Chronique Gommendy - Le Mans, c'est comme la haute montagne !

Pour le Graff Racing, la campagne 2019 de l'ELMS a débuté par deux courses conclues à la cinquième place. Fort d'une stabilité souhaitée par tous fin 2018, le team affiche un excellent niveau de performance prometteur. Tristan Gommendy dresse l'état des lieux dans sa chronique pour Motorsport.com.

Chronique Gommendy - Le Mans, c'est comme la haute montagne !

Dans l'ensemble, tout ce qui s'est déroulé lors des deux premières manches de la saison est positif, car nous sommes en train de mettre en place quelque chose qui fonctionne. Et puis il y a une satisfaction personnelle : c'est beaucoup de travail depuis un an pour mettre en place la technique et les hommes et devenir compétitif dans un championnat aussi relevé que l’ELMS. Ce n'est pas évident de réunir tout le monde, ça demande beaucoup d'énergie et c'est ce que nous sommes en train de faire avec l’ensemble du team Graff. En termes de performance, nous sommes clairement en train de passer un cap. Il y a une excellente entente entre nous trois, avec Jonathan Hirschi et Alexandre Cougnaud. La répartition du travail s'est faite assez naturellement, et notre ingénieur Greg Wheeler, arrivé fin 2018, a pris sa place. 

Lire aussi :

Au Castellet, avec notre niveau de performance nous aurions dû facilement terminer troisièmes. Il y a de la frustration mais nous pouvons malgré tout être heureux de se dire qu'à la régulière, nous étions clairement sur le podium. C’était la première épreuve du championnat et nos premiers essais également, donc globalement très satisfaisant.

À Monza, nous menons la course pendant plus d’une heure et demie et à nouveau, nous commettons une erreur. Nous n'avons pas vu suffisamment clair dans la stratégie. Je pense que la victoire aurait été compliquée, G-Drive à fait du bon boulot et n’a pas volé cette victoire. Difficile de tout réunir le temps d’une course : le pilotage, la stratégie, la chance... C’est aussi la beauté du sport automobile. Quoi qu’il en soit, notre motivation et notre volonté ne font que croître, et tout cela est très encourageant pour le reste du championnat mais également pour notre prochaine échéance : Les 24 Heures du Mans !

Réussir la Journée Test des 24 Heures du Mans

#39 Graff Oreca 07 Gibson: Tristan Gommendy, Alexandre Cougnaud, Jonathan Hirschi

Le prochain rendez-vous, c'est la Journée Test des 24 Heures du Mans, le 2 juin. Comme en 2018, Vincent Capillaire nous rejoindra pour remplacer Alexandre Cougnaud. Par expérience, c'est un dimanche qui passe extrêmement vite, on ne peut pas se permettre de s’éparpiller ou d’improviser. Nous préparons cette journée avec la plus grande rigueur possible.

Pour moi, l’enjeu de ma dixième participation aux 24 Heures du Mans est de l’aborder avec sérénité et rigueur afin que tous les pilotes apprécient le set-up de l’Oreca. Il est très important que nous soyons concentrés sur nous-mêmes sans se préoccuper de nos concurrents directs. Si l’auto est saine, les pilotes seront en confiance et les chronos seront au rendez-vous, j’en suis certain. 

Pour la première fois pour moi, rien ne va changer d'une édition à l'autre des 24 Heures du Mans : même équipe, même coéquipiers et même voiture ! C'est assez rare et c'est justement ce que nous avons cherché à faire avec le Graff. C'est une stratégie réfléchie depuis la fin 2018, et les circonstances nous ont aussi aidés à y parvenir. Repartir tous ensemble, ça fait clairement partie des progrès réalisés sur le plan de la performance, et cela joue énormément. C’est d’ailleurs également le cas dans plusieurs top teams.

Le Mans, c'est comme la haute montagne, vous devez faire preuve d’une grande humilité !
Il ne faut surtout pas que, puisque l'on a terminé à la seconde marche l’année dernière, nous pensions que c'est acquis. Ce serait une grave erreur...

#39 Graff Oreca 07 Gibson: Tristan Gommendy, Alexandre Cougnaud, Jonathan Hirschi

partages
commentaires
Des livrées spéciales pour Porsche aux 24 Heures du Mans

Article précédent

Des livrées spéciales pour Porsche aux 24 Heures du Mans

Article suivant

Un lest lié aux résultats à l'étude pour les LMP1

Un lest lié aux résultats à l'étude pour les LMP1
Charger les commentaires
Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ? Prime

Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ?

L'ère de l'Hypercar s'est ouverte aux 24 Heures du Mans par la victoire de Toyota. Désormais, la concurrence est attendue et beaucoup de regards sont tournés vers Peugeot, dont l'arrivée est programmée pour 2022. Nous avons rencontré Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport, pour faire un point complet.

WEC
29 août 2021
Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans Prime

Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans

C'est l'une des plus grandes histoires de la Sarthe. Paul Newman, deuxième des 24 Heures du Mans 1979, aurait pu facilement remporter la célèbre épreuve sans l'ingéniosité du regretté Manfred Kremer.

24 Heures du Mans
20 août 2021
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021
Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance Prime

Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance

Revenant dans la catégorie reine de l'Endurance après 50 années d'absence, Ferrari va s'engager en catégorie "Le Mans Hypercar" en 2023. La marque italienne dément tout lien avec le plafond de dépenses de la F1, mais il ne s'agit assurément pas d'une coïncidence...

WEC
28 févr. 2021
Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche" Prime

Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche"

À 30 ans, Jean-Éric Vergne est à l'apogée de sa carrière. Le double champion de Formule E va partir en quête d'un troisième titre dans le championnat tout électrique et a été recruté par Peugeot Sport pour l'ère Hypercar à venir. Il s'est confié à Motorsport.com.

Formule E
11 févr. 2021