La lutte restera belle malgré un plateau GTE Pro réduit

Malgré un peloton GTE Pro extrêmement réduit par rapport à 2019, Harry Tincknell est persuadé que la lutte dans la catégorie aux 24 Heures du Mans ne sera "pas très différente" pour autant.

La lutte restera belle malgré un plateau GTE Pro réduit

Après les départs de Ford et BMW de la catégorie GTE Pro du FIA WEC au terme de la Super Saison 2018-2019, les 24 Heures du Mans s'apprêtaient déjà à proposer un plateau plus réduit que celui comportant 17 autos l'an dernier. Avec la pandémie de COVID-19, qui a contraint la classique mancelle à être reportée de juin à septembre, ce sont Corvette Racing ainsi que la branche américaine de Porsche qui ont renoncé, abaissant la grille de onze à sept unités.

Aux côtés des six concurrents habituellement engagés en WEC dans les rangs du GTE Pro, Risi Competizione est la seule équipe qui viendra s'ajouter aux Ferrari, Porsche et Aston Martin. GEAR Racing avait un temps porté le plateau à huit, passant du GTE Am au GTE Pro avec sa Ferrari privée, mais l'équipe américaine a finalement déclaré forfait en ce mois de juillet. 

Lire aussi :

Néanmoins, Harry Tincknell estime que la donne ne changera pas énormément pour la catégorie et que celui qui en sortira vainqueur aura tout autant de mérite que les années précédentes compte tenu du niveau élevé des forces en présence. 

"Je pense qu'aux avant-postes ça ne sera pas très différent", assure à Motorsport.com le pilote britannique, qui a rejoint Aston Martin suite à la fin du programme Ford. "Qu'il y ait 17 ou sept voitures, ce sera juste aussi dur de gagner. Avec 17 voitures, certains auront des problèmes et des constructeurs seront plus rapides que d'autres, mais à la fin, les cinq ou six meilleurs seront toujours bons. Il ne fait aucun doute que ce sera exceptionnellement difficile."

"Ce sera plus facile d'avoir un contretemps et de revenir, car il n'y aura pas un peloton à remonter, ça pourrait resserrer les choses. Il y a aussi moins de risques d'être divisés par un Safety Car. Je suppose qu'avoir moins de voitures fait qu'il y a davantage de chances de gagner sur le papier, mais je ne crois pas que l'équipe qui gagnera cette année aura fait du moins bon travail que les années précédentes, car le niveau reste très élevé."

Membre de l'équipe Ford lors des quatre dernières éditions des 24 Heures du Mans, Tincknell a terminé deuxième de la catégorie en 2017. Cette année, dans le contexte très particulier créé par la crise du coronavirus, il estime que les pilotes devront faire preuve d'une grande capacité d'adaptation, surtout dans le cas de la découverte d'une nouvelle auto. 

"Personnellement, je vais devoir m'adapter à un nouvel environnement chez Aston Martin, et j'ai hâte", assure-t-il. "Mais ça pourrait jouer en ma faveur car tout le monde doit s'adapter un peu à une ambiance étrange. Naturellement, je vais faire de mon mieux pour rapidement être au niveau, mais tout le monde est dans un environnement légèrement différent, ce qui pourrait niveler un peu les choses."

partages
commentaires
Alpine en LMP1 : Pourquoi, comment et avec qui ?

Article précédent

Alpine en LMP1 : Pourquoi, comment et avec qui ?

Article suivant

Porsche dévoile deux livrées spéciales pour les 24H du Mans

Porsche dévoile deux livrées spéciales pour les 24H du Mans
Charger les commentaires
Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ? Prime

Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ?

L'ère de l'Hypercar s'est ouverte aux 24 Heures du Mans par la victoire de Toyota. Désormais, la concurrence est attendue et beaucoup de regards sont tournés vers Peugeot, dont l'arrivée est programmée pour 2022. Nous avons rencontré Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport, pour faire un point complet.

WEC
29 août 2021
Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans Prime

Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans

C'est l'une des plus grandes histoires de la Sarthe. Paul Newman, deuxième des 24 Heures du Mans 1979, aurait pu facilement remporter la célèbre épreuve sans l'ingéniosité du regretté Manfred Kremer.

24 Heures du Mans
20 août 2021
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021
Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance Prime

Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance

Revenant dans la catégorie reine de l'Endurance après 50 années d'absence, Ferrari va s'engager en catégorie "Le Mans Hypercar" en 2023. La marque italienne dément tout lien avec le plafond de dépenses de la F1, mais il ne s'agit assurément pas d'une coïncidence...

WEC
28 févr. 2021
Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche" Prime

Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche"

À 30 ans, Jean-Éric Vergne est à l'apogée de sa carrière. Le double champion de Formule E va partir en quête d'un troisième titre dans le championnat tout électrique et a été recruté par Peugeot Sport pour l'ère Hypercar à venir. Il s'est confié à Motorsport.com.

Formule E
11 févr. 2021