EL3 - Rebellion se montre, accident pour ByKolles

La Rebellion #3 a signé le meilleur temps d'une troisième séance d'essais libres des 24 Heures du Mans interrompue par deux drapeaux rouges.

EL3 - Rebellion se montre, accident pour ByKolles

Dans le contexte particulier que l'on sait, les concurrents des 24 Heures du Mans affrontaient en quelque sorte leur "Jour le plus long" ce jeudi en ce qui concerne le travail préparatoire. Car rien ne remplacera la rudesse du double tour d'horloge, mais tout de même, il fallait être prêt à enchaîner les heures de roulage et ne pas se manquer. L'équipe IDEC peut en témoigner, elle qui a perdu ses deux prototypes LMP2 sur des accidents dans l'après-midi et n'a pas pu participer aux qualifications ni aux derniers essais libres...

Car passée la frénésie des 45 minutes de qualifications, il y avait donc quatre heures d'essais nocturnes à boucler ce jeudi soir. Une occasion unique de travailler dans des conditions se rapprochant de celles de la course – sans évoquer le risque d'orages dans cette équation – avec un mercure restant au-dessus des 20°C et une piste s'améliorant progressivement. Auteur du meilleur tour des qualifications avec la Toyota #7, Kamui Kobayashi l'a d'ailleurs constaté : "Nous nous attentions à ce que les conditions de piste soient assez mauvaises, mais elles étaient bonnes et évoluaient tour après tour."

Lire aussi :

De ces EL3, on retiendra principalement que ce sont les deux premières heures qui ont été agitées. D'abord parce que Sébastien Buemi s'est fait remarquer avec un petit passage dans le bac à gravier à Arnage en tout début de séance, au volant de la Toyota #8. Ensuite parce que c'est Rebellion qui est allé le plus vite avec un Louis Delétraz très véloce lors de son premier relais, au point de faire passer la R-13 #3 sur la ligne en 3'19"158. Ce premier effort a été brièvement interrompu par une Slow Zone à la suite du tête-à-queue de la Ferrari #60 d'Iron Lynx à la chicane Dunlop. Une heure plus tard, c'est un Full Course Yellow qui a neutralisé les essais quelques instants, pour nettoyer les nombreux graviers projetés par la Porsche #77 du Dempsey Proton-Competition au Raccordement.

Après 1h30 de roulage, c'est par le drapeau rouge que la direction de course a stoppé les débats. Les débris jonchant la piste au virage du Tertre-Rouge témoignaient de la sortie de piste endurée par Bruno Spengler au volant de la ByKolles. Le Canadien, qui débute au Mans, est toutefois parvenu à ramener l'Enso CLM P1/01 jusqu'à son stand, où les mécaniciens ont travaillé toute la soirée sans pouvoir renvoyer la voiture hors du garage.

#4 ByKolles Racing Team Enso CLM P1/01: Tom Dillmann, Bruno Spengler, Oliver Webb1

On le comprendra aisément, il n'était pas question d'aller taquiner le chronomètre à tout prix ce jeudi soir, ni de risquer la surcharge de travail dans les équipes. Ainsi le temps réalisé en début de séance par Delétraz n'a jamais été battu, ce qui permet de voir l'équipe suisse déloger Toyota du haut d'une feuille de classement pour la première fois ce week-end. Il convient toutefois de souligner que les TS050 Hybrid sont restées à bonne distance de leur temps des qualifications et que l'objectif était clairement de peaufiner les réglages pour la course.

À un gros quart d'heure du terme, un deuxième drapeau rouge a été déployé en raison de l'accident de Bonamy Grimes à la première chicane des Hunaudières. La Ferrari #62 de Red River Sport a été copieusement endommagée à l'avant mais le pilote britannique s'en est extrait indemne. Cet incident a sonné la fin prématurée des EL3, amputés de ce dernier quart d'heure.

En LMP2, le meilleur chrono a été établi par Duqueine Team en 3'28"924. Le LMGTE Pro a vu Porsche se hisser en tête avec la #92 en 3'52"177. Enfin, MR Racing a pris la tête du LMGTE Am en 3'54"490.

