Eurasia surpris par son niveau en tête du LMP2

Alors qu'elle découvre encore en partie son prototype et doit beaucoup travailler sur sa préparation, l'écurie asiatique a décroché le meilleur chrono de la catégorie LMP2 lors de la Journée Test des 24 Heures du Mans.

Eurasia surpris par son niveau en tête du LMP2
#33 Eurasia Motorsport Oreca 05 Nissan
Volant de la #33 Eurasia Motorsport Oreca 05 Nissan
#33 Eurasia Motorsport Oreca 05 Nissan
#33 Eurasia Motorsport Oreca 05 Nissan
#33 Eurasia Motorsport Oreca 05 Nissan
#33 Eurasia Motorsport Oreca 05 Nissan

B.D., Le Mans - Habitué aux joutes asiatiques et absent du Championnat du monde d’Endurance, Eurasia honore son invitation aux 24 Heures du Mans en alignant une ORECA 05 à moteur Nissan, habituellement exploitée en ELMS. Cette équipe très cosmopolite a fait appel aux services de Tristan Gommendy pour l’aider à aborder ce challenge. 

Le pilote français n’a pas failli à la tâche, signant le meilleur chrono de la catégorie LMP2 lors de la Journée Test. Même si ce temps, qui permet à Eurasia de devancer Alpine et G-Drive, est encore trop prématuré pour savoir à quoi s’attendre dans deux semaines, il valide le travail réalisé alors que l’équipe doit encore peaufiner de nombreux détails. 

"C’est une satisfaction parce qu’on ne s’attendait pas à être aux avant-postes comme ça", admet Gommendy, qui ne cache pas une certaine surprise. "On a été devant presque toute la journée, donc c’est déjà pour nous une belle récompense." 

"La voiture, l’équipe ne la connaît pas, tout est arrivé très tardivement. C’est beaucoup de travail, beaucoup d’apprentissage et on doit le faire extrêmement vite car on n’a pas eu beaucoup de temps et on n’a pas fait d’essais cet hiver." 

Une vraie surprise

Gommendy a bouclé une quinzaine de tours ce dimanche, laissant l’essentiel du temps de piste à ses deux coéquipiers Jun Jin Pu et Nico Peter de Bruijn, tous les deux débutants au Mans. Dans les jours qui viennent, les réglages internes vont se poursuivre, avec notamment le moulage des baquets définitifs pour la semaine des 24 Heures. 

"Quelque part, c’est une juste récompense du travail qui a été fait, et on est un peu surpris quand même d’avoir ce niveau de performance sans avoir véritablement été le chercher", répète Gommendy. "On est très contents de ça et, franchement, on remercie Dunlop et ORECA, qui nous ont aidés à être à ce niveau de performance aussi rapidement."

partages
commentaires
Di Grassi - "Si Le Mans ne vous choisit pas, c'est impossible de gagner"
Article précédent

Di Grassi - "Si Le Mans ne vous choisit pas, c'est impossible de gagner"

Article suivant

Catsburg n'a plus qu'à attendre un coup de téléphone

Catsburg n'a plus qu'à attendre un coup de téléphone
Charger les commentaires
Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange" Prime

Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange"

WRT se bat aux avant-postes du GT depuis des années et a réussi avec brio son passage en prototype, avec à la clé une victoire aux 24 Heures du Mans en LMP2. L'issue aurait même pu être plus heureuse si la course avait été un tour plus courte...

24 Heures du Mans
17 oct. 2021
Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix Prime

Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix

En 1997 le programme Panoz GT n'apparaissait pas comme un choix attrayant pour un ex-pilote de Formule 1, McLaren constituant un bien meilleur pari. Mais contre toute attente, David Brabham fit le choix de la marque américaine pour former un duo gagnant pendant plusieurs années.

GT
25 sept. 2021
Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ? Prime

Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ?

L'ère de l'Hypercar s'est ouverte aux 24 Heures du Mans par la victoire de Toyota. Désormais, la concurrence est attendue et beaucoup de regards sont tournés vers Peugeot, dont l'arrivée est programmée pour 2022. Nous avons rencontré Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport, pour faire un point complet.

WEC
29 août 2021
Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans Prime

Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans

C'est l'une des plus grandes histoires de la Sarthe. Paul Newman, deuxième des 24 Heures du Mans 1979, aurait pu facilement remporter la célèbre épreuve sans l'ingéniosité du regretté Manfred Kremer.

24 Heures du Mans
20 août 2021
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021