Chronique Tristan Gommendy - Un résultat historique qui ne doit rien au hasard

Au départ des 24 Heures du Mans aux côtés d'Alex Brundle et David Cheng dans l'équipe Jackie Chan DC Racing by JOTA, Tristan Gommendy revient avec Motorsport.com sur une folle édition des 24 Heures du Mans.

Chronique Tristan Gommendy - Un résultat historique qui ne doit rien au hasard

Ma huitième participation aux 24 Heures du Mans a été marquée par le superbe résultat d'ensemble du Jackie Chan DC Racing by JOTA. L'important, c'était d'abord de ne faire aucune erreur. On peut être très rapide mais si on prend deux ou trois pénalités, les 30 ou 50 secondes à regagner en piste derrière sont une misère ! C'est très rare qu'une équipe à deux voitures ne reçoive pas la moindre pénalité. Pas d'erreur, pas de pénalité : si déjà vous réunissez ces deux points-là, avec un équipage homogène, vous avez toutes vos chances d’être sur le podium ou pas loin de la victoire.

Du point de vue de l'équipe, il est également important de noter qu’aucun gros problème mécanique n’est venu perturber notre course de 24 heures. On a eu un souci avec l'accélérateur pendant la moitié de la course, mais ça ne nous a jamais mis à l'arrêt. On a continué, on a eu quelques petits défauts, quelques alertes, comme tout le monde je pense, mais notre toute nouvelle ORECA 07 a tenu ses promesses de fiabilité.

#37 DC Racing Oreca 07 Gibson: David Cheng, Alex Brundle, Tristan Gommendy

Ne rien laisser au hasard

J'ai connu quelques équipes dans ma carrière, et ce qui est très clair, c'est que chez JOTA, il y avait une rigueur à tous points de vue, depuis plusieurs semaines. Cela paraît peut-être évident de dire ça, voire un peu démagogique, mais même dans des grosses structures, dans des top teams, il n'y a pas toujours cette rigueur. Les problèmes ont toujours été abordés, et toujours dans l'intérêt général de l'équipe sur les deux autos. La communication entre le management du team, les ingénieurs, les mécanos et les pilotes a été extrêmement fréquente et fluide. Les repas, l'hospitality, les packs VIP, les sponsors, la gestion des compagnes, de la famille, l'ensemble des problématiques que peut aussi représenter la semaine des 24 Heures du Mans a été éclairci avant l'épreuve. Le team principal Rémy Brouard l'a très bien fait et ainsi, tous les points avaient été travaillés pour que cette organisation ne vienne en aucun cas interférer avec la sérénité et le travail des pilotes. On avait le sentiment avant le départ de la course de ne rien avoir laissé au hasard.

Sur le plan technique, les pneus Dunlop ont très bien fonctionné avec nos réglages. C'est important car nous avons vraiment travaillé main dans la main pour faire face aux fortes chaleurs. Rappelons qu’au départ des 24 Heures du Mans, il faisait 36°C. Il y a également eu un excellent travail de toute l'équipe ORECA durant la semaine pour préparer au mieux les autos et gérer les quelques soucis auxquels nous avons fait face. Ils ont été des véritables partenaires. Sans leur implication, la course n'aurait sûrement pas été la même.

L'aventure humaine

Entre coéquipiers, il y a un véritable esprit d'équipe entre les deux autos. Honnêtement, on a vraiment vécu cette aventure à six, et non pas à 3+3. Je pense que l'on est tous très heureux du résultat d'ensemble. Il y a très peu d'individualités. Chacun a ses points forts, ses points faibles, mais on savait tous où l'on voulait aller. Il fallait d'abord voir l'arrivée, si possible sans aucune erreur humaine. Chacun l'a fait à sa manière, chacun a apporté sa contribution.

David Cheng, Alex Brundle, Tristan Gommendy, DC Racing

Sur la #37, Alex [Brundle] a très bien roulé pendant les 24 Heures, il était dans un très bon rythme tout en gardant à l'esprit que la priorité était de ramener l'auto à bon port. On a perdu deux tours suite à une incompréhension dans le trafic qui a mis David [Cheng] dans le bac à gravier. À partir de ce moment-là, il était impératif de ne plus faire aucune erreur. C'est ce que l'on a fait.