Une dernière séance d'essais libres aura lieu vendredi matin de 10h à 11h, puis place à l'hyperpole de 11h30 à 12h pour les 23 concurrents encore en lice.

France 24 Heures du Mans - Essais Libres 3

P # Cat. Équipe Temps Écart Trs
1 3 LMP1 Rebellion Racing 3:19.158   54
2 7 LMP1 Toyota Gazoo Racing 3:19.638 0.480 50
3 1 LMP1 Rebellion Racing 3:19.775 0.617 48
4 8 LMP1 Toyota Gazoo Racing 3:20.673 1.515 50
5 30 LMP2 Duqueine Team 3:28.013 8.855 44
6 32 LMP2 United Autosports 3:28.924 9.766 51
7 26 LMP2 G-Drive Racing 3:29.082 9.924 49
8 22 LMP2 United Autosports 3:29.341 10.183 37
9 29 LMP2 Racing Team Nederland 3:29.364 10.206 37
10 31 LMP2 Panis Racing 3:30.337 11.179 52
11 37 LMP2 Jackie Chan DC Racing 3:30.402 11.244 42
12 42 LMP2 Cool Racing 3:30.478 11.320 49
13 36 LMP2 Signatech Alpine ELF 3:30.652 11.494 30
14 16 LMP2 G-Drive Racing by Algarve 3:30.652 11.494 48
15 38 LMP2 JOTA 3:30.837 11.679 37
16 27 LMP2 DragonSpeed USA 3:30.899 11.741 30
17 35 LMP2 Eurasia Motorsport 3:31.067 11.909 36
18 4 LMP1 Bykolles Racing Team 3:31.596 12.438 11
19 33 LMP2 High Class Racing 3:31.870 12.712 39
20 21 LMP2 DragonSpeed USA 3:31.879 12.721 40
21 25 LMP2 Algarve Pro Racing 3:32.034 12.876 51
22 39 LMP2 SO24-Has by Graff 3:32.476 13.318 49
23 24 LMP2 Nielsen Racing 3:32.759 13.601 31
24 34 LMP2 Inter Europol Competition 3:33.246 14.088 38
25 50 LMP2 Richard Mille Racing Team 3:34.442 15.284 34
26 47 LMP2 Cetilar Racing 3:34.654 15.496 21
27 11 LMP2 Eurointernational 3:34.734 15.576 38
28 92 LMGTEPro Porsche GT Team 3:52.177 33.019 41
29 97 LMGTEPro Aston Martin Racing 3:52.442 33.284 42
30 95 LMGTEPro Aston Martin Racing 3:52.632 33.474 44
31 51 LMGTEPro AF Corse 3:52.800 33.642 33
32 91 LMGTEPro Porsche GT Team 3:53.093 33.935 44
33 82 LMGTEPro Risi Competizione 3:53.367 34.209 43
34 71 LMGTEPro AF Corse 3:53.760 34.602 33
35 63 LMGTEPro WeatherTech Racing 3:53.843 34.685 32
36 70 LMGTEAm MR Racing 3:54.490 35.332 46
37 98 LMGTEAm Aston Martin Racing 3:54.590 35.432 46
38 60 LMGTEAm Iron Lynx 3:54.854 35.696 42
39 88 LMGTEAm Dempsey - Proton Racing 3:54.868 35.710 32
40 75 LMGTEAm Iron Lynx 3:54.938 35.780 36
41 77 LMGTEAm Dempsey - Proton Racing 3:55.092 35.934 27
42 61 LMGTEAm Luzich Racing 3:55.431 36.273 32
43 83 LMGTEAm AF Corse 3:55.445 36.287 47
44 54 LMGTEAm AF Corse 3:55.936 36.778 44
45 90 LMGTEAm TF Sport 3:55.967 36.809 38
46 86 LMGTEAm Gulf Racing 3:56.165 37.007 38
47 99 LMGTEAm Dempsey - Proton Racing 3:56.168 37.010 36
48 57 LMGTEAm Team Project 1 3:56.172 37.014 33
49 56 LMGTEAm Team Project 1 3:56.408 37.250 26
50 78 LMGTEAm Proton Competition 3:56.865 37.707 42
51 72 LMGTEAm Hub Auto Racing 3:57.408 38.250 26
52 85 LMGTEAm Iron Lynx 3:59.065 39.907 39
53 55 LMGTEAm Spirit of Race 3:59.500 40.342 28
54 89 LMGTEAm Team Project 1 4:00.448 41.290 42
55 66 LMGTEAm JMW Motorsport 4:00.839 41.681 46
56 62 LMGTEAm Red River Sport 4:03.239 44.081 33
57 52 LMGTEAm AF Corse 4:06.052 46.894 44
58 17 LMP2 IDEC Sport     0
59 28 LMP2 IDEC Sport     0

