Billet d'humeur - Ouf, le sport auto se partage à nouveau !

Les 24 Heures du Mans avec du public, c'est une renaissance, même si ce retour se fait tout en douceur dans la Sarthe.

Billet d'humeur - Ouf, le sport auto se partage à nouveau !

B.D., Le Mans - Pour les habitués des 24 Heures du Mans, pour les habitants de la Sarthe également, la journée d'hier était particulière. Au beau milieu du mois d'août, à une période pour le moins inhabituelle, ce qui est l'une des plus grandes courses au monde a rouvert le bal. Un bal qui, contrairement à septembre dernier, n'a rien d'un bal privé. Au contraire, c'est un bal populaire ! Celui-là même dont avaient par exemple été privés les fans de MotoGP lors du Grand Prix de France en mai dernier.

En reportant de deux mois la 89e édition de 24 Heures du Mans, l'ACO entretenait le ferme espoir de pouvoir accueillir du public. Pari tenu. L'on reviendra ensuite sur les conditions, mais le fait est que des passionnés, des habitués, des familles ont à nouveau franchi les portes du circuit pour assister à la grand-messe de l'Endurance. Alors que la crise sanitaire bouleverse nos vies depuis maintenant 18 mois, osons parler de petit plaisir, voire de petite victoire, toutes proportions gardées.

Mercredi sur le Circuit de la Sarthe, on a revu des gens se déplacer pour du sport automobile. L'image est belle, même s'il ne faut pas s'y tromper : sans surprise, les rangs étaient très clairsemés. Les spectateurs étrangers manquent pour beaucoup à l'appel, les vacances scolaires ont assurément une incidence, tout autant que la réticence que peuvent avoir certains à se rassembler à nouveau. Néanmoins, l'ACO a tout mis en œuvre pour permettre cette renaissance, avec un protocole sanitaire qui répond aux exigences nécessaires que chacun connaît pour vivre en temps de Covid. La vente de billets a été limitée à 50 000 pour l'ensemble de la durée de l'événement, tandis que sur le circuit, pass sanitaire et masques sont de rigueur.

Ces masques, dont l'obligation est plutôt bien respectée par le public sur place, n'ont pas dissimulé pour autant la joie de ceux qui n'ont pas hésité à revenir. On ne voit pas les sourires mais on les devine, et les yeux, notamment ceux des nombreux enfants, brillent à la vue de la moindre belle mécanique ou du moindre pilote aperçu au loin. Au loin car, très logiquement, la proximité entre les acteurs et le public, si caractéristique de la semaine mancelle en temps normal, est réduite à néant pour assurer la sécurité de tous.

"Ça fait du bien, ça fait trop longtemps, les bruits, les vibrations… c'est une super journée", nous glisse un spectateur, précisant d'ailleurs que l'accès au circuit et les contrôles se sont "très bien passés". Plus loin, un père de famille habitué à la fête mancelle depuis une vingtaine d'années utilise des mots similaires, alors qu'il fait découvrir les lieux à sa fille pour la première fois. "C'est particulier, forcément, il y a moins de monde et moins de choses", admet-il. "Mais ça a le mérite d'exister, on est content d'être là et je préfère être ici que dans mon canapé comme l'année dernière."  

Le bien que procure le retour au circuit, c'est probablement ce que l'on a le plus entendu en sondant les spectateurs croisés ici ou là. Tous nous ont parlé de choses simples, du bruit des moteurs et des odeurs si particulières (même avec le masque, si si !) qu'offre un circuit de course. Ils sont des centaines à avoir profité d'un village repensé, aéré mais tout de même riche de plusieurs animations pour petits et grands, dans le respect des règles sanitaires.

Alors oui, ces 24 Heures du Mans ne sont comparables à aucune autre édition, mais elles ouvrent la voie à l'espoir et à l'optimisme. Sportivement, elles ont également tout pour tenir de belles promesses, que nous avons hâte de partager avec vous. Partager cette passion, c'est un besoin autant qu'un devoir. 

Lire aussi :

partages
commentaires
EL2 - Toyota en tête d'une séance studieuse

Article précédent

EL2 - Toyota en tête d'une séance studieuse

Article suivant

Alpine vise des relais de 12 tours pour croire à la victoire

Alpine vise des relais de 12 tours pour croire à la victoire
Charger les commentaires
Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix Prime

Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix

En 1997 le programme Panoz GT n'apparaissait pas comme un choix attrayant pour un ex-pilote de Formule 1, McLaren constituant un bien meilleur pari. Mais contre toute attente, David Brabham fit le choix de la marque américaine pour former un duo gagnant pendant plusieurs années.

GT
25 sept. 2021
Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ? Prime

Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ?

L'ère de l'Hypercar s'est ouverte aux 24 Heures du Mans par la victoire de Toyota. Désormais, la concurrence est attendue et beaucoup de regards sont tournés vers Peugeot, dont l'arrivée est programmée pour 2022. Nous avons rencontré Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport, pour faire un point complet.

WEC
29 août 2021
Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans Prime

Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans

C'est l'une des plus grandes histoires de la Sarthe. Paul Newman, deuxième des 24 Heures du Mans 1979, aurait pu facilement remporter la célèbre épreuve sans l'ingéniosité du regretté Manfred Kremer.

24 Heures du Mans
20 août 2021
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021
Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance Prime

Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance

Revenant dans la catégorie reine de l'Endurance après 50 années d'absence, Ferrari va s'engager en catégorie "Le Mans Hypercar" en 2023. La marque italienne dément tout lien avec le plafond de dépenses de la F1, mais il ne s'agit assurément pas d'une coïncidence...

WEC
28 févr. 2021