Bourdais : "La dernière au Mans avec cette magnifique Ford GT"

De nouveau au départ des 24 Heures du Mans avec Ford, Sébastien Bourdais nous a confié son état d'esprit, sans nostalgie et avec un sens de l'attaque toujours aiguisé !

Bourdais : "La dernière au Mans avec cette magnifique Ford GT"

B.D., Le Mans - Sébastien Bourdais est au départ des 24 Heures du Mans pour la 13e fois de sa carrière, comme à la maison. Le Manceau fait toujours son retour dans la Sarthe avec beaucoup de plaisir, et y bénéficie d'une cote de popularité qui ne se dément pas. Vainqueur dans la catégorie GTE Pro il y a trois ans avec la Ford GT, il s'apprête à se lancer à l'assaut d'une deuxième victoire dans cette même catégorie, en guise de clôture pour le programme d'usine Ford sur la classique mancelle. Il partagera la #68 avec Joey Hand et Dirk Müller.

Lire aussi :

Sébastien, y a-t-il de la nostalgie avant de prendre une dernière fois le départ des 24 Heures du Mans au volant de cette Ford GT ?

Non, on est concentré sur l'événement, on arrive avec des objectifs. Il y a une voiture qui, je pense, n'a jamais été aussi bien. On est juste concentré sur le moment. Pour nous, la saison est encore loin d'être finie, car il reste encore pas mal de courses en IMSA, et Petit Le Mans en octobre. Pour les gars du WEC [sur les Ford #66 et #67], ça va peut-être être un peu différent, car c'est la fin d'une période.

Jusqu'à présent, la hiérarchie est extrêmement serrée en GTE Pro, comme on l'a vu lors de la Journée Test notamment. À quel point est-elle lisible pour vous ?

Le marquage à la culotte au niveau des chronos, c'est la même chose à Daytona. Il n'y a personne qui veut sortir et montrer quoi que ce soit. De notre côté, on a fait énormément de travail avec le plein d'essence, l'évaluation des gommes. Il n'y a pas eu de recherche de performance pour se montrer plus que ça, car ça ne sert à rien. Tout ce que tu peux récolter, c'est un changement de BoP, donc tout le monde est terrorisé par ce qui peut lui arriver, c'est toujours la même chose. Ce n'est pas du tout représentatif de ce qui va se passer.

#68 Ford Chip Ganassi Racing Ford GT: Joey Hand, Dirk Müller, Stéphane Bourdais

La BoP est un sujet récurrent en GTE, et vous l'avez déjà plusieurs fois abordé par le passé, ou encore récemment. Lorsque l'on est pilote, comment vit-on avec ces variations permanentes ?

C'est démotivant au possible. Comme le disait Vettel en F1 il y a quelques jours, pour d'autres raisons, ce n'est pas le sport auto dont je suis tombé amoureux. Pour moi, en sport auto, il y a un règlement, on fait des voitures, on les développe au mieux, et s'il y a un avantage au bout tant mieux, c'est que le meilleur travail a été fait. Sauf que là, plus tu travailles et plus tu fais du bon boulot, plus tu es pénalisé. Je trouve ça un peu déprimant.

Ne pas pouvoir aller exploiter toutes les limites techniques d'une auto, c'est également frustrant pour le pilote ?

Il y a quelqu'un d'autre qui décide pour toi si ta voiture sera la plus rapide ou pas. C'est assez anti-orgasmique quand même ! J'ai eu un échange sur Twitter avec un fan qui, lui défendait la BoP car on se retrouve avec des écarts de performance infimes entre les voitures, ce que je peux tout à fait comprendre. Le problème que j'ai avec la BoP, c'est qu'aujourd'hui on se retrouve avec la meilleure voiture, et le seul moyen de la ralentir c'est de lui rajouter du poids et de lui supprimer de la puissance. Du coup, cette meilleure voiture se retrouve toujours dans le coup au niveau chrono, mais comment elle se situe à la bagarre ? Elle n'accélère plus et se retrouve désavantagée. C'est beaucoup plus difficile de se débarrasser du trafic. C'est hyper frustrant.