 

partages
commentaires
Téléchargez votre guide des engagés aux 24H du Mans !

Article précédent

Téléchargez votre guide des engagés aux 24H du Mans !

Article suivant

Qui sont les concurrents en lice pour l'hyperpole ?

Qui sont les concurrents en lice pour l'hyperpole ?
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries 24 Heures du Mans , WEC
Événement 24 Heures du Mans
Catégorie EL3
Lieu Circuit de la Sarthe
Auteur Basile Davoine
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021
Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance Prime

Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance

Revenant dans la catégorie reine de l'Endurance après 50 années d'absence, Ferrari va s'engager en catégorie "Le Mans Hypercar" en 2023. La marque italienne dément tout lien avec le plafond de dépenses de la F1, mais il ne s'agit assurément pas d'une coïncidence...

WEC
28 févr. 2021
Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche" Prime

Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche"

À 30 ans, Jean-Éric Vergne est à l'apogée de sa carrière. Le double champion de Formule E va partir en quête d'un troisième titre dans le championnat tout électrique et a été recruté par Peugeot Sport pour l'ère Hypercar à venir. Il s'est confié à Motorsport.com.

Formule E
11 févr. 2021
L'avenir de la F1 va-t-il passer par l'hydrogène ? Prime

L'avenir de la F1 va-t-il passer par l'hydrogène ?

Alors que les discussions sont en cours pour la prochaine formule moteur de la F1 au-delà de l'horizon 2025, la question de l'orientation à long terme se pose, avec deux options principales évoquées jusqu'ici.

Formule 1
1 févr. 2021
Le GTE agonise : les trois scénarios qui pourraient tout changer Prime

Le GTE agonise : les trois scénarios qui pourraient tout changer

La catégorie GTE donne le sentiment de s'effondrer comme un château de cartes, et le WEC va devoir réagir. Trois scénarios peuvent être imaginés pour l'avenir du GT en Championnat du monde d'Endurance et aux 24 Heures du Mans. Les voici.

24 Heures du Mans
30 janv. 2021
Le nouveau départ qui pourrait couronner de succès Kevin Magnussen Prime

Le nouveau départ qui pourrait couronner de succès Kevin Magnussen

Après avoir passé plus de sept ans sans victoire chez McLaren, Renault et Haas en Formule 1, Kevin Magnussen pourrait renouer en IMSA avec ce qu'il désire le plus : une chance de gagner.

IMSA
29 janv. 2021
Hypercar Toyota : la révolution masquée de l'Endurance Prime

Hypercar Toyota : la révolution masquée de l'Endurance

La Toyota GR010 conçue pour la nouvelle ère Hypercar du WEC a peu de choses en commun avec la TS050 LMP1 qui l'a précédée. Mais en dépit des restrictions qui accompagnent la nouvelle réglementation, elle ne sera pas moins redoutable.

WEC
27 janv. 2021
Les moteurs de l'Hypercar Peugeot expliqués en détail Prime

Les moteurs de l'Hypercar Peugeot expliqués en détail

Quelques heures après avoir dévoilé leurs choix techniques pour leur Hypercar en Championnat du monde d'Endurance, avec un moteur V6 biturbo de 2,6 litres associé à un moteur électrique développant 200 kW sur l'essieu avant, les dirigeants de Peugeot se sont exprimés en profondeur sur leur concept auprès de la presse française.

WEC
15 déc. 2020