Voir l'arrivée serait une "première victoire" pour ByKolles

partages
commentaires
Voir l'arrivée serait une "première victoire" pour ByKolles
Par :

Tom Dillmann et Oliver Webb estiment que ByKolles a le potentiel de performance pour être sur le podium des 24 Heures du Mans 2020, mais les deux pilotes redoutent le manque de fiabilité de leur prototype.

Malgré un bilan peu reluisant si l'on s'en tient aux résultats de ByKolles Racing aux 24 Heures du Mans, les pilotes de l'écurie privée du LMP1 sont plein d'espoir avant l'édition 2020. Après une apparition encourageante à Spa-Francorchamps le mois dernier, Tom Dillmann, Oliver Webb et Bruno Spengler veulent croire en leurs chances de podium. Pourtant, la fiabilité est le talon d'Achille de leur prototype.

Lire aussi :

En Belgique, l'Enson CLM P1/01 s'est montrée à son aise lorsque la piste était humide, et la première moitié de course a été remarquée, boostant clairement le moral des troupes. En revanche un problème de capteur puis d'échappement a empêché le team de concrétiser cette belle forme en résultat probant. Dans la Sarthe ce week-end, et au contraire de Rebellion, on devrait faire la danse de la pluie chez ByKolles et espérer que les risques d'orage s'avèrent réels. Le premier objectif demeure d'être classé à l'arrivée, ce qui serait une première pour cette auto.

"Je souhaite vraiment que nous passions sous le drapeau à damier, et je crois que cette année c'est notre meilleure chance", assure Tom Dillmann auprès de Motorsport.com. "Nous compterons aussi sur la météo, car finir loin ne donne pas envie. Nous voulons finir à une bonne place. Nous espérons ne pas passer de temps au garage, faire une course propre, et si la météo peut nous aider aussi avec des conditions délicates, nous avons démontré que nous pouvions bien faire. Nous espérerons de la pluie, car la voiture est performante dans les conditions humides."

Le pilote français estime qu'il est "réaliste" d'imaginer ByKolles se hisser au niveau de Rebellion si la pluie vient s'en mêler au Mans. "Je pense que ce sera vraiment difficile et beaucoup de choses doivent se mettre en place", prévient-il toutefois. "Quand on repense à Spa, nous avons eu des problèmes d'électronique et d'échappement, et il ne faut pas que de tels problèmes surviennent. Nous devrons être à la hauteur. La voiture doit rouler et ne jamais être au garage. À partir de là, je crois que nous aurons une chance d'être performants contre Rebellion. Si les conditions le permettent, nous pourrions même être à la lutte pour un podium. Si nous pouvons faire une course parfaite, je crois qu'il y aura une petite chance, c'est certain."

Oliver Webb partage le sentiment de son coéquipier, et ne cache pas non plus que la première préoccupation chez ByKolles demeure la fiabilité d'une LMP1 qui a multiplié les séances d'essais et les évolutions sans jamais concrétiser son potentiel en compétition.

"Terminer serait notre première victoire, et après, nous verrons où nous pourrons terminer", précise le pilote britannique à Motorsport.com. "Si nous sommes proches du rythme que nous avions à Spa, je n'ai aucun doute qu'un podium soit possible, à condition que la voiture termine. Et je ne sais pas si elle terminera. […] À Spa, ce devait juste être une journée d'essais, mais c'est devenu un peu plus que ça. Espérons que nous pourrons matérialiser ça au Mans et lui offrir un bel adieu."

Propos recueillis par Jamie Klein

Le Mans va être "plus dur que l'an dernier" pour Toyota

Article précédent

Le Mans va être "plus dur que l'an dernier" pour Toyota

Article suivant

Trafic, pluie, réglages, fiabilité : Toyota doit gérer les risques

Trafic, pluie, réglages, fiabilité : Toyota doit gérer les risques
Charger les commentaires