Gavin craint que la course en GTE Pro ne soit "influencée par les P2"

Pilier de l'équipe Corvette Racing, Oliver Gavin pense que la gestion du trafic avec les nouveaux LMP2 sera de nature à jouer un rôle dans le déroulement de la course du côté des GT.

Gavin craint que la course en GTE Pro ne soit "influencée par les P2"
#64 Corvette Racing Corvette C7.R: Oliver Gavin, Tommy Milner, Marcel Fassler
#64 Corvette Racing Corvette C7.R: Oliver Gavin, Tommy Milner, Marcel Fassler
Oliver Gavin, Corvette Racing
#64 Corvette Racing Corvette C7.R : Oliver Gavin, Tommy Milner, Marcel Fassler
#64 Corvette Racing Corvette C7.R: Oliver Gavin, Tommy Milner, Marcel Fassler
#64 Corvette Racing Corvette C7.R: Oliver Gavin, Tommy Milner, Marcel Fassler
#64 Corvette Racing Corvette C7.R : Oliver Gavin, Tommy Milner, Marcel Fassler
#64 Corvette Racing Corvette C7.R: Oliver Gavin, Tommy Milner, Marcel Fassler
Marcel Fassler, Tommy Milner, Oliver Gavin, Jan Magnussen, Antonio Garcia, Jordan Taylor, Corvette Racing
#64 Corvette Racing Corvette C7.R: Oliver Gavin, Tommy Milner, Marcel Fassler
Oliver Gavin, Corvette Racing
#64 Corvette Racing Corvette C7.R: Oliver Gavin, Tommy Milner, Marcel Fassler
#64 Corvette Racing Corvette C7.R: Oliver Gavin, Tommy Milner, Marcel Fassler

À 45 ans, Oliver Gavin dispute rien moins que ses seizièmes 24 Heures du Mans, et ses quinzièmes successifs au sein de l'équipe Corvette Racing. Le Britannique sait comment s'imposer au Mans, lui qui a triomphé avec le constructeur américain à quatre reprises au cours des années 2000, avant de répéter son succès il y a deux ans.

Cette année, Corvette aura fort à faire pour s'imposer en GTE Pro, face aux Ferrari, Aston, Ford et autres Porsche. Oliver Gavin s'attend à une bataille de tous les instants mais, surtout, à une course extrêmement rapide, en raison des conditions de pistes particulièrement favorables à l'occasion de cette édition 2017.

"Je pense que les conditions de piste sont très bonnes, nous avons eu peu de pluie ces derniers temps, je ne pense pas qu'il ait beaucoup plus beaucoup depuis la journée test et aujourd'hui", a-t-il expliqué à Motorsport.com. "Lorsque je suis monté dans la voiture en premier lors des essais, le circuit était très sale, mais le niveau d'adhérence était déjà assez élevé. Une fois que la piste a été nettoyé lors de la première heure, cela a commencé à aller très vite."

"Nous allons voir comment cela va se développer pour la course, je pense que nous allons connaitre une situation unique cette année dans le sens où nous allons partir sur une piste qui sera tout de suite dans des conditions que nous rencontrons habituellement seulement à partir du dimanche matin. Là, ça ira très vite dès le début. Je pense que ce sera l'une des éditions les plus rapides des 24 Heures du Mans. La nouvelle surface du circuit Bugatti nous permet d'aller plus vite."

Autre critère qui risque d'influencer le cours des choses dans les catégories GT, la gestion du trafic avec les nouveaux prototypes LMP2, dont les performances ont effectué un véritable bond en avant avec l'introduction de la nouvelle réglementation technique en 2017.

Je pense que ce sera l'une des éditions les plus rapides des 24 Heures du Mans.

Oliver Gavin

"Je pense que ce sera difficile avec le trafic, il y eu beaucoup de sorties cette année visiblement", poursuit Gavin. "Peut-être parce que les LMP2 sont bien plus rapides et qu'elles nous dépassent plus vite, il faut être vraiment très vigilant. Jusqu'à l'an passé, aucune P2 ne passait les GT à Tertre Rouge par exemple, à moins d'un très bon pilote au volant. Cette année, elles nous passent toutes là-bas, car elles ont davantage de puissance. Avant, on avait le temps de regarder et d'appréhender, maintenant elles sont tout de suite derrière vous. Il y a plus de chances que notre bataille en GTE Pro soit influencée par les P2".

Rien ne sert de courir...

Corvette peut-il renouer avec la victoire au Mans cette année ? Lors des qualifications, les C7.R ont marqué le pas lors d'une séance dominée par les Aston Martin et les Ferrari. Oliver Gavin et ses équipiers Tommy Milner et Marcel Fässler ont dû se contenter du dixième chrono sur la #64, alors que la voiture sœur, la #63 de Magnussen-Garcia-Taylor, s'est classée sixième. Mais Gavin sait que tout peut arriver sur une course de 24 heures.

"Habituellement, la course n'est pas forcément remportée par la voiture la plus rapide mais par l'équipe qui réagit le mieux dans les stands. C'est comme cela que nous avons gagné en 2015, et nous espérons répéter cela". 

Interview Guillaume Nédelec

partages
commentaires
Monger rejoint Sausset dans un programme Le Mans pour 2020

Article précédent

Monger rejoint Sausset dans un programme Le Mans pour 2020

Article suivant

Todt salue "l'harmonie" incarnée par Chase Carey au Mans

Todt salue "l'harmonie" incarnée par Chase Carey au Mans
Charger les commentaires
Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange" Prime

Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange"

WRT se bat aux avant-postes du GT depuis des années et a réussi avec brio son passage en prototype, avec à la clé une victoire aux 24 Heures du Mans en LMP2. L'issue aurait même pu être plus heureuse si la course avait été un tour plus courte...

24 Heures du Mans
17 oct. 2021
Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix Prime

Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix

En 1997 le programme Panoz GT n'apparaissait pas comme un choix attrayant pour un ex-pilote de Formule 1, McLaren constituant un bien meilleur pari. Mais contre toute attente, David Brabham fit le choix de la marque américaine pour former un duo gagnant pendant plusieurs années.

GT
25 sept. 2021
Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ? Prime

Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ?

L'ère de l'Hypercar s'est ouverte aux 24 Heures du Mans par la victoire de Toyota. Désormais, la concurrence est attendue et beaucoup de regards sont tournés vers Peugeot, dont l'arrivée est programmée pour 2022. Nous avons rencontré Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport, pour faire un point complet.

WEC
29 août 2021
Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans Prime

Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans

C'est l'une des plus grandes histoires de la Sarthe. Paul Newman, deuxième des 24 Heures du Mans 1979, aurait pu facilement remporter la célèbre épreuve sans l'ingéniosité du regretté Manfred Kremer.

24 Heures du Mans
20 août 2021
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021