Jacques Nicolet - Nos voitures s'appellent et s'appelleront Ligier

Onroak Automotive, fondé par Jacques Nicolet, est aujourd’hui le seul constructeur de voitures de course au monde capable de proposer à des équipes un panel extrêmement large de prototypes destinés à l’Endurance. 

Jacques Nicolet - Nos voitures s'appellent et s'appelleront Ligier
#35 OAK Racing Ligier JS P2 : Jacques Nicolet
Le logo Motorsport.com sur la #31 Extreme Speed Motorsports Ligier JS P2
#35 OAK Racing Ligier JS P2 : Jacques Nicolet, Erik Maris, Jean-Marc Merlin
Yannick Dalmas et Jacques Nicolet discutent avec Pierre Fillon, Président de l'ACO, après le test de la Ligier JS P3 - Nissan
#35 OAK Racing Ligier JS P2 : Jacques Nicolet, Erik Maris, Jean-Marc Merlin
#35 OAK Racing Ligier JS P2 : Jacques Nicolet, Erik Maris, Jean-Marc Merlin
#35 OAK Racing Ligier JS P2 : Jacques Nicolet, Erik Maris, Jean-Marc Merlin
#35 OAK Racing Ligier JS P2 : Jacques Nicolet, Erik Maris, Jean-Marc Merlin
#77 Craft-Bamboo Racing Ligier: Samson Chan, Kevin Tse, Naoki Yokomizo
Pierre Fillon, Président de l'ACO ,teste la Ligier JS P3 - Nissan
#25 Algarve Pro Racing Ligier JSP2 Nissan: Michael Munemann, James Winslow, Andrea Roda
#31 Extreme Speed Motorsports Ligier JS P2 : Ed Brown, Jon Fogarty, Johannes van Overbeek
#26 G-Drive Racing Ligier JS P2: Roman Rusinov, Julien Canal, Sam Bird
#31 Extreme Speed Motorsports Ligier JS P2: Ed Brown, Jon Fogarty, Johannes van Overbeek
#28 G-Drive Racing Ligier JS P2 : Ricardo Gonzalez, Pipo Derani, Gustavo Yacaman
#40 Krohn Racing Ligier JS P2 - Judd : Tracy Krohn, Nic Jonsson, Julien Canal

Alors que seul le LMP1 manque aujourd’hui sur son échiquier - des projets existent dans les cartons du bureau d’étude - Onroak est en passe de boucler une nouvelle année riche en évènements. Les châssis conçus à Magny-Cours et au Mans brillent par exemple dans le championnat VdeV avec la Ligier JS 53 EVO 2, sur des championnats continentaux avec les débuts récents de la Ligier JS P3 et bien sûr en LMP2, fleuron du constructeur. 

Dans cette catégorie, on retrouve d’ailleurs en activité le châssis Ligier JS P2 qui avait fait ses grands débuts au Mans en 2014, ainsi que le précédent châssis Morgan, qui garde bien plus que de beaux restes. Concernant les activités d’Onroak pour la partie LMP2, Jacques Nicolet a accepté de faire le point avec Motorsport.com, à l’heure où la fin de saison approche à grands pas. 

 

Jacques Nicolet, comment se déroule cette fin de saison en LMP2 pour les châssis construits par Onroak Automotive?

"On est vraiment très content des performances de nos autos dans les différentes équipes. Je voudrais souligner, par rapport à Fuji [manche du WEC disputée il y a dix jours], la montée en puissance d’ESM avec les Ligier-HPD, à la fois en performance pure et en positionnement à l’arrivée. Et puis le manque de réussite mais l’excellente performance de la Morgan, qui avait fait le troisième temps en qualifs et qui a tout perdu sur une petite faute de pilotage. Je suis très content des performances de la voiture mais aussi du travail accompli par le Team SARD Morand, qui a comme on le sait beaucoup de mérite en ce moment."

 

Puisque vous ouvrez cette parenthèse, comment se présente l’avenir de ce châssis Morgan?

"Très sincèrement, il dépend beaucoup de nos clients qui l’utilisent aujourd’hui et je ne peux pas me prononcer pour eux. Mais compte tenu des homologations et du caractère éligible des voitures, je pense que la Morgan a un avenir exceptionnel en Asie, en Asian Le Mans Series."

