Kraihamer inquiet pour l'avenir du LMP1

Le pilote autrichien, engagé cette saison sur l'Enso CLM P1/01 du ByKolles Racing, alignée en LMP1 privé, s'inquiète du peu de concurrents dans la catégorie, et de l'impact à moyen terme.

Kraihamer inquiet pour l'avenir du LMP1
Dominik Kraihamer, ByKolles Racing
#7 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid: Mike Conway, Kamui Kobayashi, Stéphane Sarrazin
#1 Porsche Team Porsche 919 Hybrid: Neel Jani, Andre Lotterer, Nick Tandy
#4 ByKolles Racing CLM P1/01: Oliver Webb, Dominik Kraihamer, Marco Bonanomi
Podium LMP1: vainqueurs LMP1 privé #13 Rebellion Racing Rebellion R-One AER: Matheo Tuscher, Dominik Kraihamer, Alexandre Imperatori
PERRINN LMP1
Présentation de la Ginetta LMP1
Les Toyota et Porsche LMP1 exposées

G.N., Le Mans - Septième édition et autant d'engagement en prototype pour Dominik Kraihamer. Présent au Mans depuis 2011, le pilote autrichien poursuit l'aventure en LMP1 privé, entamée depuis 2014, alors avec Rebellion. L'équipe suisse partie en LMP2, Kraihamer s'est tourné vers le ByKolles Racing, qui fait rouler sa CLM/P1, non sans quelques difficultés depuis quelques années.

Cette saison, avec le départ d'Audi et Rebellion, cette catégorie reine s'est quelque peu fragilisée, passant de neuf à six concurrents. Une situation qu'il regrette. "Ce n'est pas formidable", déplore-t-il. "Je pense que l'an prochain, il y aura cinq à six LMP1 privés, mais côté hybrides, les prochaines années vont être dures. Peugeot veut revenir, Porsche on ne sait pas trop…"

Selon lui, la catégorie va dépendre de l’intérêt porté aux LMP1 privés, qui semble intéresser plusieurs constructeurs, à l'image de Ginetta et Perrinn. "Je pense que l'avenir va dépendre des LMP1 privés. Je ne sais pas si l'ACO et la FIA ont donné assez de valeur aux LMP1 privés les autres années, mais sans ces voitures, la catégorie pourrait disparaître. Si tout va bien, et cela va dépendre du développement du moteur que nous avons [le bloc Nismo, NDLR], je pense, que nous pourrons avoir cinq à six voitures."

D'autant que la catégorie LMP2 semble très performante, ce qui pourrait aussi venir marcher sur les platesbandes du LMP1 privé. Très proche en performance de cette catégorie, l'équipage de la ByKolles a dû trouver ses marques dans un peloton désormais compact. Une nouvelle situation qui a ses points positifs : "Au début, je pensais que ce serait bizarre, mais pour nous, c'est un challenge", sourit Dominik Kraihamer. "À Spa-Francorchamps, on était les seuls dans la catégorie, mais on a roulé à fond car on était juste devant les LMP2. On se met la pression pour être devant eux. Ce qui est bizarre, c'est de se dire qu'ils sont dans une autre catégorie, mais avoir de la compétition, c'est super."

partages
commentaires
Toyota : "On a un problème agréable à gérer : on est favoris"

Article précédent

Toyota : "On a un problème agréable à gérer : on est favoris"

Article suivant

Lucas Di Grassi forfait pour Le Mans

Lucas Di Grassi forfait pour Le Mans
Charger les commentaires
Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange" Prime

Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange"

WRT se bat aux avant-postes du GT depuis des années et a réussi avec brio son passage en prototype, avec à la clé une victoire aux 24 Heures du Mans en LMP2. L'issue aurait même pu être plus heureuse si la course avait été un tour plus courte...

24 Heures du Mans
17 oct. 2021
Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix Prime

Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix

En 1997 le programme Panoz GT n'apparaissait pas comme un choix attrayant pour un ex-pilote de Formule 1, McLaren constituant un bien meilleur pari. Mais contre toute attente, David Brabham fit le choix de la marque américaine pour former un duo gagnant pendant plusieurs années.

GT
25 sept. 2021
Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ? Prime

Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ?

L'ère de l'Hypercar s'est ouverte aux 24 Heures du Mans par la victoire de Toyota. Désormais, la concurrence est attendue et beaucoup de regards sont tournés vers Peugeot, dont l'arrivée est programmée pour 2022. Nous avons rencontré Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport, pour faire un point complet.

WEC
29 août 2021
Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans Prime

Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans

C'est l'une des plus grandes histoires de la Sarthe. Paul Newman, deuxième des 24 Heures du Mans 1979, aurait pu facilement remporter la célèbre épreuve sans l'ingéniosité du regretté Manfred Kremer.

24 Heures du Mans
20 août 2021
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021