Navarro
Par : Guillaume Navarro
11 juin 2018 à 15:00

Fernando Alonso clarifie une nouvelle fois avant l'épreuve qui attire sa convoitise qu'il désire aussi inscrire son nom au sommet de la hiérarchie du championnat WEC.

#7 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050
#8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050: Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima, Fernando Alonso, Jose Maria Lopez, Anthony Davidson
#8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050: Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima, Fernando Alonso, Jose Maria Lopez, Anthony Davidson
#8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050: Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima, Fernando Alonso, Jose Maria Lopez, Anthony Davidson
#8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050: Fernando Alonso
#8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050
#8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050: Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima, Fernando Alonso, Jose Maria Lopez, Anthony Davidson
#8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050: Fernando Alonso

G.N., Le Mans - Sa 300e en F1, au Canada, aura été bien loin de lui laisser un souvenir inaltérable : Fernando Alonso fut l'un des rares pilotes à ne pas voir l'arrivée du Grand Prix, dimanche, touché qu'il fut une nouvelle fois par un problème de fiabilité.

Sautant dans l'avion dans la foulée en direction de la France, le pilote Espagnol fait désormais passer toute son attention sur le grand objectif de son année 2018 : une première victoire aux 24 Heures du Mans, au volant du proto Toyota LMP1 ultra-favori.

24 pilotes ont jusqu'à présent remporté la grande classique mancelle dès leur première participation. Les derniers en date sont Earl Bamber et Nico Hülkenberg, vainqueurs en 2015 avec Porsche (voir le résumé vidéo ici). Alonso s'est entraîné d'arrache-pied et a signé une première victoire en endurance avec son équipage, lors des 6 Heures de Spa. Dans sa quête de triple couronne l'ayant aussi vu s'aligner sur l'Indy 500 l'an dernier, l'Espagnol ne lâche rien.

"Dans les deux cas, il m'a fallu adapter mon style de pilotage à une nouvelle voiture, apprendre à travailler dans une nouvelle équipe et obéir à de nouvelles règles", confie-t-il dans le programme officiel des 24 Heures du Mans. "En Endurance, contrairement à la F1, chaque tour est différent. Vous pouvez rattraper des GT, puis être tout seul ou boucler le suivant de nuit. À Indy, tout s'est bien passé. J'ai été compétitif, j'ai mené la course, mais ce fut un challenge très contraignant. Là, ça l'est également, mais j'ai eu l'autorisation de participer à des essais. J'ai préparé Le Mans de manière bien plus approfondie qu'Indy 500 et j'arriverai mieux préparé. Je me sens bien et je suis prêt."

Avant même de préparer son arrivée en WEC – qui est en soi une préparation au Mans –, Alonso a pris part aux 24 Heures de Daytona, en janvier, au volant de la Ligier JS P217 de l'équipe United Autosport, menée par Zak Brown. "J'y suis allé pour préparer la super saison du WEC", poursuit Alonso. "Cela m'a été d'une grande aide. Pas en termes de pilotage, car une LMP2 est très différente d'une LMP1 hybride, mais plus pour la façon d'aborder une course de 24 heures, de dormir, d'utiliser son énergie. Mais également pour les changements de pilote, le trafic, et toutes ces spécificités propres à la discipline. Si nous nous entraînons beaucoup en essais, rien ne remplace la course".

Bien entendu, la victoire sur les 6 Heures de Spa a été significative dans la confiance dont dispose Alonso en lui-même et son équipe avant la grande épreuve sarthoise.

"Dans le trafic, nous avons tout fait à la perfection. Il s'agissait d'un test, mais avec des points au bout. Nous avons signé un doublé, preuve que nous sommes prêts, mais Le Mans sera une autre paire de manches", souligne celui qui sait que cette course ne se donne à personne.

Et l'Espagnol de souligner qu'en dépit de son objectif avoué et des moyens dont il dispose pour l'atteindre, il ne mesure pas le succès de sa carrière en Endurance sur la base seule d'une victoire au Mans… "Non ! Au début, je ne visais que Le Mans, puis le retrait de Porsche du LMP1 et l'arrivée de la super saison du WEC ont rendu les choses très attractives, d'autant qu'il était inenvisageable que je remplace un pilote titulaire juste pour deux épreuves. J'aime courir, j'ambitionne de coiffer la couronne mondiale, pas uniquement de remporter les 24 Heures du Mans".

Article suivant
Toyota hyper favori : "On vit avec, on sait que c'est dangereux"

Article précédent

Toyota hyper favori : "On vit avec, on sait que c'est dangereux"

Article suivant

Isaakyan a encore des "flashs" de son looping

Isaakyan a encore des "flashs" de son looping
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries 24 heures du Mans
Événement 24H du Mans
Lieu Circuit de la Sarthe
Pilotes Fernando Alonso Boutique
Équipes Toyota Racing
Auteur Guillaume Navarro
Type d'article Preview