 

La nouvelle règlementation LMP2 a été définie pour 2017. Cela implique le développement d’une nouvelle voiture…

"On est dans la conception d’une nouvelle LMP2. L’idée n’est pas de révolutionner la JS P2 mais de faire un modèle quand même complètement nouveau, qui reprendra toute l’expérience acquise sur la JS P2, avec un certain nombre d’améliorations. Surtout, il faut en faire une voiture capable d’avoir une nouvelle durée de vie d’au minimum quatre ans à partir de 2017. Et il faut qu’elle soit adaptable à la réglementation US dont on découvre les contours au fur et à mesure."

 

Cette nouvelle règlementation imposera le moteur unique, pour lequel Gibson a été sélectionné. Quelle est votre vision de cette nouvelle donne?

"Je suis très pragmatique sur le sujet. Le choix du moteur unique LMP2, très franchement et sans langue de bois, je ne sais pas si ça va être positif ou pas par rapport au LMP2 qui existe aujourd’hui, qui a montré une très belle vitalité et qui est un succès à mes yeux. Le moteur unique a pour objectif principal la maîtrise des coûts : si c’est effectivement le cas au bout du compte, alors je pense que ce sera plutôt positif. Et en tant que constructeur de châssis ça veut dire que la différence entre les voitures ne pourra porter que sur ce point, ce qui nous permettra d’être mis encore plus en valeur si on réussit."

"Le choix de Gibson est à la fois raisonnable et bon. Aujourd’hui ce sont eux qui nous fournissent nos moteurs Nissan. On est chez Gibson donc je ne peux pas faire de meilleure réponse que ce constat!"

 

Olivier Panis a annoncé la création d’une nouvelle équipe d’Endurance avec Fabien Barthez. Ils ont choisi les châssis Ligier construits par Onroak Automotive. Que pouvez-vous ajouter sur le sujet?

"Olivier fait partie des personnages du sport automobile que j’affectionne très sincèrement pour leur parcours et pour leur implication. Je suis ravi que son équipe et lui-même, ainsi que l’équipe Tech1 qui va les accompagner, aient choisi Ligier en LMP2 et en LMP3. Pour moi c’est à la fois une très bonne nouvelle et un signal fort. Avoir une équipe de cette qualité chez Ligier est une réelle satisfaction."

 

Comment va perdurer le nom de Ligier à travers vos activités?

"Ce qu’a souhaité Guy avant son départ va se poursuivre, malheureusement sans lui. Mais il n’y a pas de sujet là-dessus : les voitures développées par Onroak Automotive s’appellent Ligier, et ça continuera."

partages
commentaires
Panis veut faire briller la jeunesse, Ligier et la France au Mans
Article précédent

Panis veut faire briller la jeunesse, Ligier et la France au Mans

Article suivant

Le LMP1 privé capable d'attirer davantage de concurrents?

Le LMP1 privé capable d'attirer davantage de concurrents?
Charger les commentaires
Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange" Prime

Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange"

WRT se bat aux avant-postes du GT depuis des années et a réussi avec brio son passage en prototype, avec à la clé une victoire aux 24 Heures du Mans en LMP2. L'issue aurait même pu être plus heureuse si la course avait été un tour plus courte...

24 Heures du Mans
17 oct. 2021
Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix Prime

Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix

En 1997 le programme Panoz GT n'apparaissait pas comme un choix attrayant pour un ex-pilote de Formule 1, McLaren constituant un bien meilleur pari. Mais contre toute attente, David Brabham fit le choix de la marque américaine pour former un duo gagnant pendant plusieurs années.

GT
25 sept. 2021
Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ? Prime

Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ?

L'ère de l'Hypercar s'est ouverte aux 24 Heures du Mans par la victoire de Toyota. Désormais, la concurrence est attendue et beaucoup de regards sont tournés vers Peugeot, dont l'arrivée est programmée pour 2022. Nous avons rencontré Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport, pour faire un point complet.

WEC
29 août 2021
Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans Prime

Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans

C'est l'une des plus grandes histoires de la Sarthe. Paul Newman, deuxième des 24 Heures du Mans 1979, aurait pu facilement remporter la célèbre épreuve sans l'ingéniosité du regretté Manfred Kremer.

24 Heures du Mans
20 août 2021
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021