Il y a un point que j'aimerais souligner, une des révélations sur ces 24 Heures, et elle concerne David. Il a très bien roulé et a progressé à chaque relais. C'est ce qui a rendu possible ce résultat général. Il y a quand même trois mecs derrière le volant ! Il s'est très bien comporté, il est monté en puissance tout au long de la semaine et il a fait un super boulot. Il nous a tous boostés pour emmener cette voiture au bout et du mieux possible, sans gâcher cette opportunité dont on avait pris conscience.

Pour ma part, je pense avoir apporté mon expérience et ma solidité, notamment sur les points chauds que sont le départ et l'arrivée, et conservé un bon rythme en course tout en ne prenant aucun risque dans les dépassements. Je suis ravi de mes 24 Heures du Mans 2017. 

Le podium… puis le rebondissement

À l'arrivée, la #38 termine seconde au général et première des LMP2 ; la #37 est quatrième au général et troisième des LMP2. En toute honnêteté, on a tous vu l'irrégularité sur la Vaillante Rebellion #13 qui avait terminé devant nous (deuxième des LMP2 avant disqualification), sans plus ou moins s'en rendre compte. On était d'ores et déjà très satisfaits du résultat d'ensemble, donc il n'y a pas eu de frustration de ce point de vue-là. Le fait de monter sur le podium du LMP2, c'était déjà un énorme résultat d'équipe. Il est assez clair pour tout le monde que si la Rebellion n’avait pas fait cette modification de carrosserie, nous terminions devant eux. Cela ne retire en rien au travail exceptionnel des pilotes et de l’équipe Rebellion ! Finalement, suite à la disqualification de la #13, la #37 termine troisième au général et seconde des LMP2, offrant alors un doublé inédit pour le team Jackie Chan DC Racing by JOTA.

Et après ?

Il y a toujours un moment donné, dans les jours qui suivent les 24 Heures, où il y a un vide assez important. Comme les émotions et la pression sont assez énormes, surtout quand on joue la tête du classement, on passe une semaine à les contrôler. Donc lorsque tout s'arrête, on peut avoir un peu ce sentiment de vide. Et puis, quand on retourne à la vie, ça peut nous paraître un peu fade pendant quelques jours, puis on trépigne comme des gosses en attendant la prochaine épreuve !

LMP2 podium: troisième place pour David Cheng, Alex Brundle, Tristan Gommendy, DC Racing
partages
commentaires
Ginetta : Le Mans 2018 sera une "opportunité en or" pour le LMP1 privé
Article précédent

Ginetta : Le Mans 2018 sera une "opportunité en or" pour le LMP1 privé

Article suivant

Chronique Tristan Gommendy - Bagarre en LMP1, mais pas que !

Chronique Tristan Gommendy - Bagarre en LMP1, mais pas que !
Charger les commentaires
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange" Prime

Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange"

WRT se bat aux avant-postes du GT depuis des années et a réussi avec brio son passage en prototype, avec à la clé une victoire aux 24 Heures du Mans en LMP2. L'issue aurait même pu être plus heureuse si la course avait été un tour plus courte...

24 Heures du Mans
17 oct. 2021
Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix Prime

Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix

En 1997 le programme Panoz GT n'apparaissait pas comme un choix attrayant pour un ex-pilote de Formule 1, McLaren constituant un bien meilleur pari. Mais contre toute attente, David Brabham fit le choix de la marque américaine pour former un duo gagnant pendant plusieurs années.

GT
25 sept. 2021
Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ? Prime

Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ?

L'ère de l'Hypercar s'est ouverte aux 24 Heures du Mans par la victoire de Toyota. Désormais, la concurrence est attendue et beaucoup de regards sont tournés vers Peugeot, dont l'arrivée est programmée pour 2022. Nous avons rencontré Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport, pour faire un point complet.

WEC
29 août 2021
Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans Prime

Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans

C'est l'une des plus grandes histoires de la Sarthe. Paul Newman, deuxième des 24 Heures du Mans 1979, aurait pu facilement remporter la célèbre épreuve sans l'ingéniosité du regretté Manfred Kremer.

24 Heures du Mans
20 août 2021
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021