Dario Franchitti devait piloter chez Porsche au Mans en 2015

Triple vainqueur des 500 Miles d'Indianapolis, Dario Franchitti aurait dû faire partie d'un des équipages Porsche aux 24 Heures du Mans 2015, avant qu'un accident fin 2013 ne mette un terme à sa carrière.

Dario Franchitti devait piloter chez Porsche au Mans en 2015
Dario Franchitti
Dario Franchitti, Target Chip Ganassi Racing Honda
Dario Franchitti
#19 Porsche Team Porsche 919 Hybrid : Nico Hulkenberg, Nick Tandy, Earl Bamber
Dario Franchitti, Target Chip Ganassi Racing Honda et Scott Dixon, Target Chip Ganassi Racing Honda passent la ligne d'arrivée
Les commentateurs Dario Franchitti et Jack Nicholls
Dario Franchitti, Target Chip Ganassi Racing Honda
#19 Porsche Team Porsche 919 Hybrid: Nico Hulkenberg, Nick Tandy, Earl Bamber

Le pilote écossais avait décollé dans les rues de Houston sur l'arrière de la monoplace de Takuma Sato, avant de percuter les grillages de sécurité. Ayant subi des blessures au dos et à la cheville, ainsi qu'une commotion cérébrale, Franchitti avait été contraint de stopper sa carrière de pilote, les conséquences d'une nouvelle sortie de route pouvant se révéler désastreuses.

Grand passionné d'Endurance et de Porsche, Dario Franchitti a révélé samedi, lors de sa visite à l'Autosport International de Birmingham, qu'il aurait dû être l'un des pilotes de la marque de Stuttgart lors de son assaut sur la classique mancelle en 2015.

"J'aurais adoré faire Le Mans, c'était un rêve. J'avais un superbe baquet pour 2015, en LMP1. Je suis un grand fan de Porsche, j'en ai deux, ainsi que de nombreuses photos sur mon téléphone, j'adore la marque", a-t-il déclaré.

"Je suis devenu ami avec Wolfgang Hatz, qui s'occupe de la recherche et du développement, et qui m'a dit de venir à l'usine. J'y suis allé, et j'ai participé à une réunion top secrète, avec notamment Andreas Seidl, directeur du programme LMP1. Je voulais simplement une chance de plus de gagner à Indianapolis, faire 2013 et 2014, puis intégrer leur programme en 2015. Ils étaient d'accord, ça rentrait dans leur plan. Ça n'a malheureusement pas pu se faire."

Un regard différent en dehors du cockpit

Depuis son accident, survenu en octobre 2013, Franchitti a repris le volant à quelques occasions pour des runs de démonstration, mais ne pourra plus jamais piloter en course. Il est désormais consultant du Chip Ganassi Racing, ainsi que commentateur des courses de Formule E.

"C'était un très gros accident, et j'ai été chanceux. Je ne peux pas prendre de risque, cela aurait des conséquences permanentes, donc j'ai dû arrêter. Je suis chanceux d'avoir pu accomplir ce que j'ai fait. Ce qui me semblait normal ne l'est pas, ce que font les pilotes d'IndyCar n'est pas normal, avec les dangers impliqués. Je regarde les courses et je me dis 'comment ai-je pu faire cela ?', donc cette partie ne me manque pas."

"Je n'arrive plus à réfléchir comme il le faudrait. J'aurais adoré faire d'autres choses, des choses sympa, comme de la Formule Ford par exemple, participer au Walter Hayes Trophy. Je ne peux pas le faire, même si j'adorerais mettre un casque blanc et me faufiler incognito !"

partages
commentaires
La liste des engagés aux 24 Heures du Mans bientôt connue

Article précédent

La liste des engagés aux 24 Heures du Mans bientôt connue

Article suivant

Les engagés pour Le Mans révélés, plateau record en LMP2

Les engagés pour Le Mans révélés, plateau record en LMP2
Charger les commentaires
Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ? Prime

Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ?

L'ère de l'Hypercar s'est ouverte aux 24 Heures du Mans par la victoire de Toyota. Désormais, la concurrence est attendue et beaucoup de regards sont tournés vers Peugeot, dont l'arrivée est programmée pour 2022. Nous avons rencontré Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport, pour faire un point complet.

WEC
29 août 2021
Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans Prime

Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans

C'est l'une des plus grandes histoires de la Sarthe. Paul Newman, deuxième des 24 Heures du Mans 1979, aurait pu facilement remporter la célèbre épreuve sans l'ingéniosité du regretté Manfred Kremer.

24 Heures du Mans
20 août 2021
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021
Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance Prime

Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance

Revenant dans la catégorie reine de l'Endurance après 50 années d'absence, Ferrari va s'engager en catégorie "Le Mans Hypercar" en 2023. La marque italienne dément tout lien avec le plafond de dépenses de la F1, mais il ne s'agit assurément pas d'une coïncidence...

WEC
28 févr. 2021
Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche" Prime

Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche"

À 30 ans, Jean-Éric Vergne est à l'apogée de sa carrière. Le double champion de Formule E va partir en quête d'un troisième titre dans le championnat tout électrique et a été recruté par Peugeot Sport pour l'ère Hypercar à venir. Il s'est confié à Motorsport.com.

Formule E
11 févr. 2021