Bourdais descend la BoP, la tenant responsable du départ de Ford

Possédant un avis tranché sur la question depuis quelque temps déjà, Sébastien Bourdais s'en est à nouveau pris à la BoP et à la manière dont elle était mise en place dans la catégorie GTE. Une approche selon lui directement responsable du départ de Ford, qui stoppera son programme d'usine à l'issue de son engagement actuel.

Bourdais descend la BoP, la tenant responsable du départ de Ford

Depuis l'arrivée de la Ford GT en Endurance en 2016, Sébastien Bourdais fait régulièrement partie des équipages du constructeur américain pour les courses longue distance, que ce soit en IMSA ou aux 24 Heures du Mans. Il sera de nouveau au rendez-vous dans la Sarthe le mois prochain, aux côtés de Joey Hand et Dirk Müller. Passée la classique mancelle, Ford fera ses adieux au WEC, a minima avec son programme d'usine, puisque des discussions se poursuivent quant à l'engagement des Ford GT la saison prochaine sous des bannières privées voire semi-privées.

Lire aussi :

"La voiture est géniale, c'est un concept formidable pour ce qu'elle doit accomplir dans la catégorie", insiste Bourdais auprès de Motorsport.com. "Mais soit ils nous ont alourdis, soit ils nous ont retiré de la puissance, selon comment on voit les choses. Malheureusement, l'excellence de la voiture cause la perte du programme ! C'est le revers de la médaille de la BoP, ça vous apprend à abandonner l'idée de rendre la voiture meilleure."

"Actuellement, nous n'avons aucun [point fort]. Nous ne sommes pas particulièrement impressionnants au freinage car la voiture est lourde. Elle dégrade les pneus trop vite car nous sommes trop lourds. Elle a à peu près la même vitesse de pointe que n'importe qui d'autre, mais elle met plus de temps pour atteindre cette vitesse car nous sommes lourds et nous n'avons pas assez de puissance. La seule fois où je me souviens que nous pouvions dire 'Voici notre point fort', c'est 2016, et c'était la vitesse de pointe, car les organisateurs ne connaissaient pas le potentiel de la voiture. Dès qu'ils ont vu son potentiel, ils l'ont restreint."

"Aucune motivation" qui inviterait Ford à rester

Drapeau à damier : #68 Ford Chip Ganassi Racing Ford GT: Joey Hand, Dirk Müller, Sébastien Bourdais

Dans un tel contexte, Sébastien Bourdais ne se montre absolument pas étonné de voir Ford siffler la fin du match et ne pas poursuivre son engagement en GTE. Le Français estime que la mise en œuvre de la BoP est inévitablement vouée à l'échec à un moment ou un autre, car même si la philosophie est de voir tous les constructeurs en mesure de lutter plus ou moins à armes égales malgré des concepts différents, les effets pervers d'un tel engrenage resurgissent.

"Ce programme arrive à son terme, comme ça a toujours dû être le cas après quatre saisons", rappelle Bourdais. "Mais pour eux, il n'y a aucune motivation non plus pour ne serait-ce qu'envisager de rester. Pourquoi le feriez-vous ? Vous avez clairement la meilleure voiture et l'équipe fait vraiment du bon travail, mais vous pouvez à peine être un prétendant à la victoire car vous n'avez pas le droit de jouer correctement. Malheureusement, la voiture semble toujours être au rendez-vous avec le chrono grâce à sa dynamique de base, grâce à [l'équipe] Ganassi qui est formidable, grâce aux pilotes qui savent comment en tirer le meilleur, etc. Je suppose que les techniciens du championnat se disent 'OK, c'est leur niveau correct'. Mais ça ne l'est pas. Ils connaissent le potentiel de notre voiture, ils savent précisément combien de puissance retirer pour nous ramener au niveau des autres voitures."

"La BoP est contrôlée par le championnat, donc c'est un peu comme si on appliquait le socialisme en sport automobile. À ma connaissance, dans la vie, le socialisme ça ne marche pas. Mon problème, c'est que ce sont ceux qui sont tout en haut qui décident qui a quoi. Ce n'est pas comme s'il y avait un règlement qui vous disait de faire la meilleure voiture possible."

Pour Sébastien Bourdais, il existerait un moyen plus équitable de faire fonctionner la BoP, à savoir agir sur la boîte de vitesses et sur les rapports. "Notre voiture a beaucoup moins de traînée que les autres", assure-t-il. "Si seulement ils nous donnaient de la puissance et nous limitaient au sixième rapport, nous n'aurions aucun avantage en vitesse de pointe. Mais au moins, nous aurions l'accélération dès le début des lignes droites. À l'heure actuelle, en quoi est-ce juste que nous soyons 40 à 50 kg plus lourds et entre 20 et 50 chevaux derrière nos adversaires ?"

Propos recueillis par David Malsher  

#68 Ford Chip Ganassi Racing Ford GT: Joey Hand, Dirk Müller, Sébastien Bourdais, #69 Ford Chip Ganassi Racing Ford GT: Ryan Briscoe, Richard Westbrook, Scott Dixon

partages
commentaires
Racing Team Nederland : livrée Minardi et passage chez Oreca

Article précédent

Racing Team Nederland : livrée Minardi et passage chez Oreca

Article suivant

Alpine confirme son engagement en WEC pour 2019-2020

Alpine confirme son engagement en WEC pour 2019-2020
Charger les commentaires
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021
Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance Prime

Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance

Revenant dans la catégorie reine de l'Endurance après 50 années d'absence, Ferrari va s'engager en catégorie "Le Mans Hypercar" en 2023. La marque italienne dément tout lien avec le plafond de dépenses de la F1, mais il ne s'agit assurément pas d'une coïncidence...

WEC
28 févr. 2021
Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche" Prime

Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche"

À 30 ans, Jean-Éric Vergne est à l'apogée de sa carrière. Le double champion de Formule E va partir en quête d'un troisième titre dans le championnat tout électrique et a été recruté par Peugeot Sport pour l'ère Hypercar à venir. Il s'est confié à Motorsport.com.

Formule E
11 févr. 2021
L'avenir de la F1 va-t-il passer par l'hydrogène ? Prime

L'avenir de la F1 va-t-il passer par l'hydrogène ?

Alors que les discussions sont en cours pour la prochaine formule moteur de la F1 au-delà de l'horizon 2025, la question de l'orientation à long terme se pose, avec deux options principales évoquées jusqu'ici.

Formule 1
1 févr. 2021
Le GTE agonise : les trois scénarios qui pourraient tout changer Prime

Le GTE agonise : les trois scénarios qui pourraient tout changer

La catégorie GTE donne le sentiment de s'effondrer comme un château de cartes, et le WEC va devoir réagir. Trois scénarios peuvent être imaginés pour l'avenir du GT en Championnat du monde d'Endurance et aux 24 Heures du Mans. Les voici.

24 Heures du Mans
30 janv. 2021