Buemi : Les qualifications, une "farce" à cause des GT

Pour les 24 Heures du Mans 2017, c'est un nombre record de 60 voitures qui sont engagées, avec lesquelles le trafic va de pair. Sébastien Buemi se montre d'ailleurs très agacé à ce sujet.

Buemi : Les qualifications, une "farce" à cause des GT
#8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid : Anthony Davidson, Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima
#8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid: Anthony Davidson, Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima
Sébastien Buemi, Toyota Gazoo Racing
#8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid : Anthony Davidson, Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima
#8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid : Anthony Davidson, Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima
#8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid : Anthony Davidson, Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima
#8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid: Anthony Davidson, Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima
Sébastien Buemi, Toyota Gazoo Racing
#8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid : Anthony Davidson, Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima
#24 CEFC Manor Oreca 07 Gibson : Tor Graves, Jonathan Hirschi, Jean-Eric Vergne
#97 Aston Martin Racing Aston Martin Vantage : Darren Turner, Jonathan Adam, Daniel Serra

B.V., Le Mans - La Toyota #8 du trio Nakajima-Buemi-Davidson s'est qualifiée deuxième grâce à un chrono de 3'17"128 réalisé par le Japonais, alors que son coéquipier suisse n'a pu faire mieux que 3'18"979. C'est toutefois la voiture sœur #7 qui a signé la pole position aux mains de Kamui Kobayashi, qui a atomisé le record du Circuit de la Sarthe grâce à un tour sans trafic, en 3'14"791.

C'est avant les deux dernières séances qualificatives que Sébastien Buemi a marqué sa désapprobation vis-à-vis du format qualificatif actuel qui, selon lui, est trop aléatoire en raison de la présence des GT en piste au même moment que les LMP1 malgré un différentiel de vitesse notable – 36 secondes au tour lors de ces qualifications entre le prototype et la GT les mieux placés.

"Je déteste les qualifications, parce que j'ai l'impression que c'est de plus en plus une blague, avec le trafic et la chance qu'il faut pour accomplir quelque chose de correct", déclare Buemi. "Aucune LMP1 n'a eu de tour clair [mercredi]. Elles ont toutes perdu au moins une seconde dans le trafic."

Aussi le pilote Toyota se déclare-t-il en faveur d'un système plus proche de celui utilisé lors des autres courses de WEC, où les prototypes et les GT prennent la piste séparément.

"Je pense qu'ils devraient modifier cette réglementation et faire quelque chose qui se rapproche davantage du WEC, où il y a une demi-heure pour les GT et une demi-heure pour les LMP", poursuit-il. "Tout le monde veut être en pole au Mans, parce que c'est quelque chose d'énorme, mais c'est un casse-tête pour y parvenir."

Des GT qui bloquent

À la différence de vitesse avec les GT, qu'il évoquait déjà dans un précédent article, s'ajoute un comportement contestable de la part de leurs pilotes, qu'il dénonce vertement.

"Le problème, c'est qu'ils font tous leur propre course et qu'ils veulent faire de leur mieux", explique Buemi. "Personne ne se préoccupe vraiment des autres. Les GT n'aiment pas être dépassées au freinage au dans les virages, parce qu'elles perdent du temps. Dans les virages Porsche, elles se mettent parfois au milieu de la piste pour assurer qu'on ne puisse pas les dépasser."

"Le problème, c'est que parfois, on les évite à la dernière minute. Ils n'aiment pas ça, ils s'énervent et ils se mettent à nous bloquer. Certaines GT sont mêmes prêtes à perdre du temps pour s'assurer qu'on ne puisse pas passer. C'est une farce."

"La différence de vitesse avec les GT est parfois incroyable. Quand on arrive dans les virages Porsche, on est à plus de 270 km/h ; elles sont à 180, 190 maximum. Quand on arrive derrière, on n'en croit pas ses yeux. Ce serait bien que les GT soient plus rapides dans les virages. La différence en ligne droite m'importe peu, on les dépasse facilement. Dans les virages, c'est impossible."

 

partages
commentaires
Les 18 tentatives de Toyota aux 24 Heures du Mans

Article précédent

Les 18 tentatives de Toyota aux 24 Heures du Mans

Article suivant

Warm-up - Toyota se rassure avant la course

Warm-up - Toyota se rassure avant la course
Charger les commentaires
Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix Prime

Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix

En 1997 le programme Panoz GT n'apparaissait pas comme un choix attrayant pour un ex-pilote de Formule 1, McLaren constituant un bien meilleur pari. Mais contre toute attente, David Brabham fit le choix de la marque américaine pour former un duo gagnant pendant plusieurs années.

GT
25 sept. 2021
Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ? Prime

Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ?

L'ère de l'Hypercar s'est ouverte aux 24 Heures du Mans par la victoire de Toyota. Désormais, la concurrence est attendue et beaucoup de regards sont tournés vers Peugeot, dont l'arrivée est programmée pour 2022. Nous avons rencontré Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport, pour faire un point complet.

WEC
29 août 2021
Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans Prime

Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans

C'est l'une des plus grandes histoires de la Sarthe. Paul Newman, deuxième des 24 Heures du Mans 1979, aurait pu facilement remporter la célèbre épreuve sans l'ingéniosité du regretté Manfred Kremer.

24 Heures du Mans
20 août 2021
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021
Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance Prime

Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance

Revenant dans la catégorie reine de l'Endurance après 50 années d'absence, Ferrari va s'engager en catégorie "Le Mans Hypercar" en 2023. La marque italienne dément tout lien avec le plafond de dépenses de la F1, mais il ne s'agit assurément pas d'une coïncidence...

WEC
28 févr. 2021