24 Heures du Mans 24 Heures du Mans

Lapierre évoque "le moment particulier" de la course au Mans

Alors qu'il s'apprête à disputer rien moins que ses 17e 24 Heures du Mans ce week-end, Nicolas Lapierre a expliqué quel était d'après lui le moment critique de l'épreuve, et revient sur la difficulté à gérer la pluie, attendue ce week-end.

#36 Alpine Endurance Team Alpine A424: Nicolas Lapierre, Mick Schumacher, Matthieu Vaxiviere

Photo de: Emanuele Clivati | AG Photo

À 40 ans tout juste, Nicolas Lapierre fait sans nul doute partie des pilotes les plus expérimentés du plateau des 24 Heures du Mans. Une expérience qui ne sera pas de trop pour emmener la première participation aux 24 Heures du Mans de l'équipe Alpine avec l'A424 Hypercar.

Lapierre au Mans, ce sont deux podiums au général (avec Toyota en 2014 et Alpine en 2021), et quatre victoires de catégorie (2015, 2016, 2018 et 2019 en LMP2). L'an passé, le natif de Thonon-les-Bains a également décroché la deuxième place du LMP2 en Pro/Am.

Lire aussi :

Pilier du projet A424, Nicolas Lapierre emmènera l'Alpine #36 avec Matthieu Vaxivière, qui aborde son huitième départ dans le double tour d'horloge sarthois, ainsi que Mick Schumacher, lequel effectuera de son côté ses grands débuts au Mans, après avoir rejoint la formation Alpine cette saison. Interrogé sur les conseils qu'il a pu prodiguer au pilote allemand, Nicolas Lapierre a évoqué les nombreuses difficultés inhérentes à l'épreuve.

"Bien sûr, on a passé de longs moments déjà avec Mick, dont c'est la première fois ici, et aussi avec d'autres pilotes pour parler de certains aspects de la course comme le trafic, les Slow Zones, qui peuvent être piégeuses et où il faut être très prudent", a ainsi expliqué Lapierre lors d'une conférence de presse tenue jeudi.

Nicolas Lapierre prendra le départ de ses 17es 24 Heures du Mans et connaît les difficultés de l'épreuve

Nicolas Lapierre prendra le départ de ses 17es 24 Heures du Mans et connaît les difficultés de l'épreuve

Photo de: Rainier Ehrhardt

"Mais pour moi, il y a un moment qui est un peu particulier, c'est lorsque le soleil se lève le matin. Car vous pouvez avoir l'impression, comme vous avez passé le cap de la nuit, que la course est finie. Et les pilotes qui passent la nuit peuvent avoir tendance à relâcher un peu leur concentration, car c'est évidemment un peu plus facile de rouler de jour que de nuit. Et c'est donc, pour moi, à ce moment qu'il faut rester concentré."

La pluie pourrait encore ajouter à la difficulté de cette édition 2024, pour les nouveaux venus comme pour les habitués. "C'est quelque chose qui est difficile pour nous en tant que pilote", continue Nicolas Lapierre. "Car ce qui est difficile à appréhender, c'est l'envergure du tracé, qui fait qu'il peut pleuvoir d'un côté du circuit, alors que la piste peut être complètement sèche de l'autre."

"Cela rend les choix pneumatiques assez délicats. Ce ne sera pas forcément aidant pour nous pour notre première édition [avec l'A424], mais on va faire avec. Évidemment, nous avons nos ingénieurs et nos stratégistes qui sont prêts pour ça. On scrute le ciel, c'est sûr que ce ne sera pas évident pour nous d'avoir notre premier roulage ici sous la pluie en course, mais on doit composer avec ça."

La pluie au Mans, je ne le souhaite à personne.

"La pluie au Mans est une source de stress", renchérit Philippe Sinault, le directeur de l'écurie Alpine au Mans. "Je ne la souhaite à personne. Cela vient compliquer tout de suite le jeu. [...] On fera avec. Notre boulot, comme celui des pilotes, c'est de s'adapter, d'avoir cette intelligence situationnelle. On a prouvé par le passé que l'on savait faire, mais ce sera une vraie source de stress."

Autant de difficultés auxquelles devra faire face Mick Schumacher qui, 33 ans après son père Michael – qui n'avait disputé qu'une édition en 1991 avec Mercedes -, s'apprête à effectuer ses grands débuts aux 24 Heures du Mans.

"Ce qui est particulier ici, c'est qu'il y a toujours quelque chose qui se passe", commente pour sa part l'ancien pilote Haas en F1. "Il faut faire attention au trafic, à la stratégie. La course en elle-même est très exigeante, et être au mauvais moment et au mauvais endroit peut coûter cher. Cela ajoute au challenge."

Mick Schumacher s'apprête à se lancer dans le grand bain des 24 Heures du Mans

Mick Schumacher s'apprête à se lancer dans le grand bain des 24 Heures du Mans

Photo de: Marc Fleury

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Comme un air de revanche pour la Ferrari n°50
Article suivant Ferrari mène au Mans grâce à un meilleur choix sous la pluie

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France