Magnussen père et fils au Mans, ça s'annonce compliqué

Il paraît peu probable que Jan et Kevin Magnussen parviennent à participer aux 24 Heures du Mans ensemble à l'avenir.

Magnussen père et fils au Mans, ça s'annonce compliqué

Les 24 Heures du Mans, une histoire de famille ? Le légendaire double tour d'horloge sarthois a régulièrement été abordé par des équipages incluant père et fils. L'on se rappelle évidemment Louis et Jean-Louis Rosier, vainqueurs en 1950 – la légende raconte que Jean-Louis n'a fait que trois tours lors de la course – mais aussi Mario Andretti, qui a participé plusieurs fois avec son fils Michael et même une fois avec son neveu John, sans oublier Nigel Mansell, présent au départ en 2010 avec ses enfants Leo et Greg.

Kevin Magnussen et Jan Magnussen pourraient-ils être les prochains ? Le Danois de 47 ans est un habitué du Mans, lui qui y court tous les ans sans exception depuis 1999 et s'est imposé dans sa catégorie à quatre reprises avec Corvette, dont il a été pilote d'usine de 2004 à 2019. Dans cette période, il y a eu des opportunités pour son fils Kevin, mais ce dernier était trop pris par la Formule 1, championnat qu'il vient d'être contraint de quitter. Mais Jan n'est plus chez Corvette, et la réglementation complique la situation…

Lire aussi :

"Nous avons toujours voulu le faire, mais je pense que c'est devenu plus difficile maintenant que mon père n'est plus pilote d'usine", estime Kevin Magnussen, qui va participer à l'IMSA avec Chip Ganassi Racing en 2021. "Quand il était pilote Corvette, il y avait des opportunités de le faire, car Corvette m'aurait placé dans la voiture pour Le Mans. C'est devenu impossible au niveau de la logistique et de l'emploi du temps, parce qu'il faut se préparer. Et c'est difficile pour Corvette de mettre dans la voiture au Mans un pilote qui n'est pas le même que pour les autres grandes courses de l'année."

"Maintenant qu'il n'est pas pilote d'usine, nous devons le faire dans une LMP2 ou une GTE Am, ce qui est difficile, car nous sommes deux pilotes platinum. Je ne sais pas si nous pouvons le faire. Maintenant, je vais courir et essayer de trouver de bons baquets, je l'espère dans des écuries d'usine à l'avenir. Ce pourrait être compliqué avec mon père, mais nous allons toujours garder un œil là-dessus."

La porte du GTE Am est effectivement fermée, puisque dans cette catégorie, chaque équipage doit comprendre au moins un pilote catégorisé bronze et un autre bronze ou argent. En LMP2 cependant, malgré l'imbroglio récent, il suffit d'un pilote amateur (argent ou bronze), et les Magnussen pourraient donc encore trouver une solution pour s'y engager.

Propos recueillis par Luke Smith

partages
commentaires

Voir aussi :

Richard Mille rejoint le WEC avec son équipage féminin

Article précédent

Richard Mille rejoint le WEC avec son équipage féminin

Article suivant

Le WEC dévoile un plateau de 33 concurrents, ByKolles absent

Le WEC dévoile un plateau de 33 concurrents, ByKolles absent
Charger les commentaires
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021
Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance Prime

Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance

Revenant dans la catégorie reine de l'Endurance après 50 années d'absence, Ferrari va s'engager en catégorie "Le Mans Hypercar" en 2023. La marque italienne dément tout lien avec le plafond de dépenses de la F1, mais il ne s'agit assurément pas d'une coïncidence...

WEC
28 févr. 2021
Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche" Prime

Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche"

À 30 ans, Jean-Éric Vergne est à l'apogée de sa carrière. Le double champion de Formule E va partir en quête d'un troisième titre dans le championnat tout électrique et a été recruté par Peugeot Sport pour l'ère Hypercar à venir. Il s'est confié à Motorsport.com.

Formule E
11 févr. 2021
L'avenir de la F1 va-t-il passer par l'hydrogène ? Prime

L'avenir de la F1 va-t-il passer par l'hydrogène ?

Alors que les discussions sont en cours pour la prochaine formule moteur de la F1 au-delà de l'horizon 2025, la question de l'orientation à long terme se pose, avec deux options principales évoquées jusqu'ici.

Formule 1
1 févr. 2021
Le GTE agonise : les trois scénarios qui pourraient tout changer Prime

Le GTE agonise : les trois scénarios qui pourraient tout changer

La catégorie GTE donne le sentiment de s'effondrer comme un château de cartes, et le WEC va devoir réagir. Trois scénarios peuvent être imaginés pour l'avenir du GT en Championnat du monde d'Endurance et aux 24 Heures du Mans. Les voici.

24 Heures du Mans
30 janv. 2021