Formule 1
C
GP d'Émilie-Romagne
18 avr.
Course dans
43 jours
MotoGP
26 mars
EL1 dans
20 jours
C
GP de Doha
02 avr.
Prochain événement dans
27 jours
WEC
C
Algarve
04 avr.
Course dans
29 jours
C
6H de Spa-Francorchamps
01 mai
Course dans
56 jours
Formule E
27 févr.
Événement terminé
10 avr.
Prochain événement dans
35 jours
WRC
26 févr.
Événement terminé
22 avr.
Prochain événement dans
47 jours
WSBK
C
Estoril
07 mai
Prochain événement dans
62 jours
C
Aragón
21 mai
Prochain événement dans
76 jours

Buemi craint l'impact des pilotes amateurs "très dangereux"

Tous les ans au Mans, les pilotes professionnels – surtout en LMP1 – doivent gérer les aléas du trafic.

Buemi craint l'impact des pilotes amateurs "très dangereux"

La problématique est amplifiée lors de cette édition 2020 des 24 Heures du Mans, où l'on ne retrouve plus que cinq prototypes dans la catégorie reine. Les Toyota et autres Rebellion vont donc avoir pléthore de LMP2 et surtout de GT à dépasser, alors que l'on retrouve au départ pas moins de 87 pilotes considérés comme amateurs sur les 177 du plateau, soit 49%.

Dans un contexte où la nuit sera bien plus longue qu'au mois de juin, avec environ de douze heures entre le lever et le coucher du soleil et près de onze heures d'obscurité réelle, les pilotes amateurs n'auront pas la tâche facile, surtout qu'il n'y aura eu qu'une journée et demie de roulage, jeudi et vendredi matin, avant de se lancer dans la course.

Lire aussi :

Cela peut effectivement paraître dérisoire pour se familiariser avec le Circuit de la Sarthe et avec les spécificités d'une course telle que le double tour d'horloge sarthois. "Nous avons tous eu notre première fois au Mans, et je pense que pour mon premier tour au Mans, j'étais dans le même cas", commente avec indulgence l'expérimenté Brendon Hartley, mais la question ne s'en pose pas moins pour les LMP1.

"Cette année, le problème, c'est que le manque de roulage complique les choses", explique Sébastien Buemi, pilote de la Toyota #8. "Les pilotes professionnels, quand ils arrivent au Mans, améliorent leur gestion du trafic, mais ils partent d'un très bon niveau. Les amateurs n'ont pas pu beaucoup rouler hier soir, ils n'ont même pas eu la Journée Test. Ils n'ont pas eu trois jours d'essais où ils peuvent dormir et revenir [comme lors d'un programme manceau classique]."

"C'est tellement difficile d'avoir des amateurs qui roulent la nuit : ils prennent énormément de marge, ils ne savent pas vraiment où aller, ils se mettent au milieu. C'est très dangereux. De plus, cette année, il y a environ onze heures de nuit. Un amateur, de nuit, on sait que c'est encore pire. J'aborde cette course comme une course de survie, cette année. Les erreurs, les contacts peuvent se produire bien plus facilement qu'auparavant. C'est ainsi que je vois les choses."

Quels sont les zones critiques pour dépasser d'après le double vainqueur en titre des 24 Heures ? "En général, c'est l'entrée et la sortie des virages", répond-il. "Les amateurs, les GT, les LMP2 – le mieux, c'est qu'ils restent sur la trajectoire, et nous les contournons. Mais parfois, les amateurs ne savent pas trop où ils sont, ils roulent au milieu, parfois ils ont peur, et ils essaient de se décaler. Mais la plupart du temps, ils se décalent trop tard, et cela peut provoquer un accident. Il faut qu'ils restent sur la trajectoire autant que possible."

