Alpine au Mans : "Nous savons où nous en sommes"

Les deux A460 ont pris leurs marques sur le circuit des 24 Heures du Mans à l'occasion de la Journée Test. L'objectif de jouer les premières places semble pour le moment bel et bien accessible.

Alpine au Mans : "Nous savons où nous en sommes"
#36 Signatech Alpine A460
#36 Signatech Alpine A460: Gustavo Menezes, Nicolas Lapierre, Stéphane Richelmi
#36 Signatech Alpine A460: Gustavo Menezes, Nicolas Lapierre, Stéphane Richelmi
#49 Michael Shank Racing Ligier JS P2 Honda: John Pew, Oswaldo Negri, Laurens Vanthoor, #36 Signatech Alpine A460: Gustavo Menezes, Nicolas Lapierre, Stéphane Richelmi
#35 Baxi DC Racing Alpine A460 - Nissan: David Cheng, Ho-Pin Tung, Nelson Panciatici
#36 Signatech Alpine A460: Gustavo Menezes, Nicolas Lapierre, Stéphane Richelmi
#35 Baxi DC Racing Alpine A460 Nissan: David Cheng, Ho-Pin Tung, Nelson Panciatici
#36 Signatech Alpine A460: Gustavo Menezes, Nicolas Lapierre, Stéphane Richelmi
Un mécanicien Signatech Alpine
#36 Signatech Alpine A460

B.D., Le Mans - La journée a été studieuse pour Alpine au Mans dimanche, avec un gros travail fourni sur les deux A460 alignées par le constructeur français en LMP2. Avec un chrono de 3’37"397, Nicolas Lapierre a longtemps permis à l’équipage n°36 d’occuper la tête de sa catégorie, avant que Tristan Gommendy et Eurasia ne le délogent de cette première position en milieu d’après-midi. 

Comme prévu, Alpine a mené le programme voulu sur ses deux prototypes, permettant notamment à ses pilotes débutant au Mans de bénéficier du temps de piste nécessaire afin de s’habituer au tracé et de boucler les dix tours réglementaires. 

Simulation de qualifications avortée

Le chrono aurait pu s’affoler davantage puisque la dernière heure devait être consacrée à des simulations de qualifications, mais les deux interruptions et l’arrêt prématuré de la séance par drapeau rouge n’ont pas permis de mener cette mission à bien. 

"C’était une journée importante, qui nous a permis d’appréhender l’espace dans lequel nous allons travailler pendant les deux prochaines semaines", explique Philippe Sinault, team principal de Signatech Alpine. "Sur la piste, nous ne cherchions pas spécialement la performance pure, mais elle est venue assez naturellement. Notre tour le plus rapide est particulièrement satisfaisant, car il a été réalisé avec beaucoup d’essence et sur le premier train de pneus neufs de Nicolas." 

"En fin de journée, nous avons été coupés dans notre élan avec le drapeau rouge, car nos deux voitures s’apprêtaient à s’élancer pour des séries de tours rapides. En associant les données récoltées sur les deux voitures, nous savons où nous en sommes et nous pouvons être confiants quant à notre capacité à jouer dans le peloton de tête avec les deux voitures."

Journée cruciale pour les Rookies

Au sein de l’équipage n°36, Nicolas Lapierre a endossé son rôle de leader pour cette journée cruciale, d’autant plus pour ses coéquipiers Stéphane Richelmi et Gustavo Menezes, tous les deux débutants au Mans. 

"Notre principal objectif du jour était de permettre à Stéphane et à Gustavo de boucler un maximum de kilomètres", souligne Lapierre. "Tout s’est bien passé, la voiture semble performante et nous avons pu tester les différents pneus et différentes variations de réglages. Mais il faut garder à l’esprit que les conditions de piste étaient particulières en raison des récentes intempéries." 

"Nous avons beaucoup de données à analyser avant la semaine des 24 Heures. Entre les réunions avec l’équipe technique et le déverminage avec le moteur que nous utiliserons pour la course, le temps va vite passer mais je vais tout de même couper quelques jours pour me reposer."

L’Apline n°35 a pris la neuvième place de la catégorie LMP2, avec un chrono de 3’39"298 réalisé par Nelson Panciatici

"Sur le plan technique, nous nous sommes concentrés sur de longs relais pour tester l’endurance et la performance des pneumatiques Dunlop", précise le pilote français, qui fait équipe avec David Cheng et Ho-Pin Tung. "Comme les conditions météo sont restées constantes tout au long de la journée, nous avons pu travailler sereinement."

partages
commentaires
Un bon chrono et des "chirurgiens" au travail chez Audi
Article précédent

Un bon chrono et des "chirurgiens" au travail chez Audi

Article suivant

Encore du travail pour Toyota, malgré de nets progrès au Mans

Encore du travail pour Toyota, malgré de nets progrès au Mans
Charger les commentaires
Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange" Prime

Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange"

WRT se bat aux avant-postes du GT depuis des années et a réussi avec brio son passage en prototype, avec à la clé une victoire aux 24 Heures du Mans en LMP2. L'issue aurait même pu être plus heureuse si la course avait été un tour plus courte...

24 Heures du Mans
17 oct. 2021
Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix Prime

Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix

En 1997 le programme Panoz GT n'apparaissait pas comme un choix attrayant pour un ex-pilote de Formule 1, McLaren constituant un bien meilleur pari. Mais contre toute attente, David Brabham fit le choix de la marque américaine pour former un duo gagnant pendant plusieurs années.

GT
25 sept. 2021
Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ? Prime

Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ?

L'ère de l'Hypercar s'est ouverte aux 24 Heures du Mans par la victoire de Toyota. Désormais, la concurrence est attendue et beaucoup de regards sont tournés vers Peugeot, dont l'arrivée est programmée pour 2022. Nous avons rencontré Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport, pour faire un point complet.

WEC
29 août 2021
Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans Prime

Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans

C'est l'une des plus grandes histoires de la Sarthe. Paul Newman, deuxième des 24 Heures du Mans 1979, aurait pu facilement remporter la célèbre épreuve sans l'ingéniosité du regretté Manfred Kremer.

24 Heures du Mans
20 août 2021
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021