Chandhok : Les ORECA sont "dans une course différente"

Les ORECA vont-elles régner en maître sur les 24 Heures du Mans dans la catégorie LMP2 ? C'est ce que semble craindre Karun Chandhok, qui pilote la Ligier #34 engagée par Tockwith Motorsport.

Chandhok : Les ORECA sont "dans une course différente"
#26 G-Drive Racing Oreca 07 Gibson: Roman Rusinov, Pierre Thiriet, Alex Lynn
#34 Tockwith Motorsports Ligier JS P217 Gibson: Nigel Moore, Philip Hanson, Karun Chandhok
#45 Algarve Pro Racing Ligier JS P217 Gibson: Mark Patterson, Matt McMurry, Vincent Capillaire
#38 DC Racing Oreca 07 Gibson: Ho-Pin Tung, Oliver Jarvis, Thomas Laurent
Karun Chandhok, Tockwith Motorsports
#24 CEFC Manor Oreca 07 Gibson: Tor Graves, Jonathan Hirschi, Jean-Eric Vergne
#34 Tockwith Motorsports Ligier JS P217 Gibson: Nigel Moore, Philip Hanson, Karun Chandhok
#32 United Autosports Ligier JS P217 Gibson: Will Owen, Hugo De Sadeleer, Filipe Albuquerque
#35 Signatech Alpine A470 Gibson: Nelson Panciatici, Pierre Ragues, Andre Negrao
#32 United Autosports Ligier JS P217 Gibson: Will Owen, Hugo De Sadeleer, Filipe Albuquerque
Charger le lecteur audio

B.V., Le Mans - Les ORECA ont en effet fait étalage de leur rapidité lors de la Journée Test en monopolisant le top 13 de la catégorie LMP2. Le premier autre prototype, à la 14e place, était la Ligier #32 d'United Autosports, reléguée à près de quatre secondes du temps de référence.

Celle de Chandhok, quant à elle, était à sept secondes et demie, si bien que le coéquipier de Philip Hanson et de Nigel Moore s'inquiète pour la course à venir.

"Les ORECA ont l'air rapides", déclare l'Indien pour Motorsport.com"Il faut qu'ils pensent un peu au spectacle. Je sais qu'ils ont 15 voitures, mais l'Endurance, c'est la compétition de différents constructeurs. S'il y en a un qui est si loin devant les autres, ce n'est pas super pour le spectacle. Ce n'est pas fun pour ceux qui n'ont pas une ORECA."

"Entendons-nous bien, ORECA a fait un excellent travail. C'est un très bon constructeur. Mais nous pouvons être aidés un petit peu aussi. Il y a un kit que nous savons meilleur. Espérons l'obtenir par la suite."

"De façon réaliste, nous sommes en lutte avec United et les autres Ligier. Et nous verrons ce que donnent les Dallara. Mais les ORECA semblent être dans une course différente."

Albuquerque vise le podium

Le pessimisme de Chandhok n'est pas partagé par Filipe Albuquerque, pilote de cette fameuse Ligier #32 qui a signé le meilleur temps des non-ORECA. Or, United Autosports testait en exclusivité un nouveau kit à faible appui lors de la journée test. Celui-ci n'a pas encore été approuvé par la FIA et par l'ACO.

Quoi qu'il en soit, Albuquerque a bon espoir de jouer le podium, à conditions d'effectuer des progrès dans cette semaine cruciale avant les 24 Heures.

"La dernière semaine, il s'agit uniquement de trouver où nous pouvons aller plus vite", indique le Portugais à notre micro. "C'est la question que se pose tout le monde. Et après avoir analysé les données, nous avons trouvé des points où nous pouvons progresser. Nous tirons donc simplement le maximum de ce dont nous disposons."

"La question que nous nous posons actuellement, c'est : à quel point pouvons-nous progresser ? Sera-ce suffisant pour [atteindre le niveau] des ORECA ? Les ORECA ont-elles une grande marge ? Ou bien seulement deux dixièmes ? C'est la question."

"Si on se tient à l'écart des problèmes, ce qui n'est pas facile du tout, un bon résultat est très ouvert. Nous avons un bon line-up, une bonne équipe. Donc finir dans le top 5 est possible, c'est clair. Peut-être dans le top 3. Notre objectif est certainement de monter sur le podium."

"Mais Le Mans, c'est très dur. Il faut éviter les problèmes et faire une course propre. Il faut tirer le maximum de la voiture et des pilotes. Puis nous verrons où nous serons. Mais normalement, nous serons compétitifs."

Propos recueillis par Guillaume Nédélec

 
partages
commentaires
Pierre Nicolet, une première en famille
Article précédent

Pierre Nicolet, une première en famille

Article suivant

Rosenqvist craint d'abîmer sa voiture sur les vibreurs

Rosenqvist craint d'abîmer sa voiture sur les vibreurs
Charger les commentaires
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange" Prime

Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange"

WRT se bat aux avant-postes du GT depuis des années et a réussi avec brio son passage en prototype, avec à la clé une victoire aux 24 Heures du Mans en LMP2. L'issue aurait même pu être plus heureuse si la course avait été un tour plus courte...

24 Heures du Mans
17 oct. 2021
Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix Prime

Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix

En 1997 le programme Panoz GT n'apparaissait pas comme un choix attrayant pour un ex-pilote de Formule 1, McLaren constituant un bien meilleur pari. Mais contre toute attente, David Brabham fit le choix de la marque américaine pour former un duo gagnant pendant plusieurs années.

GT
25 sept. 2021
Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ? Prime

Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ?

L'ère de l'Hypercar s'est ouverte aux 24 Heures du Mans par la victoire de Toyota. Désormais, la concurrence est attendue et beaucoup de regards sont tournés vers Peugeot, dont l'arrivée est programmée pour 2022. Nous avons rencontré Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport, pour faire un point complet.

WEC
29 août 2021
Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans Prime

Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans

C'est l'une des plus grandes histoires de la Sarthe. Paul Newman, deuxième des 24 Heures du Mans 1979, aurait pu facilement remporter la célèbre épreuve sans l'ingéniosité du regretté Manfred Kremer.

24 Heures du Mans
20 août 2021
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021