Dallara, une vitesse de pointe impressionnante et des questions

Si les prototypes italiens n'ont pas été les plus rapides face au chrono, ils ont été les plus véloces en ligne droite. Une vitesse de pointe élevée, résultante d'un pari de la part du constructeur qui fournit trois équipes.

Dallara, une vitesse de pointe impressionnante et des questions
#47 Villorba Corse Dallara P217 Gibson: Roberto Lacorte, Giorgio Sernagiotto, Andrea Belicchi
Andrea Belicchi, Villorba Corse
#47 Villorba Corse Dallara P217 Gibson: Roberto Lacorte, Giorgio Sernagiotto, Andrea Belicchi
#29 Racing Team Nederland Dallara P217 Gibson: Rubens Barrichello, Jan Lammers, Frits van Eerd
#27 SMP Racing Dallara P217 Gibson: Mikhail Aleshin, Viktor Shaytar, Sergey Sirotkin
#47 Villorba Corse Dallara P217 Gibson: Roberto Lacorte, Giorgio Sernagiotto, Andrea Belicchi
#29 Racing Team Nederland Dallara P217 Gibson: Rubens Barrichello, Jan Lammers, Frits van Eerd
#47 Villorba Corse Dallara P217 Gibson: Roberto Lacorte, Giorgio Sernagiotto, Andrea Belicchi
#27 SMP Racing Dallara P217 Gibson: Mikhail Aleshin, Viktor Shaytar, Sergey Sirotkin
#29 Racing Team Nederland Dallara P217 Gibson: Rubens Barrichello, Jan Lammers, Frits van Eerd
#29 Racing Team Nederland Dallara P217 Gibson: Rubens Barrichello, Jan Lammers, Frits van Eerd
#29 Racing Team Nederland Dallara P217 Gibson: Rubens Barrichello, Jan Lammers, Frits van Eerd

G.N., Le Mans - S'il est une chose qui a impressionné lors de la Journée Test, c'est la pointe de vitesse des LMP2 en ligne droite. Plus encore, ce sont les prototypes de Dallara qui ont surpris. Avec des pointes à 341 km/h, les prototypes italiens ont atteint des vitesses impressionnantes.

Notamment la Dallara du Cetilar Villorba Corse. Le prototype de l'équipe italienne a été la plus rapide des Dallara, juste derrière les ORECA et la Ligier de United Autosport. Pilotée par Andrea Belicchi, Giorgio Sernagiotto et Roberto Lacorte, le prototype de l'équipe italienne a montré un potentiel intéressant.

"Toutes les LMP2 ici sont vraiment rapides. J'ai eu d'excellentes sensations en conduisant la voiture sur ce circuit", nous explique Andrea Belicchi. "J'ai le sentiment que nous sommes très proches des LMP1 que j'ai pu conduire dans le passé. Nous sommes vraiment satisfaits de notre vitesse max."  Il reste encore beaucoup de travail, à l'aube des essais, mais le potentiel semble bien être là. "Bien sûr, nous devons travailler sur le comportement, l'équilibre de la voiture. Nous n'avons jamais roulé sur un circuit comme Le Mans. Nous n'étions pas mauvais à Monza, mais nous avons encore du travail à faire ici."

341 km/h dans les Hunaudières

Surtout, la pointe de vitesse de la voiture a été remarquée. 341 km/h pour la Dallara, soit 11 km/h plus vite que la Toyota la plus rapide, lors de la Journée Test. Bien plus que les LMP1, les Oreca ou Ligier, la Dallara de l'équipe italienne a été la plus rapide en ligne droite. Andrea Belicchi explique l'origine de ces pointes de vitesse impressionnantes:  "C'est un choix que Dallara a fait. Celui d'être très rapide dans les lignes droites puisque, quoiqu'il arrive, dans le trafic, on ne peut pas utiliser tous les appuis, puisque, souvent, vous êtes bloqué derrière une GTE. C'est un choix, nous allons voir."

Un parti pris technique que ne partage pas forcément Andrea Belicchi. Le pilote italien préfère des voitures plus sûres, notamment dans le trafic. "Evidemment, d'un point de vue de pilote, vous préférez piloter une voiture sûre, stable dans les virages, dans les freinages. En course auto, c'est toujours une affaire de compromis. Je ne sais pas, peut-être que ce compromis est le meilleur. "

L'avis est partagé par Sergey Sirotkin, qui est engagé sur la Dallara du SMP Racing. Pour le pilote Russe, réserviste chez Renault en F1, "la voiture manquait un peu d'équilibre. De ce que je sais, l'équipe travaille dur pour résoudre ce problème", précise-t-il à notre micro. "L'équilibre aérodynamique est lié au package Dallara, mais l'équilibre mécanique est plus du domaine de l'équipe. Nous verrons comment se comporte le nouveau package aéro et nous essaierons de nous adapter."

Trop de vitesse ?

Jan Lammers, sur la voiture du Racing for Netherlands, voit plutôt cette pointe de vitesse très élevée comme un souci : "La vitesse maximale est trop bonne", confie Jan Lammers à Motorsport.com"Nous avons pas mal de questions concernant la carrosserie, et cela a à voir avec ce que Dallara peut produire. C'est un peu une situation de dernière minute. Vous avez des choses qui sont dessinées en simulation et qui marchent différemment dans la réalité. L'idéal, c'est que tout fonctionne parfaitement, mais c'est rare."

Selon lui, la situation va probablement évoluer d'ici les essais : "Les gens de Dallara travaillent dur pour venir avec des solutions. Avec le kit low downforce, vous avez un grand nombre de limitations. À l'arrière, vous pouvez ajouter de l'appui, ce qui va entraîner plus de sous-virage. À l'avant, vous ne pouvez pas créer plus d'appui que ce qui a été homologué."

Des évolutions sont donc à attendre, de la part du constructeur italien. Reste à savoir si elles seront suffisantes pour rattraper les ORECA, décidément intouchables depuis le début de saison.

partages
commentaires
Will Stevens débarque en GTE Am par "choix de carrière"

Article précédent

Will Stevens débarque en GTE Am par "choix de carrière"

Article suivant

Pierre Nicolet, une première en famille

Pierre Nicolet, une première en famille
Charger les commentaires
Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ? Prime

Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ?

L'ère de l'Hypercar s'est ouverte aux 24 Heures du Mans par la victoire de Toyota. Désormais, la concurrence est attendue et beaucoup de regards sont tournés vers Peugeot, dont l'arrivée est programmée pour 2022. Nous avons rencontré Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport, pour faire un point complet.

WEC
29 août 2021
Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans Prime

Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans

C'est l'une des plus grandes histoires de la Sarthe. Paul Newman, deuxième des 24 Heures du Mans 1979, aurait pu facilement remporter la célèbre épreuve sans l'ingéniosité du regretté Manfred Kremer.

24 Heures du Mans
20 août 2021
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021
Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance Prime

Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance

Revenant dans la catégorie reine de l'Endurance après 50 années d'absence, Ferrari va s'engager en catégorie "Le Mans Hypercar" en 2023. La marque italienne dément tout lien avec le plafond de dépenses de la F1, mais il ne s'agit assurément pas d'une coïncidence...

WEC
28 févr. 2021
Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche" Prime

Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche"

À 30 ans, Jean-Éric Vergne est à l'apogée de sa carrière. Le double champion de Formule E va partir en quête d'un troisième titre dans le championnat tout électrique et a été recruté par Peugeot Sport pour l'ère Hypercar à venir. Il s'est confié à Motorsport.com.

Formule E
11 févr. 2021