Après deux victoires, Aston Martin est "de retour aux affaires"

partages
commentaires
Après deux victoires, Aston Martin est "de retour aux affaires"
Par :
12 juin 2019 à 16:15

Aston Martin aborde les 24 Heures du Mans sur une belle lancée, avec deux victoires sur les trois dernières courses de FIA WEC, et donc une certaine ambition.

B.V., Le Mans - La Super Saison 2018-19 n'a pas commencé de manière optimale pour le constructeur britannique, à qui le podium a échappé lors des quatre premières manches dans la catégorie GTE Pro, mais Nicki Thiim et Marco Sørensen se sont imposés à Shanghai avant un nouveau succès d'Alex Lynn et Maxime Martin à Spa-Francorchamps.

"L'équipe en général est dans une très bonne phase avec deux victoires sur les trois dernières courses. Nous sommes de retour aux affaires !" se félicite Lynn pour Motorsport.com. "Franchement, c'est très serré et c'est génial. La Journée Test a été très positive pour nous, la voiture a énormément progressé. Nous le savions plus ou moins depuis Spa, mais je suis satisfait que nous l'ayons confirmé. Reste à savoir si ce sera suffisant samedi. Ce n'est que là que nous saurons qui a quoi – il nous faut juste espérer que ce sera suffisant !"

Lire aussi :

La Journée Test, justement, a été marquée par une hiérarchie très serrée en GTE Pro, où le top 15 se tenait en 1,3 seconde sur un tour proche de quatre minutes. "Franchement, je pense que c'est la première fois que je ne sais vraiment pas ce qui va se passer", poursuit Lynn, qui court au Mans depuis 2017. "Quand je suis venu en LMP2, j'étais convaincu que nous allions être bons ; quand je suis venu l'an dernier en GTE Pro, nous savions que ça allait être dur ; c'est la première année où le peloton de GTE Pro est si serré que je ne sais vraiment pas."

#97 Aston Martin Racing Aston Martin Vantage AMR: Alex Lynn
#95 Aston Martin Racing Aston Martin Vantage AMR: Marco Sorensen

En 2018, les Aston Martin étaient effectivement très loin du rythme requis, s'étant qualifiées au milieu des GTE Am. La course ne s'était pas franchement mieux passée : "Nous avions déjà une minute de retard au bout d'une heure, ce n'est pas vraiment fun !" s'exclame Marco Sørensen à notre micro. "Je suis relativement optimiste suite à la Journée Test, même s'il est très dur d'en tirer des conclusions. Notre rythme était déjà meilleur que l'an dernier avec notre nouveau kit aéro. Je pense que ça ne se présente pas mal. C'est clair que la course va être intéressante. Si nous pouvions rester au contact du peloton, avec des batailles, ce serait sympa, et tout peut arriver à partir de là."

Lorsque nous lui demandons, compte tenu des propos dubitatifs de Lynn, s'il voit un adversaire se démarquer, Sørensen répond : "C'est vraiment dur à dire. Ils ont tous leurs propres forces. Les Porsche sont généralement rapides ici et ont une bonne voiture ; Ferrari a l'air d'être l'outsider pour cette année, ils ont l'air relativement compétitifs. En fin de compte, c'est vraiment dur à dire. Je choisis forcément ma propre équipe en premier, mais si je dois en choisir une autre, Ferrari est certainement l'outsider. Mais encore une fois, c'est très dur à dire."

Lire aussi :

Le Danois fera en tout cas la danse de la pluie pour sa cinquième participation à la classique mancelle, alors que les qualifications devraient être perturbées par les précipitations, mais la course s'annonce sèche. "C'est dommage", déplore-t-il brièvement au sujet des grosses gouttes qui tombent pendant notre entretien, "car c'est presque comme un festival pour les gens qui viennent. Pour eux, je préférerais que ce soit sec, mais en ce qui concerne notre course, la pluie ne nous ferait pas de mal ! Et s'il pleut en qualifications, je pense que nous avons de très bonnes chances d'être dans le top 3. Je pense aussi au rythme [de course] : nous avons montré à Shanghai et à Spa que nous étions rapides sous la pluie, donc s'il y en a, nous savons que nous serons compétitifs." Il n'y a plus qu'à concrétiser.

Avec Jamie Klein

#95 Aston Martin Racing Aston Martin Vantage AMR: Marco Sorensen, Nicki Thiim, Darren Turner, Russ Gunn

Article suivant
24 Heures : Le Mans, une terre de records

Article précédent

24 Heures : Le Mans, une terre de records

Article suivant

La Grande Histoire des 24H du Mans : 1999, l’édition du siècle

La Grande Histoire des 24H du Mans : 1999, l’édition du siècle
Charger les commentaires
Soyez le premier à recevoir
toute l'actu