Dans la peau d'un pilote
Dossier

Dans la peau d'un pilote

Dans la peau d'un pilote : la sécurité au Mans

Tristan Gommendy prend cette année son 8e départ aux 24 Heures du Mans, avec le Jackie Chan DC Racing By Jota, en LMP2. Il fera équipe avec Alex Brundle et David Cheng. Avant le Jour J, il raconte à Motorsport.com les particularités de l'épreuve.

Dans la peau d'un pilote : la sécurité au Mans

Les organisateurs essaient d'améliorer la sécurité tous les ans. Chaque année, j'espère que ça n'aille jamais contre le plaisir de la conduite. Mettre des règles et de la sécurité autour du circuit avec un juge qui vous tape sur les doigts dès que l'on sort le petit doigt, ce sont un peu les travers qu'il y a en ce moment, je trouve. 

Si l'on parle des commissaires, cela fait des années – en tout cas, moi, depuis ma première édition en 2003 avec Jan Lammers – que leur travail est reconnu. Ils ont des outils la nuit qu'ils n'avaient pas à cette époque-là. Mais il n'empêche que, derrière chaque lumière, il y a un homme qui presse un bouton, et honnêtement, encore une fois, ils font un travail exceptionnel. Vraiment, si Le Mans est une réussite chaque année, c'est en très, très grande partie grâce aux commissaires qui font un travail largement aussi important qu'un directeur de course.

Parfois, dans le regard du commissaire, on devine ce qui se passe. 

Tristan Gommendy

Il y a des fois, ils nous sauvent. Parfois, c'est marrant car avec un peu d'habitude, même dans le regard du commissaire qui vous met le drapeau, même si on ne voit pas l'accident, qu'on ne sait pas ce qui s'est passé, il n'empêche que dans le regard, dans l'engagement, on devine ce qui se passe. On sent que 100% des commissaires qui sont sur la piste sont vraiment très engagés et sont très passionnés par cette épreuve, avec un énorme respect pour les pilotes. Malheureusement, il m'est déjà arrivé de m'arrêter sur le bord de piste, et que ce soit avec des commissaires français, anglais, allemands, ce sont des grands passionnés, avec un immense respect pour les pilotes.

En matière de sécurité, la pluie peut aussi devenir un gros sujet. Au Mans particulièrement, le temps au tour est directement proportionnel au niveau de risque que l'on souhaite mettre en piste. Le problème, c'est que la moindre sortie est fatale pour la voiture. Il est évident que la pluie au Mans, je ne crois pas qu'il y ait beaucoup de pilotes qui en aient envie.

On peut aimer la pluie, mais au Mans, ça n'amuse quasiment personne. C'est une épreuve trop importante. Moi, j'aime la pluie, beaucoup de pilotes aiment certainement la pluie, mais il n'empêche qu'au Mans, généralement, on ne la souhaite jamais. Le Mans est déjà suffisamment difficile, donc on essaie de gérer ou de maîtriser un très grand nombre de facteurs, et la pluie multiplie par dix les probabilités de problèmes. La pluie n'est jamais, à mon sens, souhaitée par qui que ce soit au Mans. 

partages
commentaires
Les slow zones du Mans sont désormais fixes

Article précédent

Les slow zones du Mans sont désormais fixes

Article suivant

Dalla Lana "inquiet" au sujet du trafic avec les LMP2

Dalla Lana "inquiet" au sujet du trafic avec les LMP2
Charger les commentaires
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021
Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance Prime

Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance

Revenant dans la catégorie reine de l'Endurance après 50 années d'absence, Ferrari va s'engager en catégorie "Le Mans Hypercar" en 2023. La marque italienne dément tout lien avec le plafond de dépenses de la F1, mais il ne s'agit assurément pas d'une coïncidence...

WEC
28 févr. 2021
Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche" Prime

Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche"

À 30 ans, Jean-Éric Vergne est à l'apogée de sa carrière. Le double champion de Formule E va partir en quête d'un troisième titre dans le championnat tout électrique et a été recruté par Peugeot Sport pour l'ère Hypercar à venir. Il s'est confié à Motorsport.com.

Formule E
11 févr. 2021
L'avenir de la F1 va-t-il passer par l'hydrogène ? Prime

L'avenir de la F1 va-t-il passer par l'hydrogène ?

Alors que les discussions sont en cours pour la prochaine formule moteur de la F1 au-delà de l'horizon 2025, la question de l'orientation à long terme se pose, avec deux options principales évoquées jusqu'ici.

Formule 1
1 févr. 2021
Le GTE agonise : les trois scénarios qui pourraient tout changer Prime

Le GTE agonise : les trois scénarios qui pourraient tout changer

La catégorie GTE donne le sentiment de s'effondrer comme un château de cartes, et le WEC va devoir réagir. Trois scénarios peuvent être imaginés pour l'avenir du GT en Championnat du monde d'Endurance et aux 24 Heures du Mans. Les voici.

24 Heures du Mans
30 janv. 2021
Le nouveau départ qui pourrait couronner de succès Kevin Magnussen Prime

Le nouveau départ qui pourrait couronner de succès Kevin Magnussen

Après avoir passé plus de sept ans sans victoire chez McLaren, Renault et Haas en Formule 1, Kevin Magnussen pourrait renouer en IMSA avec ce qu'il désire le plus : une chance de gagner.

IMSA
29 janv. 2021