L'outsider Alpine veut réussir sa "mise sur orbite" au Mans

Alpine aborde la Journée Test des 24 Heures du Mans avec le sentiment d'un travail déjà bien fait mais à confirmer, avant de se jeter dans le grand bain de son combat face à Toyota et Glickenhaus.

L'outsider Alpine veut réussir sa "mise sur orbite" au Mans

Comme le dit si bien Philippe Sinault, "nous y sommes !" Malgré un contexte sanitaire toujours fragile et un report de deux mois, les 24 Heures du Mans s'apprêtent à connaître de nouveau la ferveur du public, certes en nombre limité. Surtout, les heureux spectateurs peuvent se préparer à un combat qui comporte bien des incertitudes. Si, sur le papier, Toyota fait évidemment figure d'épouvantail, rien ne permet d'affirmer que le constructeur japonais va vivre une semaine tranquille. Au contraire…

Principal poil à gratter de la firme nippone, Alpine entend jouer sa carte à fond pour sa première apparition au Mans dans la nouvelle catégorie Hypercar. La marque française engage une ex-LMP1 qui a obtenu une dérogation, moyennant une réduction de ses performances, et dispose d'un package solide, comme l'ont prouvé les trois manches de WEC disputées à Spa-Francorchamps, Portimão et Monza. Alors que Glickenhaus constitue une plus grande inconnue, c'est naturellement vers le clan tricolore que l'on se tourne pour trouver l'outsider de cette 89e édition. Une étiquette justement assumée par la structure qui, comme lors de ses grandes heures en LMP2, reste encadrée par Signatech.

"La préparation des 24 Heures du Mans a déjà été lancée en coulisses il y a plusieurs mois, mais l’équipe a pris ses quartiers ce mardi", explique son directeur, Philippe Sinault. "Nous sommes désormais en ordre de marche et nous avons énormément travaillé grâce à tous les enseignements des trois premiers rendez-vous de la saison. Nous n’oublions pas la réalité de notre statut. Nous sommes cette année dans la position des outsiders, mais nous sommes convaincus que nous avons un beau coup à jouer avec les outils sportifs et techniques à notre disposition." 

L'essentiel du travail a été fait à l'atelier, mais de nombreux essais et vérifications restent à faire. 

Philippe Sinault

Un premier aperçu de la hiérarchie sera donné dès dimanche, au terme des neuf heures de roulage que comprendra la Journée Test. Des essais qui permettront de mettre en œuvre la BoP légèrement ajustée depuis Monza, sans aucun changement apporté aux caractéristiques des Toyota et des Glickenhaus, mais avec en revanche une réduction de l'allocation d'énergie pour l'Alpine, qui aura une influence sur la longueur des relais. C'est d'ailleurs sur ce point, celui de la consommation, que l'équipage formé par Nicolas Lapierre, André Negrão et Matthieu Vaxiviere va souffrir face à la concurrence. Alors, il convient de donner la priorité à une exécution parfaite et à une fiabilité impeccable pour entretenir l'espoir.

"Cette Journée Test s’annonce longue avec un spectre plus large de sujets à explorer et étudier, comme l’impact de nos nouvelles améliorations avec pour objectif de maintenir nos adversaires sous pression tout au long de l’épreuve", précise Philippe Sinault. "L’essentiel du travail a été fait à l’atelier, mais de nombreux essais et vérifications restent à faire. Nous avons trouvé une bonne base de réglages à Monza et les conditions de dimanche devraient être assez identiques à celles qui nous attendent durant la semaine de course. Nous devrions être en mesure de nous focaliser sur l’étude des pneumatiques et la gestion de la consommation dès ce week-end, mais il faudra garder à l’esprit que la piste de ce circuit non permanent à 70% s’améliorera à chaque séance."

En somme, ce qu'attend Philippe Sinault de ses troupes, c'est "une bonne mise sur orbite" à l'occasion de cette Journée Test, avant de plonger dans la folle semaine mancelle. Celle-ci ne manquera pas de mettre Alpine à l'honneur, et de belle manière avec notamment l'attribution du trophée Spirit of Le Mans au directeur de l'équipe française. Ce prix récompense depuis plusieurs années maintenant des hommes et des femmes qui portent les valeurs de l'Endurance.

"Philippe Sinault incarne parfaitement les valeurs portées par l'Endurance et les 24 Heures du Mans et je suis très heureux qu'il reçoive cette année le trophée Spirit of Le Mans", a rappelé Pierre Fillon, président de l'Automobile Club de l'Ouest. "Son abnégation, son sens du management et ses capacités d'analyses sont reconnus par l'ensemble du paddock. En 2021, Alpine a décidé de franchir un nouveau cap en Endurance, en s'engageant en catégorie reine. Le défi est immense, et Philippe est sans nul doute la meilleure personne pour le relever."

Lire aussi :

partages
commentaires
Davide Rigon forfait pour les 24H du Mans

Article précédent

Davide Rigon forfait pour les 24H du Mans

Article suivant

Toyota rassuré sur sa fiabilité avant les 24H du Mans

Toyota rassuré sur sa fiabilité avant les 24H du Mans
Charger les commentaires
Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange" Prime

Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange"

WRT se bat aux avant-postes du GT depuis des années et a réussi avec brio son passage en prototype, avec à la clé une victoire aux 24 Heures du Mans en LMP2. L'issue aurait même pu être plus heureuse si la course avait été un tour plus courte...

24 Heures du Mans
17 oct. 2021
Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix Prime

Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix

En 1997 le programme Panoz GT n'apparaissait pas comme un choix attrayant pour un ex-pilote de Formule 1, McLaren constituant un bien meilleur pari. Mais contre toute attente, David Brabham fit le choix de la marque américaine pour former un duo gagnant pendant plusieurs années.

GT
25 sept. 2021
Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ? Prime

Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ?

L'ère de l'Hypercar s'est ouverte aux 24 Heures du Mans par la victoire de Toyota. Désormais, la concurrence est attendue et beaucoup de regards sont tournés vers Peugeot, dont l'arrivée est programmée pour 2022. Nous avons rencontré Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport, pour faire un point complet.

WEC
29 août 2021
Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans Prime

Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans

C'est l'une des plus grandes histoires de la Sarthe. Paul Newman, deuxième des 24 Heures du Mans 1979, aurait pu facilement remporter la célèbre épreuve sans l'ingéniosité du regretté Manfred Kremer.

24 Heures du Mans
20 août 2021
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021