Formule 1
14 nov.
-
17 nov.
Événement terminé
28 nov.
-
01 déc.
EL1 dans
6 jours
Formule E
22 nov.
-
22 nov.
Événement terminé
23 nov.
-
23 nov.
EL3 dans
14 Heures
:
08 Minutes
:
34 Secondes
WEC
08 nov.
-
10 nov.
Événement terminé
12 déc.
-
14 déc.
EL1 dans
19 jours
MotoGP
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
15 nov.
-
17 nov.
Événement terminé

Le "jackpot" pour Alpine et les "larmes de bonheur" de Lapierre

partages
commentaires
Le "jackpot" pour Alpine et les "larmes de bonheur" de Lapierre
Par :
16 juin 2019 à 16:25

Un deuxième succès consécutif aux 24 Heures du Mans, le troisième en quatre ans, et voici Alpine sur le toit du monde en LMP2. Une victoire que l'équipe française est allée chercher "avec panache" dans la Sarthe, pour la dernière de Nicolas Lapierre.

B.D., Le Mans - D'une implacable régularité depuis le début de la Super Saison, en ayant figuré sur le podium de chaque épreuve, Alpine avait débarqué en Sarthe avec le statut de leader du championnat WEC dans la catégorie LMP2. Mais les quatre points d'avance sur le Jackie Chan DC Racing ne signifiaient quasiment rien, compte tenu du coefficient appliqué pour la Super Finale mancelle. Ce week-end, l'équipe française a finalement bouclé son exercice 2018-2019 en apothéose, avec une victoire au Mans synonyme de titre mondial. La réussite se confirme pour Alpine, qui empoche sa troisième victoire en quatre ans au terme du double tour d'horloge. 

Lire aussi :

Pourtant, le trio formé par Nicolas Lapierre, André Negrão et Pierre Thiriet n'a pas eu la partie facile, face à une équipe G-Drive qui ne lâchait pas le morceau jusqu'à une défaillance mécanique rencontrée ce dimanche matin. Il a ensuite fallu tenir bon, sous la pression, puisque le Jackie Chan DC Racing a constitué une menace jusqu'à l'arrivée, en deuxième position. 

"C'est le jackpot, on ne réalise pas encore", admet Nicolas Lapierre après cette double mission accomplie. "C'est une journée qui a été intense pour nous, une bataille dès la première heure qui a été dure. Il a fallu gérer tout ça, et on a vraiment fait du bon boulot. Mes équipiers ont fait une course sans faute, l'équipe a mis en place une super stratégie, on n'a eu aucun problème. On savait que la catégorie LMP2 était la plus fournie, certainement la plus compétitive cette année. On savait que l'on n'avait pas le droit à l'erreur et on a fait une course sans faute, qui nous apporte la victoire ici ainsi que le championnat. C'est merveilleux !"

"C'est sûr que c'est une course qu'on a remportée avec panache. Le début de course était juste splendide : la bataille avec G-Drive, on se battait pour chaque seconde. Après malheureusement ils ont eu leur petit souci technique donc ça a changé un peu la donne. Il a fallu faire cavalier seul jusqu'à la fin de la course, mais on a bien assuré, on ne s'est pas déconcentré jusqu'au drapeau à damier."

"On se devait de respecter cette course"

#36 Signatech Alpine Matmut Alpine A470: Nicolas Lapierre, Andre Negrao, Pierre Thiriet

Une fois la ligne d'arrivée franchie, Lapierre n'a pas pu contenir son émotion au volant d'une Alpine qu'il pilotait pour la dernière fois. En larmes – de joie évidemment ! –, le Français a pris conscience qu'il allait quitter un projet auquel il a contribué pendant plusieurs années. 

"C'était ma dernière course avec Alpine, puisque je rejoins une autre équipe l'année prochaine", rappelle-t-il. Je quitte cette équipe sur une si belle victoire, qui rapporte aussi le championnat, alors c'est sûr que ça décuple les émotions. Et puis c'est une course qui a été intense. On était partagé entre se battre avec G-Drive ou jouer le championnat... Et puis on s'est dit qu'il fallait y aller, aller à la bagarre. On se devait de respecter cette course et de se battre pour la victoire. Au final on a réussi à gagner les deux et c'est d'autant plus fort."

"Je suis tourné vers d'autres horizons, même si le fait de gagner au général reste dans mes objectifs à moyen terme. Aujourd'hui ce sont des larmes de bonheur pour tous ces moments partagés avec l'équipe. L'an dernier on nous a privés de la Marseillaise [G-Drive avait gagné avant d'être disqualifié pour système de ravitaillement non conforme, ndlr], c'était une course qui avait été volée dès la première heure, on se battait sur la piste avec eux mais à chaque ravitaillement ils partaient dix secondes devant. La course n'avait pas eu une saveur particulière, alors que là c'était une bataille de chaque instant."

#36 Signatech Alpine Matmut Alpine A470: Nicolas Lapierre, Andre Negrao, Pierre Thiriet

Avant de s'installer solidement en tête du LMP2 ce dimanche matin, avec un travail à concrétiser, l'équipe Alpine a pourtant déchanté dans la nuit, voyant les neutralisations lui être à chaque fois défavorables, malgré les changements de règlement et l'apparition du Full Course Yellow qui devaient limiter un tel scénario cette année.

"On a juste eu deux fois le Safety Car qui est sorti juste devant nous, et on a perdu deux minutes", explique Lapierre. "C'était censé ne pas se reproduire cette année, il ne devait pas y avoir de Safety Car, mais on a perdu deux fois deux minutes complètes, et une fois trente secondes. Dans une bataille comme en LMP2, où tu dois te bagarrer pour chaque seconde, honnêtement ça nous a coupé une jambe. Après c'était vraiment difficile de remonter. On grattait seconde par seconde, mais à la régulière les deux minutes auraient été difficiles à aller chercher contre G-Drive."

Article suivant
López sur sa crevaison : "Toyota aurait dû changer les 4 pneus"

Article précédent

López sur sa crevaison : "Toyota aurait dû changer les 4 pneus"

Article suivant

Les explications de Toyota après la crevaison de López

Les explications de Toyota après la crevaison de López
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries 24 heures du Mans
Événement 24 Heures du Mans
Catégorie Course
Lieu Circuit de la Sarthe
Pilotes Nicolas Lapierre , Pierre Thiriet , André Negrao
Équipes Signatech
Auteur Basile Davoine