Pourquoi il ne faut pas manquer les 24 Heures du Mans sur place

Les 24 Heures du Mans sont une étape majeure du calendrier en sport automobile, et l'un des plus beaux événements sportifs au monde. Motorsport Live vous explique pourquoi un tel déplacement n'est pas uniquement réservé aux fans de voitures !

Pourquoi il ne faut pas manquer les 24 Heures du Mans sur place

Les 24 Heures du Mans sont sans doute sur la liste des choses à faire avant de mourir pour tout fan de sports mécaniques qui se respecte. Il s'agit en effet du test ultime d'endurance pour les quatre roues, avec une Histoire vieille de près de 100 ans. Ce n'est pas seulement une course mais véritablement un passage obligé pour certains, un pèlerinage pour d'autres, et un festival de la vitesse pour tout le monde. L'événement attire des centaines de milliers de spectateurs du monde entier, et pour beaucoup il s'agit du road trip ultime – il convient juste de faire attention aux radars qui bordent les routes françaises…

La ville entière du Mans et ses alentours ouvrent leurs portes tout au long de la semaine, avec la parade des pilotes se déroulant dans le centre-ville – permettant ainsi aux fans de se rapprocher de leurs héros – après une série de séances d'essais libres et qualificatives qui ouvrent l'appétit en vue de la bataille de 24 Heures qui s'annonce.

Mais l'épreuve ne se résume pas qu'à la course. L'événement dans son ensemble est un véritable festival qui rassemble les fans, c'en est l'un des moments forts du calendrier pour rencontrer d'autres passionnés. Comme c'est une course d'Endurance, il est possible de passer la journée à se promener tout autour du tracé, de s'imprégner de l'ambiance et de tester les nombreux lieux de restauration rapide qui pullulent tout autour du circuit. Bien sûr, pour les pilotes, il n'y a que la course qui compte.

Après son crève-cœur de 2016, lorsque sa voiture de tête a été contrainte à l'abandon juste avant le drapeau à damier, 2018 a finalement été l'année de Toyota, qui a pu enfin exorciser ses démons en triomphant avec la TS050 HYBRID, avec au volant Fernando Alonso aux côtés du Champion de Formule E Sébastien Buemi et Kazuki Nakajima. Toyota sera d'ailleurs de nouveau le grand favori lors de la prochaine édition, pour une course cruciale dans l'attribution du titre du Championnat du monde d'Endurance. Mais il est probable que le constructeur nippon soit confronté à une rude opposition en provenance de ses concurrents privés, et en particulier de Rebellion Racing et de SMP Racing, qui aligneront l'ancien vainqueur du Mans André Lotterer et le Champion de F1 Jenson Button respectivement.

#39 Graff Racing S24 Oreca 07 Gibson: Vincent Capillaire, Jonathan Hirschi, Tristan Gommendy

#39 Graff Racing S24 Oreca 07 Gibson: Vincent Capillaire, Jonathan Hirschi, Tristan Gommendy

Photo de: Marc Fleury

#66 Ford Chip Ganassi Racing Ford GT: Stefan Mücke, Olivier Pla, Billy Johnson

#66 Ford Chip Ganassi Racing Ford GT: Stefan Mücke, Olivier Pla, Billy Johnson

Photo de: Marc Fleury

Bien sûr, le combat aux avant-postes ne sera qu'une facette d'une course comprenant pas moins de quatre catégories. Les LMP1 se taillent la part du lion aux avant-postes sur la grille, mais il ne faut certainement pas oublier la catégorie LMP2 juste derrière – une classe de prototypes qui sont souvent engagés par des privés, et qui sont légèrement plus lents et moins puissants que les P1.

Les catégories GTE ne manqueront pas non plus de susciter un grand intérêt, ces dernières étant composées de voitures de sport de production, ce qui maintient un transfert de technologies par rapport à la route. On retrouvera dans ces catégories des marques renommées telles que Ferrari, Porsche, BMW et Ford, soit la garantie d'avoir des batailles jour et nuit entre les plus grands constructeurs du monde, chacun apportant sa touche particulière à l'événement. On notera par ailleurs que les GTE sont divisées en deux groupes : les GTE Pro – réservées aux pilotes professionnels – et les GTE Am, où les amateurs ont les coudées franches.

Les quatre catégories et le large éventail de machines présentes portent à 60 le nombre de bolides présents sur la grille, chacun des équipages nourrissant le rêve de brandir le célèbre trophée lorsque l'horloge affichera 15h dimanche après-midi. Il s'agit là d'un véritable spectacle de sport automobile, que vous ne voudrez manquer sous aucun prétexte ! Vivez-en l'expérience en 2019, avec Motorsport Live. Cliquez ici pour consulter toutes les options de billetterie disponibles.

partages
Et si la Ford GT intégrait la catégorie Hypercar ?

Article précédent

Et si la Ford GT intégrait la catégorie Hypercar ?

Article suivant

Il y aura 62 concurrents au départ des 24 Heures du Mans !

Il y aura 62 concurrents au départ des 24 Heures du Mans !
Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange" Prime

Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange"

WRT se bat aux avant-postes du GT depuis des années et a réussi avec brio son passage en prototype, avec à la clé une victoire aux 24 Heures du Mans en LMP2. L'issue aurait même pu être plus heureuse si la course avait été un tour plus courte...

24 Heures du Mans
17 oct. 2021
Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix Prime

Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix

En 1997 le programme Panoz GT n'apparaissait pas comme un choix attrayant pour un ex-pilote de Formule 1, McLaren constituant un bien meilleur pari. Mais contre toute attente, David Brabham fit le choix de la marque américaine pour former un duo gagnant pendant plusieurs années.

GT
25 sept. 2021
Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ? Prime

Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ?

L'ère de l'Hypercar s'est ouverte aux 24 Heures du Mans par la victoire de Toyota. Désormais, la concurrence est attendue et beaucoup de regards sont tournés vers Peugeot, dont l'arrivée est programmée pour 2022. Nous avons rencontré Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport, pour faire un point complet.

WEC
29 août 2021
Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans Prime

Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans

C'est l'une des plus grandes histoires de la Sarthe. Paul Newman, deuxième des 24 Heures du Mans 1979, aurait pu facilement remporter la célèbre épreuve sans l'ingéniosité du regretté Manfred Kremer.

24 Heures du Mans
20 août 2021
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021