Cette Ferrari "outsider" qui a surmonté les épreuves du COVID-19

partages
commentaires
Cette Ferrari "outsider" qui a surmonté les épreuves du COVID-19
Par :

C'est une tâche ardue que de prendre pour la première fois le départ des 24 Heures du Mans, mais ça l'est d'autant plus de le faire en cette folle année 2020, alors que l'épreuve a été reportée de plusieurs mois et se déroulera à huis clos à cause du COVID-19.

Francesco Piovanetti a toutefois accepté de relever ce défi, alors que son partenaire et coach de longue date, Ozz Negri, s'est battu pour revenir en pleine forme après avoir contracté le virus.

PDG d'une société basée à Miami, Piovanetti fait depuis des années du GT en Amérique, en Asie et en Europe avec Negri, qui était auparavant son coach en Ferrari Challenge. Son objectif a toujours été de participer aux 24 Heures du Mans, "depuis que je suis petit". Malgré les obstacles de ces derniers mois, ce sera enfin le cas ce week-end avec la Ferrari 488 GTE 61 du Luzich Racing.

#61 Luzich Racing Ferrari 488 GTE livery

La principale complication est intervenue lorsque Negri a été diagnostiqué positif au COVID-19, le contraignant à manquer toutes les épreuves de préparation. Heureusement, les deux pilotes ont des simulateurs chez eux et ont pu comparer les données avec les séances en piste. Dans le même temps, Piovanetti a maximisé son temps de piste, lui qui n'avait jamais piloté de GTE auparavant.

"C'étaient de véritables montagnes russes, l'épreuve a été reportée et se déroule sans public", souligne Negri. "Nous avions cinq journées d'essais prévues avant Le Mans, et je les ai toutes manquées car j'avais le COVID-19. Alors passer directement à la course est très étrange, car je n'ai jamais piloté de GTE auparavant, mais j'ai beaucoup discuté avec Francesco, il m'a donné toutes les infos et ses commentaires après ses essais. J'ai hâte d'y être."

"Je dois être honnête, jusqu'à il y a quelques semaines, j'étais inquiet des effets post-COVID, car j'avais ce manque de forces dont on entend beaucoup parler. J'ai donc travaillé très, très dur pour retrouver ma forme physique habituelle. Ça m'a pris du temps mais ces deux dernières semaines, je me suis de nouveau senti en pleine forme, et ça ne peut qu'aller mieux désormais." 

#61 Luzich Racing Ferrari 488 GTE livery

Piovanetti n'a jamais participé aux 24 Heures du Mans, mais il a fait une course annexe l'an dernier. Il connaît donc au moins le Circuit de la Sarthe en conditions diurnes.

"Je pense que faire cette course a été en fait très utile", explique-t-il. "Même si nous avons passé beaucoup de temps au simulateur, ce n'est qu'un jeu. Une véritable expérience au Mans dans une Ferrari GT, je crois que c'est crucial d'avoir eu cette opportunité." 

"Je suis super excité à l'idée de faire les 24 Heures du Mans. C'est un rêve depuis de nombreuses années. Nous avons fait de notre mieux il y a trois ans pour gagner l'Asian Le Mans Series et obtenir une invitation, mais ça n'a pas fonctionné, nous avons terminé deuxièmes."

"Et puis l'an dernier, nous avons recommencé et le plateau était très compétitif. Il y avait cinq ou six voitures en lice pour le titre lors de la dernière course. Le classement était très serré et, malheureusement, la chance n'a pas été avec nous dans la dernière course." 

#51 Squadra Corse Garage Italia Ferrari 488 GT3, GTD: Francesco Piovanetti, Oswaldo Negri Jr

Les événements de cette année 2020, qui a causé la perte de projets solides, ont permis de faire naître une opportunité...

"Amato Ferrari, de chez AF Corse, a pu obtenir un engagement pour nous cette année. Ce n'est peut-être pas l'idéal, mais c'est une manière comme une autre d'y parvenir !", plaisante Piovanetti. "Nous sommes enthousiastes et reconnaissants. Nous avons un nouveau coéquipier, qui courait auparavant contre nous en Asie avec la voiture sœur."  

"Malheureusement, Ozz a eu le COVID et n'a pas pu participer aux journées d'essais, ce qui a été dommage pour tout un tas de raisons mais en fait très utile pour moi. J'ai passé trois jours à Monza et deux jours au Paul Ricard, et notre autre coéquipier était là. Ce n'était pas comme avoir Ozz, mais ça m'a aidé. J'adore la voiture, elle est vraiment terrible. Je l'apprécie en fait beaucoup plus que piloter une GT3. Nous verrons bien comment ça se passera."

