Alonso : "Toujours différent quand on prend la piste"

Fernando Alonso a fait ses premiers tours de roue sur le Circuit de la Sarthe avec succès, signant le meilleur temps de la Journée Test des 24 Heures du Mans.

Alonso : "Toujours différent quand on prend la piste"
#7 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050: Mike Conway, Kamui Kobayashi, Jose Maria Lopez, Fernando Alonso, Anthony Davidson
#8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050: Sebastien Buemi, Kazuki Nakajima, Fernando Alonso, Jose Maria Lopez, Anthony Davidson
#8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050: Fernando Alonso
#7 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050: Mike Conway, Kamui Kobayashi, Jose Maria Lopez, Fernando Alonso, Anthony Davidson
#8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050: Fernando Alonso
#7 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050: Mike Conway, Kamui Kobayashi, Jose Maria Lopez, Fernando Alonso, Anthony Davidson
#8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050: Fernando Alonso
#7 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050: Mike Conway, Kamui Kobayashi, Jose Maria Lopez, Fernando Alonso, Anthony Davidson
#8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050: Sebastien Buemi, Kazuki Nakajima, Fernando Alonso, Jose Maria Lopez, Anthony Davidson
#8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050: Fernando Alonso
#8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050: Sebastien Buemi, Kazuki Nakajima, Fernando Alonso, Jose Maria Lopez, Anthony Davidson
#8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050: Sebastien Buemi, Kazuki Nakajima, Fernando Alonso, Jose Maria Lopez, Anthony Davidson
#8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050: Fernando Alonso
#8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050: Sebastien Buemi, Kazuki Nakajima, Fernando Alonso, Jose Maria Lopez, Anthony Davidson
#7 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050: Mike Conway, Kamui Kobayashi, Jose Maria Lopez, Fernando Alonso, Anthony Davidson

B.V., Le Mans - Faut-il considérer le vétéran Fernando Alonso comme un rookie pour sa première participation aux 24 Heures du Mans ? La question est posée. Toujours est-il que le double Champion du monde de Formule 1 a désormais 40 tours du Circuit des 24 Heures à son actif, soit 545 kilomètres d'expérience sur le tracé sarthois.

Cerise sur le gâteau, Alonso a signé le meilleur temps du jour en 3'19"066 au volant de la Toyota #8, devançant de six dixièmes la Rebellion pilotée par Mathias Beche.

"La journée a été très bonne pour nous", se félicite l'Espagnol. "Nous nous sommes préparés du mieux possible pour ces essais. La voiture était bonne dès le premier tour, tout le monde était content. Mes coéquipiers ont l'expérience des années précédentes et étaient satisfaits d'emblée, c'est positif."

"Pour moi, il s'agissait davantage de me familiariser avec le circuit. J'ai fait beaucoup de tours dans le simulateur, j'ai étudié des tours des années précédentes. C'est toujours différent quand on prend la piste en vrai. La journée a été intéressante, le circuit est très cool et est parfait pour ces voitures. À Spa, c'était un peu plus difficile à cause de mon expérience en F1, c'était un peu étrange, mais ce circuit est parfait pour les prototypes. C'était une journée très agréable."

La journée a été marquée par de nombreuses neutralisations en raison d'incidents. Si les averses ne sont pas venues perturber les festivités malgré quelques gouttes sans conséquence, c'est une pluie de slow zones, de Safety Cars et de drapeaux rouges qui s'est déversée sur Le Mans.

Par conséquent, il y a forcément des éléments du programme prévu par Toyota qui n'ont pas pu être passés en revue. "Il y en a toujours !" renchérit un Alonso philosophe. "L'environnement est très variable ici. Ce ne sont pas seulement les tours et le programme, ce sont aussi le trafic, les slow zones, les drapeaux rouges, les Safety Cars. Nous avons obtenu les informations dont nous avions besoin sur les pneus, sur les réglages. Il reste deux semaines pour préparer les voitures, avant les qualifications et la course."

La satisfaction est également au rendez-vous pour Sébastien Buemi, qui partage la #8 avec Alonso et Kazuki Nakajima. "C'est une journée positive", commente le Suisse pour Motorsport.com. "On a tous fait des tours. On a essayé de faire en sorte que Fernando puisse rouler dans de bonnes conditions. Il a fait du super bon travail, on l’a bien vu et c’est nickel. La semaine prochaine, on roulera de manière un petit peu plus équilibrée en termes de tours et de conditions. C’était important pour nous de prendre nos marques et pour lui d’apprendre, donc ça s’est bien passé."

Quant au directeur technique Pascal Vasselon, interrogé au sujet de la prestation d'Alonso, il indique : "Très bien ! C’était le principal objectif pour lui [de faire beaucoup de tours et d’apprendre la piste]. Il l’a très bien fait. Il a fait exactement la même chose que ce qu’il avait fait sur le simulateur. Il a pris beaucoup de plaisir en piste et au volant de la voiture."

Désormais, le programme s'annonce chargé pour le pilote McLaren F1, qui ne va pas tarder à s'envoler vers Montréal pour le Grand Prix du Canada avant de rentrer au Mans dans la nuit du dimanche 10 au lundi 11 juin, afin d'arriver dans le Maine à temps pour la grande cérémonie du Pesage. "Je sentirai le jetlag !" conclut Alonso avec le sourire.

Avec Basile Davoine

partages
commentaires
Alonso le plus rapide, Rebellion dans la même seconde !
Article précédent

Alonso le plus rapide, Rebellion dans la même seconde !

Article suivant

Toyota : "Vu le rythme, ce sont des concurrents sérieux"

Toyota : "Vu le rythme, ce sont des concurrents sérieux"
Charger les commentaires
Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange" Prime

Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange"

WRT se bat aux avant-postes du GT depuis des années et a réussi avec brio son passage en prototype, avec à la clé une victoire aux 24 Heures du Mans en LMP2. L'issue aurait même pu être plus heureuse si la course avait été un tour plus courte...

24 Heures du Mans
17 oct. 2021
Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix Prime

Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix

En 1997 le programme Panoz GT n'apparaissait pas comme un choix attrayant pour un ex-pilote de Formule 1, McLaren constituant un bien meilleur pari. Mais contre toute attente, David Brabham fit le choix de la marque américaine pour former un duo gagnant pendant plusieurs années.

GT
25 sept. 2021
Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ? Prime

Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ?

L'ère de l'Hypercar s'est ouverte aux 24 Heures du Mans par la victoire de Toyota. Désormais, la concurrence est attendue et beaucoup de regards sont tournés vers Peugeot, dont l'arrivée est programmée pour 2022. Nous avons rencontré Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport, pour faire un point complet.

WEC
29 août 2021
Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans Prime

Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans

C'est l'une des plus grandes histoires de la Sarthe. Paul Newman, deuxième des 24 Heures du Mans 1979, aurait pu facilement remporter la célèbre épreuve sans l'ingéniosité du regretté Manfred Kremer.

24 Heures du Mans
20 août 2021
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021