Jani : Rebellion doit pousser Toyota à prendre des risques

partages
commentaires
Jani : Rebellion doit pousser Toyota à prendre des risques
Par : Basile Davoine
13 juin 2018 à 12:30

B.D., Le Mans - Avant la grande échéance des 24 Heures du Mans, Motorsport.com a rencontré Neel Jani, vainqueur en 2016 avec Porsche. Il fait le point sur la situation de Rebellion, à la lutte en LMP1 face à SMP et... Toyota !

#1 Rebellion Racing Rebellion R-13: Andre Lotterer, Neel Jani, Bruno Senna
#3 Rebellion Racing Rebellion R-13: Mathias Beche, Gustavo Menezes, Thomas Laurent, #1 Rebellion Racing Rebellion R-13: Andre Lotterer, Neel Jani, Bruno Senna
#1 Rebellion Racing Rebellion R-13: Andre Lotterer, Neel Jani, Bruno Senna
#3 Rebellion Racing Rebellion R-13
#3 Rebellion Racing Rebellion R-13
#1 Rebellion Racing Rebellion R-13
#1 Rebellion Racing Rebellion R-13: Andre Lotterer, Neel Jani, Bruno Senna
#3 Rebellion Racing Rebellion R-13
#1 Rebellion Racing Rebellion R-13: Andre Lotterer, Neel Jani, Bruno Senna, #3 Rebellion Racing Rebellion R-13: Mathias Beche, Gustavo Menezes, Thomas Laurent
#3 Rebellion Racing Rebellion R-13
#3 Rebellion Racing Rebellion R-13: Mathias Beche, Gustavo Menezes, Thomas Laurent
#3 Rebellion Racing Rebellion R-13: Mathias Beche, Gustavo Menezes, Thomas Laurent
#3 Rebellion Racing Rebellion R-13
#1 Rebellion Racing Rebellion R-13: Andre Lotterer, Neel Jani, Bruno Senna

Neel, quel est l'état d'esprit chez Rebellion avant les premiers essais ?

On fait les choses pas à pas. On doit encore trouver encore beaucoup de choses sur la voiture, car elle reste nouvelle pour nous. On apprend des choses à chaque tour que l'on fait. Je crois que l'on a une voiture qui est vraiment bien dans les virages rapides, mais on souffre un peu dans les lignes droites. C'est le contraire des autres prototypes non hybrides.

Comment pouvez-vous essayer de semer le doute chez Toyota ?

On doit rester assez proches, de manière à ce qu'ils soient sous pression et qu'ils soient obligés de prendre un petit peu de risques. S'ils peuvent rouler toute la course sans prendre de risques, ça deviendra facile pour eux. Mais s'ils doivent aller un peu à la limite du matériel, c'est là que les possibilités s'ouvriront pour nous. C'est ça notre objectif. Et si c'est un peu mouillé, ça pourrait aider un peu.

Est-ce que Toyota prend un risque en engageant seulement deux autos ?

Non, ça fait maintenant six ans qu'ils viennent ici et ils doivent savoir quoi faire. Leurs seuls vrais concurrents, c'est eux-mêmes et c'est Le Mans. Nous, on peut seulement être assez proches pour en bénéficier s'ils font une bêtise. Avec deux voitures, je crois qu'ils sont bien, et puis nous ça nous va très bien.

Que faut-il pour que vos 24 Heures du Mans soient réussies ?

J'espère clairement qu'on sera au milieu sur le podium ! En 2016, j'ai vu qu'on pouvait gagner une course incroyable, presque perdue. Mais en 2017, j'ai vu qu'on pouvait perdre une course qui était plus ou moins déjà gagnée. J'ai déjà vu les deux contraires ces deux dernières années, alors j'espère que cette fois ça ira dans notre sens.

L'écart entre Toyota et Rebellion sera-t-il plus important qu'à la Journée Test ?

Oui, la piste était très sale, elle va vraiment évoluer. Si ça reste sec, je pense que Toyota peut aller plus vite que 3'14. Normalement, c'est la même voiture que l'an dernier, et ils l'ont développée, ils n'ont pas de restrictions comme l'an dernier, donc pour eux ça doit aller en 3'13 ou 3'12. Il n'y a aucune raison qu'ils soient plus lents que l'année passée. Nous, on ne peut pas aller dans ces chronos, c'est clair.

Quel est le meilleur chrono que peut aller chercher Rebellion en qualifications ?

On a fait 3'19 [à la Journée Test]. Ça dépend de la piste, j'espère qu'on pourra faire 3'17, ce serait pas mal, mais je ne sais pas si l'on va y arriver.

Votre manque de vitesse de pointe est-il un handicap par rapport à SMP ?

C'est un problème, parce que tous les autres sont plus rapides que nous dans les lignes droites. Ça peut être un problème à gérer pour le trafic. On doit regarder la stratégie que l'on va choisir cette semaine, et puis on va utiliser les essais de mercredi et jeudi pour trouver une stratégie qui va fonctionner en course.

ORECA semble avoir réalisé un travail incroyable en concevant cette R13 en quelques mois…

Ils ont construit une voiture sans avoir beaucoup de temps, mais ce que Rebellion a choisi avec ORECA, c'est beaucoup d'expérience. L'an passé, ils faisaient 3'25 en LMP2. Ils ont choisi aussi le Gibson pour le moteur. Ils n'ont choisi que des choses qui sont éprouvées. C'est notre stratégie : prendre des choses qui ne sont peut-être pas toujours à la pointe, mais qui ont fait leurs preuves. Et puis nous sommes aussi très bien au niveau du châssis.

Prochain article 24 heures du Mans
Sécurité - Ce qui protège le pilote dans son baquet  

Article précédent

Sécurité - Ce qui protège le pilote dans son baquet  

Article suivant

Manor : la fiabilité d'abord, le rythme attendra

Manor : la fiabilité d'abord, le rythme attendra
Load comments

À propos de cet article

Séries 24 heures du Mans
Événement 24H du Mans
Lieu Circuit de la Sarthe
Pilotes Neel Jani
Équipes Rebellion Racing
Auteur Basile Davoine
Type d'article Interview