24 Heures du Mans 24 Heures du Mans

Giovinazzi était "mentalement détruit" après sa victoire en 2023

Vainqueur du centenaire des 24 Heures du Mans pour le retour de Ferrari dans le Championnat du monde d'Endurance, Antonio Giovinazzi revient dans la Sarthe dans l'espoir de renouveler cet exploit au volant de la 499P #51.

#51 Ferrari AF Corse Ferrari 499P: Antonio Giovinazzi

Photo de: Alexander Trienitz

L'année passée, Antonio Giovinazzi a réalisé le rêve de tout pilote italien : remporter les 24 Heures du Mans avec Ferrari. Il ne s'agissait pas de n'importe quelle édition puisque le double tour d'horloge sarthois soufflait sa 100e bougie et marquait le retour du constructeur italien dans la catégorie reine de l'Endurance après 50 d'absence.

À 30 ans, le pilote Ferrari s'est vu passer dans une autre dimension. Jusque là, sa carrière se résumait à ses trois années passées en F1 au sein d'Alfa Romeo, à attendre son tour pour rejoindre la Scuderia Ferrari. Un objectif qui ne s'est jamais réalisé. Après avoir quitté le monde de la F1 à l'issue de la saison 2021, Giovinazzi s'est essayé à la Formule E durant une saison, sans succès, avant de rejoindre le nouveau programme de Ferrari en Endurance.

Dans une Ferrari 499P #51 qui s'est montrée très rapide dès ses premiers tours de piste, le retour du Cheval Cabré dans la Sarthe s'est conclu par une victoire, mettant fin à la domination de Toyota. De retour au Mans pour la 92e édition des 24H, Antonio Giovinazzi aimerait poursuivre le rêve qu'il a réalisé il y a un an.

"Je venais de la F1, vous avez passé le meilleur moment de votre carrière, mais gagner Le Mans avec Ferrari était spécial pour moi parce que depuis que je suis enfant, mon rêve était de gagner une grande course avec Ferrari dans la combinaison rouge. Donc, pour moi, c'était un exploit. Les gens vraiment passionnés de ce sport savent à quel point Le Mans est important et à quel point il est important de gagner avec Ferrari. Cela n'a pas changé ma vie mais comme je l'ai dit, cela reste spécial pour moi parce que j'ai atteint l'un des objectifs principaux de ma carrière."

"J'ai fait trois ans en F1. C'était une bonne expérience pour moi, où j'ai beaucoup appris. L'un de mes objectifs quand j'étais enfant était d'être un jour pilote de Formule 1. Mais l'objectif principal était de gagner avec Ferrari, parce qu'en tant que pilote italien, j'ai grandi avec les voitures rouges et mon idole était Michael Schumacher qui gagnait avec Ferrari."

#51 Ferrari AF Corse Ferrari 499P: Alessandro Pier Guidi, James Calado, Antonio Giovinazzi

#51 Ferrari AF Corse Ferrari 499P: Alessandro Pier Guidi, James Calado, Antonio Giovinazzi

Photo de: Alexander Trienitz

Au-delà de la victoire, Antonio Giovinazzi a pu découvrir la piste des 24 Heures du Mans. Une épreuve qui en demande plus mentalement que physiquement pour le pilote Ferrari.

"Je ne m'attendais pas à gagner Le Mans dans la catégorie principale parce que Ferrari a été absent pendant tant d'années. Dans mes souvenirs, mentalement, j'étais complètement détruit. Au niveau du physique, ça allait, parce que physiquement la piste n'est pas vraiment difficile, vous savez, vous avez de longues lignes droites dans lesquelles vous pouvez vous reposer."

"Mais mentalement, surtout parce que vous ne dormez pas et que vous retournez dans la voiture, vous devez toujours être concentré parce qu'il y a du trafic en piste. Après la course, vous avez trois ou quatre jours de repos où vous rechargez les batteries et je les ai passés à fêter la victoire. J'espère que nous pourrons répéter cela parce que c'était l'un des meilleurs moment de ma vie."

Accompagné de James Calado et Alessandro Pier Guidi au volant de la 499P #51, Antonio Giovinazzi était le seul des trois pilotes à n'avoir jamais roulé dans la catégorie reine des 24 Heures du Mans. L'expérience de ses coéquipiers a donc été une source d'apprentissage importante pour le pilote italien.

"Je pense que si je compare la première course de l'année dernière et maintenant, je suis en meilleure forme, c'est sûr. C'était tout nouveau pour moi et je dois remercier mes coéquipiers qui étaient également nouveaux dans cette voiture mais qui avaient déjà l'expérience du championnat. Ils savent très bien comment gagner et comment aborder ce championnat. J'ai donc eu beaucoup de chance de les avoir."

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent En pneus froids au Mans, la crainte du moment de solitude...
Article suivant Hypercar, LMP2 au Mans, hydrogène : que retenir de la conférence ACO ?

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France