Dans la peau d'un pilote
Dossier

Dans la peau d'un pilote

Dans la peau d'un pilote : partager son baquet

Tristan Gommendy prend cette année son 8e départ aux 24 Heures du Mans, avec le Jackie Chan DC Racing By Jota, en LMP2. Il fera équipe avec Alex Brundle et David Cheng. Avant le Jour J, il raconte à Motorsport.com les particularités de l'épreuve.

Dans la peau d'un pilote : partager son baquet

Le partage de la voiture dépend beaucoup de la relation que l'on peut avoir avec ses équipiers. Il m'est arrivé de faire Le Mans avec des gens que je connaissais peu, et il n'y avait pas d'affectif particulier. Et puis il m'est arrivé de faire Le Mans avec des gens dont j'étais proche. On ne le vit pas du tout de la même manière.

Si on a de l'affectif avec ses équipiers, on a parfois une petite inquiétude, et puis souvent au passage du relais, on a un petit mot gentil ou un geste. Quelque part, ça paraît un peu idiot de dire "Fais gaffe à toi". Il y a quand même un passage de relais, presque solennel. Ça change beaucoup de choses suivant le relationnel que l'on a avec ses équipiers. Mais la plupart du temps, bien évidemment, c'est vraiment bienveillant. Il n'y a pas de règle absolue.

La course, c'est une chose. De toute façon, le profil de la course, on le voit avant, sur le rythme ; on voit à peu près ce que l'on est capable de faire, quelles sont les capacités de la voiture et de l'équipage pour faire un résultat. On s'occupe de ça, on regarde si ça se passe bien, on regarde le rythme, et puis ça doit dérouler.

On a souvent une pensée pour celui qui est dans la voiture quand on n'y est pas.

Tristan Gommendy

On le voit d'une manière sportive, mais c'est une telle aventure qu'il y a quand même toujours ce petit pincement au cœur de se dire : "Est-ce que tout va bien ? Est-ce qu'il n'est pas trop fatigué ?" On a souvent une pensée pour celui qui est dans la voiture quand on n'y est pas. Il y a une ambiance souvent très fraternelle pendant l'épreuve. Parfois, elle n'y est pas avant, elle n'y est plus après. Souvent, elle perdure dans le temps.

Monter ou descendre de la voiture, ce sont deux moments assez forts. Il y en a un avec un énorme sentiment, dans l'hypothèse où ça s'est bien passé, où le job a été fait : un soulagement. Et puis dans l'autre cas, c'est une montée d'adrénaline très, très forte, avec le sentiment inverse, une prise de conscience qu'il y a un énorme travail à faire.

Quand tu montes dans la voiture, ce n'est pas pour une demi-heure, c'est au moins pour deux ou trois heures, donc une grande aventure t'attend. Avec les années, avec l'expérience, on sait qu'il peut se passer beaucoup de choses, bonnes comme mauvaises. Mais quand tu montes dans la voiture, quand c'est à toi, il y a quand même ce sentiment : il y a un gros boulot qui t'attend ! Tu as au départ la petite angoisse de te dire qu'il ne faut pas perdre de temps, qu'il faut être bien concentré sur les harnais, sur tout le protocole qui est mis en place pour ne pas perdre une seconde. Et en même temps, il y a quand même le poids de te dire qu'une fois que tu as mis la première et que tu es parti du box, il y a un gros boulot devant toi !

Il y a ces deux moments. Il y en a un qui est comme l'arrivée d'un marathon, où tu passes ton relais et où ça s'est bien déroulé, tu es soulagé. Et pour l'autre, tu prends le départ du marathon. C'est la conscience du travail à accomplir. Voilà le sentiment quand on monte dans l'auto au Mans, quel que soit le moment, d'ailleurs. 

partages
commentaires
Pierre Ragues : "On veut toujours que ça aille plus vite"

Article précédent

Pierre Ragues : "On veut toujours que ça aille plus vite"

Article suivant

Sam Bird sur Ford : "Si c'est leur véritable rythme, bravo à eux"

Sam Bird sur Ford : "Si c'est leur véritable rythme, bravo à eux"
Charger les commentaires
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021
Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance Prime

Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance

Revenant dans la catégorie reine de l'Endurance après 50 années d'absence, Ferrari va s'engager en catégorie "Le Mans Hypercar" en 2023. La marque italienne dément tout lien avec le plafond de dépenses de la F1, mais il ne s'agit assurément pas d'une coïncidence...

WEC
28 févr. 2021
Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche" Prime

Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche"

À 30 ans, Jean-Éric Vergne est à l'apogée de sa carrière. Le double champion de Formule E va partir en quête d'un troisième titre dans le championnat tout électrique et a été recruté par Peugeot Sport pour l'ère Hypercar à venir. Il s'est confié à Motorsport.com.

Formule E
11 févr. 2021
L'avenir de la F1 va-t-il passer par l'hydrogène ? Prime

L'avenir de la F1 va-t-il passer par l'hydrogène ?

Alors que les discussions sont en cours pour la prochaine formule moteur de la F1 au-delà de l'horizon 2025, la question de l'orientation à long terme se pose, avec deux options principales évoquées jusqu'ici.

Formule 1
1 févr. 2021
Le GTE agonise : les trois scénarios qui pourraient tout changer Prime

Le GTE agonise : les trois scénarios qui pourraient tout changer

La catégorie GTE donne le sentiment de s'effondrer comme un château de cartes, et le WEC va devoir réagir. Trois scénarios peuvent être imaginés pour l'avenir du GT en Championnat du monde d'Endurance et aux 24 Heures du Mans. Les voici.

24 Heures du Mans
30 janv. 2021
Le nouveau départ qui pourrait couronner de succès Kevin Magnussen Prime

Le nouveau départ qui pourrait couronner de succès Kevin Magnussen

Après avoir passé plus de sept ans sans victoire chez McLaren, Renault et Haas en Formule 1, Kevin Magnussen pourrait renouer en IMSA avec ce qu'il désire le plus : une chance de gagner.

IMSA
29 janv. 2021