"Quand on arrive à Indianapolis, il faut qu'ils choisissent un côté de la piste, gauche ou droite, peu importe. Mais rester au milieu en bougeant, si l'on ne sait pas ce qu'ils font, quand on arrive 100 km/h plus vite, ça peut faire un accident." Lors d'une épreuve qui va certainement être perturbée par la pluie, il sera donc crucial d'être plus vigilant que jamais dans le trafic.

partages
commentaires

Voir aussi :

Côme Ledogar : "Je savais que j'allais devoir sortir un gros tour"

Article précédent

Côme Ledogar : "Je savais que j'allais devoir sortir un gros tour"

Article suivant

Bourdais redécouvre Le Mans en Ferrari : "C'est une vraie GT !"

Bourdais redécouvre Le Mans en Ferrari : "C'est une vraie GT !"
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries 24 Heures du Mans
Événement 24 Heures du Mans
Pilotes Sébastien Buemi , Brendon Hartley
Équipes Toyota Gazoo Racing WEC
Auteur Benjamin Vinel
Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance Prime

Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance

Revenant dans la catégorie reine de l'Endurance après 50 années d'absence, Ferrari va s'engager en catégorie "Le Mans Hypercar" en 2023. La marque italienne dément tout lien avec le plafond de dépenses de la F1, mais il ne s'agit assurément pas d'une coïncidence...

WEC
28 févr. 2021
Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche" Prime

Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche"

À 30 ans, Jean-Éric Vergne est à l'apogée de sa carrière. Le double champion de Formule E va partir en quête d'un troisième titre dans le championnat tout électrique et a été recruté par Peugeot Sport pour l'ère Hypercar à venir. Il s'est confié à Motorsport.com.

Formule E
11 févr. 2021
L'avenir de la F1 va-t-il passer par l'hydrogène ? Prime

L'avenir de la F1 va-t-il passer par l'hydrogène ?

Alors que les discussions sont en cours pour la prochaine formule moteur de la F1 au-delà de l'horizon 2025, la question de l'orientation à long terme se pose, avec deux options principales évoquées jusqu'ici.

Formule 1
1 févr. 2021
Le GTE agonise : les trois scénarios qui pourraient tout changer Prime

Le GTE agonise : les trois scénarios qui pourraient tout changer

La catégorie GTE donne le sentiment de s'effondrer comme un château de cartes, et le WEC va devoir réagir. Trois scénarios peuvent être imaginés pour l'avenir du GT en Championnat du monde d'Endurance et aux 24 Heures du Mans. Les voici.

24 Heures du Mans
30 janv. 2021
Le nouveau départ qui pourrait couronner de succès Kevin Magnussen Prime

Le nouveau départ qui pourrait couronner de succès Kevin Magnussen

Après avoir passé plus de sept ans sans victoire chez McLaren, Renault et Haas en Formule 1, Kevin Magnussen pourrait renouer en IMSA avec ce qu'il désire le plus : une chance de gagner.

IMSA
29 janv. 2021
Hypercar Toyota : la révolution masquée de l'Endurance Prime

Hypercar Toyota : la révolution masquée de l'Endurance

La Toyota GR010 conçue pour la nouvelle ère Hypercar du WEC a peu de choses en commun avec la TS050 LMP1 qui l'a précédée. Mais en dépit des restrictions qui accompagnent la nouvelle réglementation, elle ne sera pas moins redoutable.

WEC
27 janv. 2021
Les moteurs de l'Hypercar Peugeot expliqués en détail Prime

Les moteurs de l'Hypercar Peugeot expliqués en détail

Quelques heures après avoir dévoilé leurs choix techniques pour leur Hypercar en Championnat du monde d'Endurance, avec un moteur V6 biturbo de 2,6 litres associé à un moteur électrique développant 200 kW sur l'essieu avant, les dirigeants de Peugeot se sont exprimés en profondeur sur leur concept auprès de la presse française.

WEC
15 déc. 2020
Le retour inattendu d'Audi, promesse d'un nouvel âge d'or Prime

Le retour inattendu d'Audi, promesse d'un nouvel âge d'or

Audi a annoncé travailler sur un retour aux 24 Heures du Mans : on pourrait donc enfin assister à la lutte que l'on avait espérée en 2012, entre le constructeur allemand, Peugeot et Toyota. Ce choix vient aussi crédibiliser la formule LMDh, dans laquelle d'autres marques pourraient s'engouffrer ultérieurement.

WEC
2 déc. 2020