Glickenhaus se voit jouer la victoire au Mans après son meilleur temps

L'écurie Glickenhaus voit son meilleur temps de la Journée Test comme une nouvelle preuve qu'elle peut jouer la victoire aux 24 Heures du Mans.

Glickenhaus se voit jouer la victoire au Mans après son meilleur temps

Luca Ciancetti, directeur technique de la structure Podium Advanced Technologies responsable de la Glickenhaus-Pipo 007 LMH, désigne la performance réalisée lors de la Journée Test des 24 Heures du Mans comme un nouveau signe que la marque doit être prise au sérieux.

Lire aussi :

"Le chrono n'a pas un sens énorme, à vrai dire, car nous ne savons pas ce que faisaient les autres", déclare Ciancetti. "Mais il montre ce à quoi nous avons toujours cru : que nous sommes ici pour défier les autres, pour faire du vrai travail. D'après ce que nous avons vu à Monza [lors de la manche précédente du WEC] et ces chiffres préliminaires sur notre rythme au Mans, nous croyons pouvoir nous battre d'une manière ou d'une autre. J'estime que nous sommes au niveau."

Olivier Pla s'est hissé au sommet de la feuille des temps dans les dix dernières minutes des neuf heures d'essais de la Journée Test, dimanche, au Circuit des 24 Heures. Son chrono de 3'29"115 était meilleur que le 3'29"340 réalisé par Mike Conway et a propulsé la Glickenhaus #708 qu'il partage avec Pipo Derani et Franck Mailleux à l'avant du classement Hypercar. La deuxième Glickenhaus, pilotée par Romain Dumas, Richard Westbrook et Ryan Briscoe, s'est classée cinquième avec 1,8 seconde de retard.

#708 Glickenhaus Racing Glickenhaus 007 LMH Hypercar, Luis Felipe Derani, Franck Mailleux, Olivier Pla

Ciancetti a bon espoir que Glickenhaus maîtrise la fiabilité de la 007, à la suite des pépins techniques survenus lors des 6 Heures de Monza en juillet dernier. L'écurie comprend désormais le problème de freins qui a fait perdre du temps à la #709. Cette dernière avait brièvement mené la course et a finalement terminé quatrième.

Le souci en question était la conséquence d'un changement de plaquettes et de disques à l'avant. Un problème d'assemblage avec les écopes de refroidissement des freins était initialement pressenti, mais Ciancetti révèle finalement un problème plus complexe. "Il y a eu une amélioration dans le processus d'assemblage, mais il s'agit davantage de la fenêtre de température dans laquelle nous maintenons les freins", précise-t-il.

"Nous avons compris comment mieux gérer les freins en mettant la voiture en marche au banc d'essai et nous avons vérifié cette progression lors des essais ce dimanche. La piste aide ici au Mans : il y a plus de temps entre les zones de freinage qu'à Monza pour refroidir les freins et gérer les températures."

La #708 sœur, qualifiée à huit dixièmes de la pole en Italie, avait été contrainte à l'abandon par un problème de boîte de vitesses provoqué par une défaillance électronique. C'est en fait un câble qui était "plus ou moins" défectueux.

"Tous les problèmes que nous avons eus pendant la saison et en essais sont sous contrôle", assure Ciancetti. "Bien sûr, nous ne pouvons pas être sûrs que ce sont les derniers que nous allons avoir, car Le Mans est très exigeant pour les voitures. Si nous avons des problèmes, je pense qu'ils seront mineurs."

partages
commentaires
Thomas Laurent appelé au Mans à la dernière minute

Article précédent

Thomas Laurent appelé au Mans à la dernière minute

Article suivant

Kristensen, Ickx, Bell... les pilotes les plus victorieux au Mans

Kristensen, Ickx, Bell... les pilotes les plus victorieux au Mans
Charger les commentaires
Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ? Prime

Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ?

L'ère de l'Hypercar s'est ouverte aux 24 Heures du Mans par la victoire de Toyota. Désormais, la concurrence est attendue et beaucoup de regards sont tournés vers Peugeot, dont l'arrivée est programmée pour 2022. Nous avons rencontré Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport, pour faire un point complet.

WEC
29 août 2021
Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans Prime

Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans

C'est l'une des plus grandes histoires de la Sarthe. Paul Newman, deuxième des 24 Heures du Mans 1979, aurait pu facilement remporter la célèbre épreuve sans l'ingéniosité du regretté Manfred Kremer.

24 Heures du Mans
20 août 2021
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021
Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance Prime

Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance

Revenant dans la catégorie reine de l'Endurance après 50 années d'absence, Ferrari va s'engager en catégorie "Le Mans Hypercar" en 2023. La marque italienne dément tout lien avec le plafond de dépenses de la F1, mais il ne s'agit assurément pas d'une coïncidence...

WEC
28 févr. 2021
Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche" Prime

Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche"

À 30 ans, Jean-Éric Vergne est à l'apogée de sa carrière. Le double champion de Formule E va partir en quête d'un troisième titre dans le championnat tout électrique et a été recruté par Peugeot Sport pour l'ère Hypercar à venir. Il s'est confié à Motorsport.com.

Formule E
11 févr. 2021