Pour moi, ce n'est pas comme ça que la course auto doit se dérouler. Et puis il n'y a pas la volonté ou l'ouverture d'esprit de vouloir trouver quelque chose. On leur a proposé, demandé de remettre de la traînée sur la voiture, de faire un boost dépendant des rapports de boite, mais il n'y a pas de volonté de réellement changer quoi que ce soit. Alors on laisse la voiture dans une zone où elle n'a plus rien de spécial. C'est dommage, car c'est une voiture fantastique, qui aujourd'hui fait à peine 500 ch quand la voiture de série en fait 650. Et nous en tant que pilotes, ce n'est pas fun de se retrouver à se battre dans des conditions comme ça. Mais après, à un moment donné, il faut aussi passer à autre chose.

#68 Ford Chip Ganassi Racing Ford GT: Joey Hand, Dirk Müller

Dans quelle mesure Ford a pu encore progresser depuis 2018 pour tenter d'aller chercher un dernier succès avant son départ ?

Je pense réellement que l'équipe a fait un travail qui devrait nous permettre, j'espère, de pouvoir nous battre. Il y a vraiment eu énormément d'énergie dépensée pour faire en sorte que l'on soit plus à même de porter la réplique. J'espère que ça portera ses fruits. Après, tout dépendra de l'évolution et du travail des autres par rapport à cette édition. On sait toujours quel gain on fait, mais quel est le gain des autres ? Jusqu'à ce que tout le monde mette les cartes sur la table, c'est difficile de savoir.

Pour vous, c'est la dernière chance de remporter cette catégorie comme vous aviez réussi à le faire en 2016. Est-ce que cela change l'approche ?

Non, on veut toutes les gagner ! Je n'ai jamais attaqué comme je l'ai fait l'année dernière aux 24 Heures, où on a puni la voiture pendant 24 heures pour pouvoir rester au contact et prétendre au podium. On ne peut pas essayer plus fort que l'an dernier. On aura une arme peut-être un peu plus affûtée, un peu plus équilibrée par rapport à ce qui nous est imposé. Je pense que l'année dernière, on n'a pas fait les bons choix au niveau aéro, et j'espère qu'ils seront meilleurs cette année et qu'ils seront récompensés. Ce n'est pas évident, ça dépendra où on se situe. C'est la dernière fois que l'on vient au Mans avec cette auto magnifique donc on veut finir sur une bonne note.

partages
commentaires
Conway sanctionné après l'accrochage Toyota/Dragonspeed

Article précédent

Conway sanctionné après l'accrochage Toyota/Dragonspeed

Article suivant

La Grande Histoire des 24H du Mans : Ultime duel entre Peugeot et Audi

La Grande Histoire des 24H du Mans : Ultime duel entre Peugeot et Audi
Charger les commentaires
Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ? Prime

Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ?

L'ère de l'Hypercar s'est ouverte aux 24 Heures du Mans par la victoire de Toyota. Désormais, la concurrence est attendue et beaucoup de regards sont tournés vers Peugeot, dont l'arrivée est programmée pour 2022. Nous avons rencontré Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport, pour faire un point complet.

WEC
29 août 2021
Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans Prime

Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans

C'est l'une des plus grandes histoires de la Sarthe. Paul Newman, deuxième des 24 Heures du Mans 1979, aurait pu facilement remporter la célèbre épreuve sans l'ingéniosité du regretté Manfred Kremer.

24 Heures du Mans
20 août 2021
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021
Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance Prime

Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance

Revenant dans la catégorie reine de l'Endurance après 50 années d'absence, Ferrari va s'engager en catégorie "Le Mans Hypercar" en 2023. La marque italienne dément tout lien avec le plafond de dépenses de la F1, mais il ne s'agit assurément pas d'une coïncidence...

WEC
28 févr. 2021
Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche" Prime

Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche"

À 30 ans, Jean-Éric Vergne est à l'apogée de sa carrière. Le double champion de Formule E va partir en quête d'un troisième titre dans le championnat tout électrique et a été recruté par Peugeot Sport pour l'ère Hypercar à venir. Il s'est confié à Motorsport.com.

Formule E
11 févr. 2021