Don Panoz, la vision de l'alternative au carbone

On ne peut parler des 24 Heures du Mans sans mentionner l'artisan Don Panoz

On ne peut parler des 24 Heures du Mans sans mentionner l'artisan Don Panoz. Panoz a fait fortune en investissant dans le patch à nicotine. Depuis un atelier de la banlieue d’Atlanta, il dépense une partie de sa fortune dans le développement de machines de course endurantes qui donnent une autre dimension à la course automobile et pourraient apporter de grandes innovations en termes d’efficacité pour les modèles routiers.

Le projet DeltaWing, qui fut au cœur de l’attention des médias depuis son arrivée remarquée en championnat du monde d’endurance, est le fruit d’une collaboration entre plusieurs compagnies, parmi lesquelles on retrouve Elan Motorsport Technologies, l’une des nombreuses structures fondées par Panoz dans les années 1990 pour la production de composants destinés à la course.

L’aéro particulière de la DeltaWing et son ingénierie différente, visant une réduction optimale de la traînée, sont extrêmes, comme le prouvent les pneus larges de seulement 4 pouces et le poids spectaculairement peu élevé de l’engin.

La carrosserie a été faite d’un matériau développé par Elan (baptisé REAMS, pour Recyclable Energy Absorbing Matrix System) : un composite plastique fait de plusieurs couches de polymères comme le PVC, utilisé en plomberie. Peu coûteux et plus léger de 20% que la fibre de carbone habituellement utilisée en course automobile et sur les supercars de luxe, le matériau a également l’avantage incontestable d’être plus résistant.

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries 24 heures du Mans
Pilotes Don Panoz
Type d'article Actualités