Bientôt un remplaçant à Audi pour le Safety Car au Mans ?

partages
commentaires
Bientôt un remplaçant à Audi pour le Safety Car au Mans ?
Par : Basile Davoine
19 févr. 2017 à 19:30

Au-delà du préjudice sportif, l'arrêt du programme LMP1 d'Audi a mis fin à l'implication de la marque aux anneaux sur le plan commercial en Endurance.

Les Safety Car ouvrent la piste
Les Safety Car Audi pour les 24h du Mans 2015
Pierre Fillon, président ACO
Départ derrière le Safety Car
La Safety car attend au virage d'Arnage
#67 Ford Chip Ganassi Racing Ford GT: Marino Franchitti, Andy Priaulx, Harry Tincknell
#1 Porsche Team Porsche 919 Hybrid: Timo Bernhard, Mark Webber, Brendon Hartley
#5 Toyota Racing Toyota TS050 Hybrid: Anthony Davidson, Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima
Drapeau à damier : #97 Aston Martin Racing Aston Martin Vantage: Richie Stanaway, Fernando Rees, Jonathan Adam
#6 Toyota Racing Toyota TS050 Hybrid: Stéphane Sarrazin, Mike Conway, Kamui Kobayashi

Après avoir écrit l'Histoire pendant 17 ans sur le Circuit de la Sarthe, le constructeur allemand va inévitablement laisser un vide. Les habitués du Mans ne vous diront pas le contraire, l'empreinte d'Audi sur le circuit était forte ces dernières années, y compris visuellement ou au niveau des infrastructures.

"Audi s'est retiré de la compétition. Bien évidemment, on les regrettera, car Audi a marqué l'Histoire du Mans et on était très attachés aux hommes, je pense notamment au Docteur Ullrich, avec une formidable histoire entre lui et Le Mans", confie à Motorsport.com Pierre Fillon, président de l'Automobile Club de l'Ouest. "Après, ce sont des cycles, les constructeurs viennent et s'en vont. C'était un cycle de 17 ans, on a eu beaucoup de chance avec Audi. On aura d'autres constructeurs, et puis Audi reviendra certainement un jour, avec peut-être d'autres technologies." 

Pour les prochains mois, le retrait d'Audi devrait être un peu plus visible au Mans avec un logique remplacement de la flotte de Safety Cars. La marque d'Ingolstadt équipait en effet la direction de course, avec ses Audi R8 notamment. Un changement qui n'est pas forcément vécu comme une difficulté par l'ACO. 

"Économiquement parlant, oui, effectivement, c'est évident qu'un grand partenaire comme Audi change un peu la donne", admet Pierre Fillon. "Mais il y avait aussi d'autres partenaires qui, finalement, n'avaient pas accès au Mans car on n'avait plus assez de place, donc ça va rouvrir ces emplacements et permettre de nouveaux partenariats, je crois que ça pourra compenser." 

"En ce qui concerne la flotte, pour l'instant nous travaillons avec d'autres constructeurs pour la flotte de Safety Cars."

De quoi gâter le public

Il y a quinze jours, l'ACO a présenté la liste des 60 concurrents invités à participer aux 24 Heures du Mans. La catégorie LMP1 a souffert mais va tout de même offrir un duel alléchant et attendu entre Porsche et Toyota. Par ailleurs, le plateau LMP2 plus conséquent que jamais (25 unités) et la bagarre intense entre les constructeurs du GTE sont prometteurs. Autour de ce plateau attirant, que retrouvera chaque spectateur en venant sur le circuit en juin prochain ?

"D'abord, il va retrouver tout ce qu'il aime voir chaque année avec toute cette semaine bien remplie qui commence par le pesage place de la République, les essais le mercredi et le jeudi, la journée du vendredi avec la parade et toutes les animations autour du circuit, la pitlane et la ligne droite des stands ouvertes à tous les possesseurs d'un billet", rappelle Pierre Fillon. 

"Il y aura les animations habituelles avec les concerts, et puis la nouveauté sera deux choses : d'abord le Musée de l'automobile, dont l'ACO est à nouveau propriétaire, où il y aura une exposition à thème comme chaque année. Et puis il y aura le pavillon de la course où ce sera une véritable réplique de la direction de course où l'on pourra suivre tout ce qui se passe avec des animateurs, des interviews de pilote, de team managers, qui expliqueront le développement de la course."

Article suivant
Deux courses pour le Road to Le Mans cette année

Article précédent

Deux courses pour le Road to Le Mans cette année

Article suivant

Hülkenberg écarte tout retour au Mans en 2017

Hülkenberg écarte tout retour au Mans en 2017
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries 24 heures du Mans
Auteur Basile Davoine
Type d'article Actualités