Hartley : son retour au Mans, sa relation avec ses équipiers...

Trois ans après sa victoire avec Porsche, Brendon Hartley est de retour au Mans. Le double Champion du monde d'Endurance évoque son état d'esprit à l'aube de la course sarthoise auprès de quelques médias, dont Motorsport.com.

Hartley : son retour au Mans, sa relation avec ses équipiers...

Brendon, 2020 marque votre septième participation aux 24 Heures, après deux premières en LMP2, puis quatre avec Porsche LMP1 de 2014 à 2017. Comment comparez-vous l'écurie allemande avec l'équipe Toyota ?

Il y a beaucoup de similitudes dans la structure de l'équipe. Les deux sont basées en Allemagne, avec un personnel similaire sur place au circuit et une complexité similaire même si le manuel du pilote est complètement différent ; tirer le meilleur de cette voiture est tout aussi complexe. C'est l'Endurance, il y a encore l'esprit d'équipe. J'ai des coéquipiers différents, mais ils sont déjà mes meilleurs copains. J'aime l'ambiance ici, c'est la même mais elle est différente, en quelque sorte. Ça va être similaire, car nous nous sommes affrontés si férocement ! Ce n'est pas une coïncidence si ces écuries sont gérées de manière très similaire.

Lire aussi :

Vous venez d'évoquer vos coéquipiers au volant de la Toyota #8, Sébastien Buemi et Kazuki Nakajima. Comment avez-vous pris vos marques dans cette collaboration qui a commencé cette saison ?

Cela prend du temps. Je pense que nous avions un temps d'avance dès le début, surtout que je connaissais très bien Seb, nous avons même habité en colocation il y a quelques années. Kaz est super, je pense m'être très vite intégré. Cela aide aussi que je sois venu au Mans l'an dernier comme pilote de réserve. Bien sûr, plus nous passons de temps ensemble, plus ça devient normal, mieux nous nous comprenons. Si cela empire, il y a un problème ! Jusque-là, nous nous entendons de mieux en mieux. Nous avons un bon niveau de respect et nous travaillons bien ensemble.

Qu'en est-il de vos préférences concernant les réglages ? Sont-elles similaires ?

De ce côté-là, nous sommes vraiment sur la même longueur d'onde. Nous avons tous nos petites forces et faiblesses, peut-être qu'un pilote est plus sensible à la répartition d'énergie par exemple, mais en général, nous demandons la même chose.

#8 Toyota Gazoo Racing - Toyota TS050 - Hybrid: Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima, Brendon Hartley

Vous avez évoqué le fait que vous avez habité avec Sébastien Buemi. Était-ce quand vous étiez tous deux dans le giron Red Bull en tant que jeunes pilotes, à la fin des années 2000 ?

C'était un an en Autriche – j'ai passé quelques mois à Fuschl am See, et nous partagions un appartement, même si je ne le voyais pas trop. Il payait la moitié du loyer, c'était sympa ! Nous avons aussi habité ensemble à Milton Keynes [où est basé Red Bull Racing] pendant une courte période, quand nous passions tous deux du temps sur le simulateur Red Bull.

Lire aussi :

Je dois probablement mentionner le fait que Seb a joué un grand rôle dans mon arrivée en Endurance, à une époque où je ne savais pas trop quoi faire de ma carrière [Hartley a quitté la monoplace pour l'Endurance en 2012, ndlr]. Il venait de rejoindre Toyota, et c'est lui qui m'a convaincu que c'était une bonne idée, que je devrais aller dans les stands au Paul Ricard. C'était un choc ! Avant, je ne savais rien de l'Endurance, et j'en suis tombé amoureux. La suite, tout le monde la connaît. C'est marrant que nous nous retrouvions coéquipiers quelques années plus tard.

Comment s'annonce cette course pour vous ? Les Rebellion, l'une d'entre elles ayant devancé votre Toyota #8 en qualifications, sont-elles une plus grande menace que prévu ?

Nous nous attendions à ce qu'ils représentent une grande menace. Même l'an dernier, ils étaient parmi les plus rapides de la course en moyenne. Ils ont fait des progrès depuis lors, nous espérions en avoir fait des petits aussi. De plus, la réglementation est différente : l'an dernier, Toyota avait des avantages au niveau des arrêts au stand, du nombre de tours que nous pouvions faire [par relais]. Tout ça, c'est fini. Ils ont vraiment une chance de gagner. Nous devons faire notre travail, gérer le risque, rouler aussi vite que possible pendant 24 heures. Cela va être une bataille acharnée avec non seulement nos coéquipiers mais aussi les Rebellion.

Quelle sera la clé pour remporter la victoire ?

Se tenir à l'écart des problèmes, pour commencer ! La nuit va être plus longue qu'à l'accoutumée, on a vu hier qu'il y avait beaucoup d'accidents en piste. Se tenir à l'écart des problèmes est toujours l'une des choses les plus difficiles à faire au Mans. La clé pour remporter la course sera d'être la voiture la plus rapide qui n'ait pas d'accident.

partages
commentaires
Thomas Laurent et Alpine : "Il n'y a pas de favori en LMP2"
Article précédent

Thomas Laurent et Alpine : "Il n'y a pas de favori en LMP2"

Article suivant

LIVE 24H DU MANS - Suivez la course en direct !

LIVE 24H DU MANS - Suivez la course en direct !
Charger les commentaires
Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange" Prime

Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange"

WRT se bat aux avant-postes du GT depuis des années et a réussi avec brio son passage en prototype, avec à la clé une victoire aux 24 Heures du Mans en LMP2. L'issue aurait même pu être plus heureuse si la course avait été un tour plus courte...

24 Heures du Mans
17 oct. 2021
Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix Prime

Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix

En 1997 le programme Panoz GT n'apparaissait pas comme un choix attrayant pour un ex-pilote de Formule 1, McLaren constituant un bien meilleur pari. Mais contre toute attente, David Brabham fit le choix de la marque américaine pour former un duo gagnant pendant plusieurs années.

GT
25 sept. 2021
Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ? Prime

Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ?

L'ère de l'Hypercar s'est ouverte aux 24 Heures du Mans par la victoire de Toyota. Désormais, la concurrence est attendue et beaucoup de regards sont tournés vers Peugeot, dont l'arrivée est programmée pour 2022. Nous avons rencontré Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport, pour faire un point complet.

WEC
29 août 2021
Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans Prime

Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans

C'est l'une des plus grandes histoires de la Sarthe. Paul Newman, deuxième des 24 Heures du Mans 1979, aurait pu facilement remporter la célèbre épreuve sans l'ingéniosité du regretté Manfred Kremer.

24 Heures du Mans
20 août 2021
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021