Alpine va "essayer de marquer Toyota au plus près"

Satisfait des essais réalisés en milieu de semaine, Alpine doit désormais "faire la course parfaite" pour espérer contrecarrer la domination annoncée de Toyota aux 24 Heures du Mans.

Alpine va "essayer de marquer Toyota au plus près"

B.D., Le Mans - Troisième des qualifications aux 24 Heures du Mans, l'Alpine a tenu son rang en ce milieu de semaine et s'élancera derrière les deux Toyota samedi à 16 heures pour la 89e édition. Le clan tricolore est satisfait du travail mené avec ses pilotes, Nicolas Lapierre, André Negrão et Matthieu Vaxiviere, et d'un plan qui se déroule jusqu'ici sans accroc. Désormais, c'est la course qui va dicter le destin de l'ex-prototype LMP1 accueilli dans la catégorie Hypercar. Les troupes de Philippe Sinault ont tout fait pour mettre un maximum de chances de leur côté, travaillant notamment ardemment sur la longueur des relais, mais pas seulement. À la veille du grand rendez-vous, le directeur de l'équipe fait le point. 

Lire aussi :

Après les qualifs Hyperpole, est-ce que vous êtes à la place que vous attendiez ?

On est à la place que l'on attendait, que l'on espérait. C'est notre place, on est à l'aise avec ça. C'est notre position. Toyota, il faut être honnête, a fait un très, très bon temps. On ne s'attendait pas à ce que ça puisse tomber en 3'23. On savait que ça pouvait faire un petit 3'25 ou un gros 3'24. Ils ont fait du super boulot et on sait qu'ils sont très, très forts dans cet exercice. On a vraiment senti qu'ils voulaient avoir cette pole position. On aurait pu la jouer, on l'aurait jouée, on n'a pas pu le faire. Le tour parfait aurait été cinq ou six dixièmes de mieux, donc l'essentiel c'est que l'on soit troisième.

Quelle va être la stratégie d'Alpine pour tenter de faire face à Toyota ?

La stratégie, c'est le bon sens. Vous feriez la même chose. Il ne faut pas se tromper de combat : on a une voiture, on va essayer de les marquer au plus près. Et puis même si en début de course ils sont une seconde plus rapides, de toute façon on n'ira pas chercher cette seconde-là à la régulière. Il faut suivre notre tableau de marche. Je pense que l'écart que l'on a vu en qualifs va être réduit en course, j'en suis même quasiment certain, surtout lissé sur le nombre de tours d'un relais. À nous de rendre la copie parfaite. La clé c'est de faire la course parfaite, et puis après on va voir.

En consommation entre vous et l'Hypercar, à quoi vous attendez-vous en course ?

Ici le circuit est différent. Malgré ce que l'on fait croire, quand une voiture est lancée à haute vitesse, elle consomme parfois moins d'énergie. Au final, la cible pour nous c'est les fameux 12 tours, qui sont devenus presque le Graal absolu. On est en capacité de faire 12 tours, c'est ce sur quoi on a travaillé depuis le début de l'année, en collaboration avec la FIA et l'ACO, d'où la nouvelle BoP avant Le Mans. En mode nominal ce n'était pas évident, mais on y arrive. Je ne dis pas qu'on le fera à chaque relais, mais on va le faire. Après, les autres, je ne sais pas… Peut-être que Toyota en fait 13. S'il y a un tour d'écart par relais, c'est le jeu et on s'attendait à ça. S'il y a deux tours d'écart par relais, ça va être beaucoup plus compliqué.

Cette BoP vous satisfait-elle ou est-ce que vous vous attendiez à mieux ?

Très honnêtement, beaucoup vont dire que je suis démago en disant ça mais ça a bien bossé. Malgré ce que l'on peut croire, elle est mieux qu'en début d'année. Ils ont pris en considération notre sujet quand on les a alertés sur le fait qu'on allait peiner à faire, si ce n'est jeu égal, au moins rendre une copie crédible au Mans. L'ACO et la FIA ont pris le sujet en compte, et c'est bien.

Est-ce un avantage de disposer d'une auto qui est déjà plus éprouvée par rapport à la Toyota ?

Oui, c'est une de nos valeurs ajoutées sur le package. Par contre, il faut bien considérer que la voiture est quand même différente, plus lourde et pas qu'un peu puisque l'on parle de quasiment 100 kg. Il y a beaucoup de nouveaux processus, de nouvelles pièces qui ont été rajoutées pour répondre à la nouvelle réglementation Hypercar. On est donc aussi sur des univers moins éprouvés. Ce sont surtout des capteurs, des processus, car on a un spectre moins large de surveillance. La voiture, sa qualité première est d'être fiable, mais on sera un peu plus à l'aveugle que Rebellion et Toyota ont pu l'être par le passé.

partages
commentaires
Nico Jamin : "On a tous les yeux tournés vers l'Hypercar"

Article précédent

Nico Jamin : "On a tous les yeux tournés vers l'Hypercar"

Article suivant

Toyota n'a "pas de marge" pour un gros problème en course

Toyota n'a "pas de marge" pour un gros problème en course
Charger les commentaires
Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix Prime

Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix

En 1997 le programme Panoz GT n'apparaissait pas comme un choix attrayant pour un ex-pilote de Formule 1, McLaren constituant un bien meilleur pari. Mais contre toute attente, David Brabham fit le choix de la marque américaine pour former un duo gagnant pendant plusieurs années.

GT
25 sept. 2021
Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ? Prime

Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ?

L'ère de l'Hypercar s'est ouverte aux 24 Heures du Mans par la victoire de Toyota. Désormais, la concurrence est attendue et beaucoup de regards sont tournés vers Peugeot, dont l'arrivée est programmée pour 2022. Nous avons rencontré Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport, pour faire un point complet.

WEC
29 août 2021
Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans Prime

Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans

C'est l'une des plus grandes histoires de la Sarthe. Paul Newman, deuxième des 24 Heures du Mans 1979, aurait pu facilement remporter la célèbre épreuve sans l'ingéniosité du regretté Manfred Kremer.

24 Heures du Mans
20 août 2021
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021
Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance Prime

Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance

Revenant dans la catégorie reine de l'Endurance après 50 années d'absence, Ferrari va s'engager en catégorie "Le Mans Hypercar" en 2023. La marque italienne dément tout lien avec le plafond de dépenses de la F1, mais il ne s'agit assurément pas d'une coïncidence...

WEC
28 févr. 2021