#61 Luzich Racing Ferrari 488 GTE livery

Negri a déjà participé aux 24 Heures du Mans en LMP2, avec l'équipe Michael Shank Racing en 2016. Vainqueur des 24 Heures de Daytona en 2012, il a couru pour Shank pendant 14 ans : "peut-être l'un des mariages les plus longs en compétition automobile".

Il a guidé Piovanetti dans son parcours en Endurance et a le sentiment qu'il est parfaitement prêt pour relever le plus grand des défis.

"Je crois qu'il ne donne pas suffisamment de crédit au travail qu'il fait", assure-t-il. "Je suis extrêmement fier. Nous savons que nous sommes probablement des outsiders. Ce sera très dur. J'essaie d'expliquer à Francesco à quel point Le Mans est difficile pour un débutant, mais nous avons travaillé dur, extrêmement dur !"

"La manière dont il pense, les questions qu'il pose, c'est très important avant une course de 24 heures. Il peut y avoir 20 scénarios différents. C'est quelqu'un qui étudie, je sais qu'il visionne d'anciennes courses quand il n'est pas dans le simulateur. Il adore les chiffres, donc il regarde les précédents résultats et chronos. Et tout ça en plus de son emploi du temps de travail très chargé."

"Dans la progression de Francesco, je crois que le meilleur exemple est celui de 2018, quand nous avons fait trois courses en IMSA. Lors de notre troisième course, à Laguna Seca, nous avons terminé sixièmes. C'est dingue, parce que le GTD en IMSA est extrêmement concurrentiel et il y a des équipages mal catégorisés. Nous avons fait ce que nous avions à faire et nous avons fini sixièmes."  

#51 Squadra Corse Garage Italia Ferrari 488 GT3, GTD: Francesco Piovanetti, Oswaldo Negri Jr.

"Après, nous avons fait l'Asian Le Mans Series et signé un podium à chaque course. Et nous avons fait le GT Open à Monza en gagnant une course et en terminant troisièmes dans l'autre. Nous avons un bon ratio de podiums ! Mais nous savons à quel point ce sera dur au Mans : le plateau GTE Am est le plus fourni. Nous ferons de notre mieux, nous travaillerons autant que nous le pourrons." 

Le troisième homme de l'équipe est l'ancien pilote McLaren d'usine Côme Ledogar, qui devait initialement participer à l'épreuve avec MR Racing. Champion de Blancpain Endurance Series en 2016, il a déjà couru deux fois au Mans, en LMP2 et en GTE Am, terminant l'an dernier cinquième de la catégorie.

"Nous avons un jeune coéquipier très rapide, c'est une chance", dit Negri. "Je suis vraiment détendu, peut-être plus que jamais avant une course de 24 heures, et j'en ai fait un certain nombre ! Nous y allons et nous essaierons de faire quelque chose !"

"Je suis juste heureux d'être dans cette équipe. Je suis tellement content que Francesco m'ait pris avec AF Corse. J'ai 56 ans et je m'amuse comme un fou ! Je suis très reconnaissant."

#51 Squadra Corse Garage Italia Ferrari 488 GT3, GTD: Francesco Piovanetti, Oswaldo Negri Jr

La plus belle chose dans cette aventure est peut-être de voir que Piovanetti et Negri sont désormais les meilleurs amis du monde. "Ce gars a tellement d'expérience !", rappelle Francesco. "Il m'a tellement aidé à progresser. Nous prenons du plaisir à chaque fois que nous faisons quelque chose ensemble."

Comment le récompenser ? Peut-être avec une des superbes miniatures Amalgam, dont le nom figure cette semaine sur la Ferrari de l'équipe. "J'espère, une pour Ozz et une pour moi, non ?"

Rebellion redoute le "cauchemar" de la pluie aux 24H du Mans

Article précédent

Rebellion redoute le "cauchemar" de la pluie aux 24H du Mans

Article suivant

L'arrivée d'Alpine répond aux "compromis importants" de Toyota

L'arrivée d'Alpine répond aux "compromis importants" de Toyota
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries 24 Heures du Mans , Asian Le Mans
Événement 24 Heures du Mans
Auteur Charles Bradley